Société
événement

Être Thaïlandais et réfugié politique à Paris : rencontre et expo photo le 28 novembre

A Bangkok, l'aumône offerte aux moines bouddhistes pour marquer le 1er anniversaire de la mort du Roi Bhumibol Adulyadej de Thailand, le 13 octobre 2017. (Source : The National)
A Bangkok, l'aumône offerte aux moines bouddhistes pour marquer le 1er anniversaire de la mort du Roi Bhumibol Adulyadej de Thailand, le 13 octobre 2017. (Source : The National)
Bloquez la date ! Le mercredi 28 novembre, Asialyst participe à une soirée exceptionnelle sur les Thaïlandais réfugiés politiques à Paris, à 19h au Lieu-Dit, dans le 20ème arrondissement de la capitale. L’événement est ouvert à tous. La chercheure Eugénie Mérieau présentera son ouvrage Les Thaïlandais (Atelier Henry Dougier), en présence de plusieurs réfugiés politiques. Cette présentation sera combinée à une double expo photo : « Samsara » d’Aline Deschamps et « Exils » de Camille Gazeau.
Deux coups d’État militaires en moins de vingt ans. Le début du XXIème siècle en Thaïlande est dominé par l’armée. Elle a d’abord renversé le populaire Premier ministre Thaksin Shinawatra en septembre 2006. Huit ans plus tard, une junte militaire menée par le général Prayuth Chan-ocha s’est installée au pouvoir en mai 2014. Ces événements ont conduit plusieurs milliers d’opposants politiques, d’activistes et de militants des droits de l’homme ainsi que de personnes jugées trop proches de l’ancien régime à quitter le pays pour échapper aux persécutions politiques. Plusieurs figures ont choisi l’Europe comme terre d’exil. En 2015, la France a accordé notamment l’asile politique à plusieurs personnalités accusées de lèse-majesté.
Comment les Thaïlandais réfugiés politiques à Paris vivent-ils leur exil ? Quel est leur regard sur leur mère-patrie ? Comment envisagent-ils l’avenir ? Nous en discuterons avec Eugénie Mérieau, chercheure et enseignante à Science Po, qui présentera son ouvrage Les Thaïlandais, paru en 2018 aux Ateliers Henry Dougier. Modérée par Joris Zylberman, rédacteur en chef d’Asialyst, la présentation aura lieu en présence de réfugiés politiques de ce pays. Elle sera combinée à une double expo photo : « Samsara » d’Aline Deschamps et « Exils » de Camille Gazeau.
L’événement aura lieu le mercredi 28 novembre au Lieu-Dit, 6 rue Sorbier, Paris XXème, métro Ménilmontant, de 19h à 21h.
Le 28 novembre, "Être Thaïlandais et réfugié politique à Paris", présentation de l'ouvrage de la chercheure Eugénie Mérieau, "Les Thaïlandais" (Atelier Henry Dougier), en présence de réfugiés politiques, et double expo photo : "Samsara" d'Aline Deschamps et "Exils" de Camille Gazeau. (Crédits : Eugénie Mérieau)
Le 28 novembre, "Être Thaïlandais et réfugié politique à Paris", présentation de l'ouvrage de la chercheure Eugénie Mérieau, "Les Thaïlandais" (Atelier Henry Dougier), en présence de réfugiés politiques, et double expo photo : "Samsara" d'Aline Deschamps et "Exils" de Camille Gazeau. (Crédits : Eugénie Mérieau)

A lire : Les Thaïlandais d'Eugénie Mérieau

Près de 2 ans après la mort de l’ancien roi Rama IX, le couronnement de son successeur, le roi Rama X, devrait avoir lieu cette année ! Tandis que son père était adulé, le futur roi doit encore trouver sa place dans le cœur des Thaïlandais.

Terre de paradoxes assumés, la Thaïlande, « pays du sourire », se rit des contradictions qui la fondent comme elle se joue des contrastes qui l’habillent. Tout voyageur est frappé, lors de son arrivée au royaume, de constater l’apparente liberté dont jouissent les Thaïlandais – pourtant sous le joug d’une dictature militaire.

Derrière son vernis pastel de carte postale et la bonhomie légendaire de ses 67 millions d’habitants se découvre la réalité de la misère, des bordels, de la drogue, de la corruption et de la loi de lèse-majesté, la plus sévère au monde…

Autour de Bangkok, la mégalopole, la Thaïlande rurale continue à cultiver, le dos courbé sous un soleil de plomb, ses rizières en escalier. Deux Thaïlande se font face, l’une rurale, l’autre urbaine, l’une forcée à une économie de subsistance, l’autre ultra-consumériste. Mais deux Thaïlande pourtant unies par un impétueux sentiment national : La khwampenthai (« ce qui fait que l’on est thaï »), puissant ciment idéologique qui définit les contours de l’identité nationale grâce au leitmotive « Nation, Religion, Monarchie ».

Politiste et juriste de formation, Eugénie Mérieau est docteure de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) et chargée d’enseignement à Sciences Po Paris. Elle a travaillé près de huit ans en Thaïlande, à l’institut du Roi Prajadhipok sous la supervision du Parlement thaïlandais, ainsi qu’à l’université de Thammasat à Bangkok. Elle est notamment l’auteure de Les Chemises rouges de Thaïlande (éd. IRASEC, 2013) et The Politics of (no) elections in Thailand (White Lotus Press, 2016).

A propos de l'auteur
Joris Zylberman
Joris Zylberman est directeur de la publication et rédacteur en chef d'Asialyst. Ancien correspondant à Pékin et Shanghai pour RFI et France 24, cofondateur de la société de production Actuasia, écrit, réalise et produit des reportages sur la Chine depuis 9 ans. Il est co-auteur des Nouveaux Communistes chinois (Armand Colin, 2012) et co-réalisateur du documentaire “La Chine et nous : 50 ans de passion” (France 3, 2013).