Politique
Expert -politique chinoise

Chine : qui pour remplacer Zhou Xiaochuan à la tête de la Banque Centrale ?

Zhou Xiaochuan, le gouverneur de la Banque Centrale lors d'une réunion du Fonds Monétaire International (FMI) à Washington le 22 avril 2017.
Zhou Xiaochuan, le gouverneur de la Banque Centrale lors d'une réunion du Fonds Monétaire International (FMI) à Washington le 22 avril 2017. (Crédit : Samuel Corum / Anadolu Agency / AFP).
À seulement quelques semaines du remaniement des effectifs qui aura lieu lors du 19e Congrès du Parti communiste chinois, les luttes sont âpres. Et elles ne devraient pas s’arrêter en si bon chemin. D’autant qu’un des postes clés à remplir, en vue de poursuivre les réformes et de stabiliser les marchés financiers, sera celui de gouverneur de la Banque Centrale [中国人民银行行长]. Ce dernier est actuellement occupé par Zhou Xiaochuan [周小川], l’un des cadres les plus expérimentés de la faction dites des « réformateurs » [改革派].

Le parcours de Zhou Xiaochuan, un des derniers cadres de la faction des « réformateurs »

*Dans ce cercle, il côtoiera Tian Jiyun [田纪云] (né en 1929) un ancien membre du Politburo et allié de Zhao Ziyang, Song Ping [宋平] (né en 1917) un ancien membre du Politburo, Zhu Rongji, et bien sur plusieurs des alliés de Jiang Zemin.
Fils de Zhou Jiannan [周建南] (1917-1995), ancien ministre de l’Industrie de 1982 à 1985, Zhou est né en 1948 dans la province du Jiangsu. Fraîchement diplômé de l’université de Qinhua en 1985, Zhou est immédiatement recruté comme membre d’un groupe de réflexion dépendant du Conseil d’État pour le programme de restructuration [国务院经济体制改革方案研究领导小组]*.
*Né en 1936, Li Tieying est membre du Politburo de 1987 à 2002. C’est un vieux « prince » qui possède une histoire compliquée avec Deng Xiaoping. Li n’est d’ailleurs pas un fan de Xi Jinping qu’il accuse d’être une « source de chaos » [混乱之源].
Durant quelques mois en 1986, il sera le second de Gao Shangquan [高尚全]. Ce dernier, né en 1929 est l’un des architectes de la reformes aux côtés de Zhu Rongji. En moins d’un an, Zhou deviendra membre de la commission nationale de la réforme du système économique [国家经济体制改革委员] en plus de devenir assistant de Zheng Tuobin [郑拓彬] (né en 1924), alors ministre du Commerce international et de la Coopération.
Puis, durant son mandat de cinq ans à la Commission nationale pour la réforme et le développement (NDRC) de 1986 à 1991, Zhou sera successivement sous la direction de Zhao Ziyang, de Li Tieying [李铁映]* et de Li Peng [李鹏] (née en 1928) ; sans compter la présence du vice-directeur et économiste Tong Dalin [童大林] (1918-2010), un des associés de Deng Xiaoping.
*Né en 1952, Wang reprendra les commandes de la Construction Bank en 2000 et tombera pour corruption en 2003. **Le beau-fils de Dai, Che Feng [车峰] (né en 1970), maintenant un ex-entrepreneur, fut mis en examen en 2015.
Zhou devient en 1991 l’un des vice-gouverneurs de la Banque de Chine [中国银行] sous la direction de Wang Xuebing [王雪冰]*, un vétéran du secteur financier et un ami proche de Jiang Zemin.
En 1995, Zhou est ensuite placé à la tête du bureau de l’administration des devises étrangères [国家外汇管理局], remplaçant ainsi Zhu Xiaohua [朱小华] (né en 1949), l’un des alliés de Zhu Rongji. A l’époque, il sera placé aux côtés notamment de Wu Xiaoling [吴晓灵] (née en 1947), une autre des alliés de Zhu Rongji. Celle-ci suivra Zhou à la tête de ce même bureau et viendra le rejoindre à la Banque Centrale par la suite.
Il entre donc à la Banque Centrale en 1996. Là, Zhou rencontrera Liu Mingkang [刘明康] (né en 1946), vice-directeur de la Banque Centrale de 1998 à 1999. Liu sera le premier président de la Commission nationale de la régulation bancaire [CBRC] de 2003 à 2011. Quelque peu en retrait de l’équipe régnante de l’époque, ses deux successeurs, soit Shang Fulin (2011-2017) et Guo Shuqing [郭树清] (2017-) sont quant à eux des hommes de Zhu Rongji.
Au moment de sa prise de fonction à la Banque Centrale, celle-ci est alors dirigée par Dai Xianglong [戴相龙] (né en 1944)**, apparenté à la « bande du Jiangsu » [江苏帮] de Jiang Zemin.
*Shang Fulin [尚福林] (né en 1951), l’un des hommes de Zhu Rongji, succédera à Zhou en 2002.
Cela dit, Zhou ne restera que deux ans à la banque Centrale avant d’être envoyé à la tête de la Construction Bank au début de l’année 1998, succédant ainsi à Wang Qishan (directeur de la banque de 1994 à 1997). Deux ans après, Zhou se retrouve encore en rotation et devient président de la Commission de régulation des valeurs mobilières (CSRC) [中国证券监督管理委员会], remplaçant encore une fois l’un des hommes de Zhu Rongji, Zhou Zhengqing [周正庆] (né en 1935)*.

