Politique
Analyse

Chine : Yun Guangzhong, symbole du mille-feuille de corruption en Mongolie-Intérieure

Yun Guangzhong, mis en examen en juin 2019, était le patron du parti à Hohhot, capitale régionale de la Mongolie-Intérieure. (Source :Jqnews)
Yun Guangzhong, mis en examen en juin 2019, était le patron du parti à Hohhot, capitale régionale de la Mongolie-Intérieure. (Source :Jqnews)
Pour se familiariser avec la corruption en Chine, il faut s’y perdre. Exemple avec la Mongolie-Intérieure, où la campagne anti-corruption de Xi Jinping n’en finit pas. Dans la région autonome, les réseaux de pouvoir ne s’accrochent pas seulement à des factions « nationales » visées par le président chinois, comme celles des ex-présidents Jiang Zemin et Hu Jintao. Une multitude de cliques s’entremêlent, de la municipalité au simple village. Le parcours de Yun Guangzhong, vétéran régional et patron du Parti à Hohhot, en est une illustration édifiante.
Le 11 juin dernier, Yun Guangzhong est mis en examen en raison de violations graves. Membre de la tristement célèbre « bande mongole », Yun ne représente qu’une autre des « victimes » de la lutte anti-corruption qui sévit encore dans la région. Depuis 2012, plus d’une trentaine de cadres de la Mongolie-Intérieure ont été mis en examen en raison de leurs appartenances à plusieurs sous-cliques. Yun est notamment proche de Bai Xiangqun (白向群, 1962), un des lieutenants de Liu Yunshan dans la région. Il serait lié aussi à Xiao Jianhua, le patron déchu des Tomorrow Holdings, qui était vers la fin des années 1990 en pleine série d’acquisitions dans la région, où se trouvait Yun et ses collègues.

Ce que « réseau » veut dire

Né en 1960, Yun Guangzhong (云光中) a passé toute sa carrière en Mongolie-Intérieure. Il possède une expérience poussée dans plusieurs sous-régions : le village de Tuzuo (土左旗), sous la juridiction de la ville d’Hohhot, de 1977 à 1997 ; le conté de Horinger (和林县) (Hohhot) de 1997 à 2001; la ville de Wuhai (乌海市) de 2001 à 2003 ; la ville de Manzhouli (满洲里市) (conté de Hohhot) de 2003 à 2008 ; la ville d’Ordos (鄂尔多斯市) de 2008 à 2014. Il fut également gouverneur adjoint de 2014 à 2016, avant d’officier dans la ville de Hohhot et de devenir membre du comité permanent de la région autonome de 2016 à 2018.
*Mis en examen en février 2018, Yang était alors secrétaire général pour le Conseil d’État. **Mis en examen en juin 2013. ***Mis en examen en septembre 2016. ****Mis en examen en avril 2018. *****Mis en examen en mai 2018.
Au cours de sa longue carrière, Yun a fait connaissance avec plusieurs des figures importantes de la « bande mongole » de Liu Yunshan, mais aussi de Chu Bo (储波, 1944), secrétaire de la région autonome de 2001 à 2009. Yun travailla d’abord sous la supervision du secrétaire de l’époque de la ville de Hohhot, Yang Jing (杨晶, 1953), directeur du bureau du tourisme à l’époque où Liu Yunshan était en poste. Yang deviendra un allié précieux du régime d’extraction de Chu Bo*. À Wuhai, il se trouve aux côtés de Bao Liangen (薄连根), un autre membre de la clique de Hohhot**, de He Yonglin (何永林), de la clique de Wuhai***, de Bai Xiangqun, lieutenant de Liu Yunshan et membre de la clique de Wuhai****, et de Chen Wenku (陈文库), de la clique de Wuhai*****.
*Secrétaire de la commission des affaires politiques et légales de la ville de Chifeng (clique de Chifeng) mis en examen en janvier 2016. **Alliée du temps de Liu Yunshan et de Chu Bo (clique d’Ulunqab) mise en examen en avril 2016. ***Mis en examen en septembre 2016. ****Mis en examen en octobre 2016. *****Mis en examen en janvier 2019.
Yun devient par la suite maire de Manzhouli en 2003 et est transféré vers Ordos en 2008. Durant ces 6 années, il se lie d’amitié avec Bao Chongming (包崇明, allié de Meng Fanyou 孟繁有* et de Tao Shuju 陶淑菊**. Il devient proche de Wang Xuefeng (王学丰, de la clique d’Ulunqab et allié de Liu Yunshan***. Il se rapproche de Li Shirong (李世镕, de la clique de Bayannur****, et de Wang Dongwei 王东伟*****, de la clique de Wuhai. Il devient aussi associé de Xing Yun (邢云). Xing qui sera notamment proche de Liu Guihua (刘桂华, 1956), secrétaire de la bannière d’Otog (鄂托克旗) de 2000 à 2004, et Wang Xuefeng, secrétaire de la bannière de Hanggin (杭锦旗) de 2000 à 2004. Xing Yun sera transféré au département de la propagande d’Ordos (2004-2006) avec l’appui de Liu Yunshan. Mis en examen en octobre 2018, Xing est un personnage clé de l’administration de Chu Bo, surtout dans la mise en place de l’exploitation du minerai de la région et de la cession des droits de ces exploitations.
*Pan est mis en examen en septembre 2014. **Bai Enpei est mis en examen en août 2014, Qin Guangrong est en mai 2019. ***Li, directeur de la sécurité publique de Hohhot, se suicide en novembre 2018. ****Directeur adjoint de la sécurité publique de la région autonome de 2010 à 2017, mis en examen en octobre 2018. *****Directeur de la sécurité publique de la région autonome (2005-2012), meurt en mars 2015. ******Du, membre de la clique de Baotou, fut directeur adjoint de la sécurité publique de Hohhot de 2011 à 2018. Il est arrêté fin octobre 2018, quelques jours avant le suicide de Li Zhibin.
Yun Guangzhong rejoint ensuite le gouvernement provincial, en tant que vice-président. Il renoue avec Bai Xiangqun, mais entre aussi en contact avec d’autres cadres. Parmi eux, Han Zhiran (韩志然), un allié direct de Liu Yunshan, mis en examen en juin 2015, et Pan Yiyang (潘逸阳), de la « bande du Jiangxi » de Zeng Qinghong, envoyé en Mongolie-Intérieure en 2010*. Yun entre au comité permanent de la région, alors dirigée par Li Jiheng (李纪恒) en 2016. A l’origine, Li Jiheng faisait partie de l’élite locale du Guangxi. Il fut mis de côté par la venue de Liu Qibao, allié de Hu Jintao. Aussi, l’arrivée de Li à la tête de région autonome de Mongolie-Intérieure fait suite à son passage auprès des « régents du Yunnan », dont notamment Bai Enpei (白恩培) et Qin Guangrong (秦光荣), tous deux alliés de Jiang Zemin**. Durant cette dernière ligne droite de 2016 à 2019, Yun est secrétaire de la ville de Hohhot. Il travaillera de près avec Li Zhibin (李志斌)***, de la clique de Baotou, allié de Meng Jianwei (孟建伟)**** et de Zhao Liping (赵黎平)*****, et de Du Baojun (杜宝君)******, de la clique de Baotou, allié de Meng Jianwei et de Zhao Liping.