Aux commandes de la Banque Centrale : l’univers de Zhou et ses alliés

* Né en 1958, Xiao Gang est aussi le mari de Wu Touhong [吴透红].
Zhou devient donc gouverneur de la Banque Centrale en 2002. depuis, il a « survécu » survivra aux passages de trois premiers ministres : Zhu Rongji, Wen Jiabao, et Li Keqiang.
Nous retiendrons surtout que durant sa carrière, Zhou a travaillé avec un grand nombre d’individus dont nous ne retiendrons que quelques noms, à savoir les trois favoris à sa succession.
Soit, dans l’ordre : Yi Gang [易纲] (né en 1958), gouverneur-adjoint de la Banque centrale depuis 2007 et directeur-adjoint du groupe de direction sur les finances et l’économie [中央财经领导小组办公] depuis 2014 ; Xiao Gang [肖钢]* (né en 1958), président du Conseil de la Banque de Chine [BOC] de 2004 à 2013 et ex-président de la commission de la régulation des valeurs mobilières de 2013 à 2016 ; et enfin le secrétaire actuel de Zhou, Yin Yong [殷勇]. Né en 1970, ce dernier est gouverneur-adjoint depuis 2016.
*Egalement alliée notoire de Zhu Rongji. **Ce dernier est un farouche partisan de l’internationalisation du RMB. ***C’est un grand partisan de Zhou Xiaochuan.
A côté de ces probables successeurs, d’autres noms circulent. Comme celui de Hu Xiaolian [胡晓炼] (née en 1958)*, vice-gouverneure de la Banque centrale de 2005 à 2009 et actuelle présidente du conseil d’Exim Bank [中国进出口银行]. Ou encore celui de Li Ruogu [李若谷] (né en 1951)**, par deux fois le prédécesseur de Hu Xiaolin en tant qu’assistant de Zhou Xiaochuan (2000-2005) et à la Exim Bank (2005-2015). Ou également, Liu Shiyu [刘士余] (né en 1961), gouverneur-adjoint de Banque Centrale de 2006 à 2014 et président de la commission de régulation des valeurs mobilières depuis 2016. Ou enfin, Zhu Min [朱民]*** (né en 1952), actuel représentant de la Chine auprès du Fonds Monétaire International (FMI) et gouverneur de la Banque Centrale de 2009 à 2010.
*Fan, qui a travaillé sous la direction de Wang Qishan au milieu des années 1990, est un ami de Chen Hua [陈桦], directeur de la division de la Banque de Shanghai à Beijing. Ce dernier connaissait bien Li You [李友] (né en 1966), CEO de la holding Fanzheng basé à Beijing et l’un des principaux impliqués dans l’affaire Guo Wengui [郭文贵].
Le reste de l’entourage immédiat de Zhou ne fait que confirmer la suite des choses : Chen Yulu, Fan Yifei* et Zhang Tao furent promus trop récemment, Du Jinfu et Guo Qingping ont passé le cap de l’âge pour la nomination au rang ministériel, et l’actuel assistant de Zhou, Liu Guoqiang est simplement trop loin dans l’échelle hiérarchique pour prétendre à quoi que ce soit pour l’instant.
Ce faisant, l’avantage demeure entre les mains de Xiao Gang et de Yi Gang, surtout en raison de leur âge et de leur expérience. Xiao, déjà un Cadre de rang ministériel, devrait être considéré comme légèrement en avance sur Yi Gang. Cela dit, Xiao n’ayant pas été réaffecté depuis plus d’un an, la balance pourrait donc pointer ainsi vers Yi Gang. Difficile de trancher pour le moment.
De même, Yin Yong est encore trop jeune, Li Ruogu, Zhu Min et Guo Shuqing sont légèrement trop âgés et Liu Shiyu, plus près de Xi, est considéré comme un « outsider » de l’ »univers » de Zhou et de la faction dite des « réformateurs ». Cela dit, Yin sera appelé à jouer un rôle important dans la suite des choses, surtout dans la période post-Zhou qui commencera sous peu. Enfin, d’autres soufflent le nom de Jiang Chaoliang [蒋超良] (né en 1957), l’actuel secrétaire de Hubei et l’un des fidèles de Wang Qishan. Ce dernier, maintenant devenu politicien, a passé 30 ans de sa carrière dans le secteur bancaire, dont plusieurs aux côtés de Wang au Guangdong dans les années 1990. En ce sens, il faudra voir si Xi Jinping préfèrera la politique à la compétence à la tête de la Banque Centrale.