Le cadre qui ne pouvait montrer patte blanche

*Secrétaire de Hohhot de 2004 à 2011, mis en examen en juin 2015. **Membre du comité permanent et directeur du département du Front uni de 2010 à 2013. Il est mis en examen en juin 2013.
Que l’on parle de son association à la « clique de Wuhai », de Hohhot, ou de ses liens avec des membres des cliques de Baotou et d’Ulunqab et d’Ordos, Yun est simplement « trop » connecté, trop près des réseaux de corruption liés au régime de Chu Bo et de Liu Yunshan pour pouvoir éviter de se faire pincer. Absent d’une rencontre avec le bureau de la sécurité publique quelques jours avant sa mise en examen pour crime organisé, Yun se retrouve à présent sur la même liste que Han Zhiran (韩志然)*, Wang Suyi (王素毅)**, Pan Yiyang, Xing Yun et Bai Xiangqun. Les autres rumeurs autour de lui et de Xiao Jianhua demeurent très difficiles à confirmer.
Le dernier point concernant Yun est probablement le plus banal, mais également le plus important : son nom. « Yun », tout particulièrement dans la région, est un nom de conversion associé en premier lieu à Yun Zi (云泽), connu aussi sous le nom de Wulanfu (乌兰夫) ou Ulanhu, le premier secrétaire de la région autonome de 1949 à 1967. Ulanhu est le grand-père de Bu Xiaolin (布小林), présidente de la région autonome, et le père de Bu He (布赫), président de la région autonome de 1982 à 1993. Certains pensent que Yun Guangzhong, né dans le même village de Bu Xiaolin, serait en fait lié à la famille rouge d’Ulanhu. D’autres suggèrent plutôt qu’il serait le fils d’un dénommé Yun Rui 云瑞, personnage dont on ne connaît rien. Il semble peu probable que Yun soit lié à la famille « royale » de la Mongolie-Intérieure, dont le père de Xi Jinping était également un proche. Outre ces rumeurs qui pourraient le lier à Bu Xiaolin, la mise en examen de Yun s’explique assez facilement lorsque l’on regarde simplement son entourage.
La lutte anti-corruption dans cette région n’en finit plus, si bien qu’elle déstabilisa même certaines institutions financières, dont la Baoshang Bank. Les cliques de villes, villages et bannières ont formé des réseaux si denses et opaques que l’on peine à les démanteler de manière efficace dans le temps. En ce sens, il ne faudra pas s’étonner si les cadres en place à Wuhai, Hohhot ou Ordos, font partie des mêmes cercles d’élite locales que leurs prédécesseurs, qu’ils ont parfois connus ou encore assistés dans le passé.
A propos de l'auteur
Alex Payette
Alex Payette (Phd) est co-fondateur et Pdg du Groupe Cercius, une société de conseil en intelligence stratégique et géopolitique. Ancien stagiaire post-doctoral pour le Conseil Canadien de recherches en Sciences humaines (CRSH). Il est titulaire d’un doctorat en politique comparée de l’université d’Ottawa (2015). Ses recherches se concentrent sur les stratégies de résilience du Parti-État chinois. Plus particulièrement, ses plus récents travaux portent sur l’évolution des processus institutionnels ainsi que sur la sélection et la formation des élites en Chine contemporaine. Ces derniers sont notamment parus dans le Journal Canadien de Science Politique (2013), l’International Journal of Chinese Studies (2015/2016), le Journal of Contemporary Eastern Asia (2016), East Asia : An International Quarterly (2017), Issues and Studies (2011) ainsi que Monde Chinois/Nouvelle Asie (2013/2015). Il a également publié une note de recherche faisant le point sur le « who’s who » des candidats potentiels pour le Politburo en 2017 pour l’IRIS – rubrique Asia Focus #3.