Problèmes et turbulence à la Banque Centrale

Le choix du successeur de Zhou est un enjeu crucial car le secteur financier fait l’objet d’une pluie de scandale depuis la mise en marche de l’appareil disciplinaire en 2012 par Wang Qishan. Et la Banque Centrale n’y échappe pas.
*Xiang était perçu comme un des possibles remplaçants de Zhou à la tête de la Banque Centrale. **Xiao possède également des liens avec la Minsheng Bank par le biais de Zhang Hongwei [张宏伟] (1954), vice-président du Conseil d’administration. ***Ceux de He Guoqiang, Liu Yandong, Liu Yunshan, Zhang Dejiang, le gendre de Dai Xianglong, (et selon la rumeur, de Zhou Xiaochuan) etc., bref, les « princes » que Xi n’apprécie pas.
Les affaires s’enchainent en effet. Ainsi, Xiang Junbo (né en 1957), un membre du département de l’audit de la Banque Centrale depuis 1996, fut mis en examen en avril 2017*. La mise en arrêt de Xiang – associé de Li Jinhua [李金华] (né en 1943), ancien auditeur en chef – et surtout proche de Wen Jiabao, serait également lié à la disparition de Xiao Jianhua [肖建华]**. Né en 1972, ce dernier est un homme d’affaires Sino-Canadien qui, par le biais des Tomorrow Holdings [明天系] en lien avec certains des scandales financiers qui souillent l’Université de Pékin depuis quelques années, administrait les avoirs de plusieurs « princes » du Parti***, dont les enfants de Zhou Yongkang et de Zeng Qinghong.
Xiao a « disparu » en janvier 2017.
Un autre des vice-gouverneurs est, selon les rumeurs, mêlé à cette affaire, soit Pan Gongshi [潘功勝] (né en 1963), chef de section de l’administration des devises étrangères depuis 2015 et gouverneur-adjoint de Banque Centrale depuis 2012.
Il faut à présent souhaiter que les choses se calment afin d’assurer une transition sans faute à la tête de la Banque Centrale, transition qui aura pour but de rassurer les investisseurs de la continuité des hommes de Zhu Rongji et de Zhou Xiaochuan dans le secteur financier, et donc d’une certaine stabilité dans une Chine ébranlée par la « guerre factionnelle ».
A propos de l'auteur
Sabrina Rouillé
Installée depuis 2010 à Hô-Chi-Minh-Ville, Sabrina Rouillé est journaliste indépendante. Elle a écrit pour le Figaro Magazine, Géo, Altermondes, Elle Québec et 6 Mois. Elle a été rédactrice en chef de l'Echo des rizières à Hô-Chi-Minh-Ville. Avant de partir au Vietnam, elle a été reporter et rédactrice en chef adjointe pour le journal Ouest-France, en Bretagne et en Normandie.