Economie
Expert - Le Poids de l'Asie

Chine-Amérique : les trois fronts de la guerre économique voulue par Trump

En lançant sa guerre commerciale contre la Chine, le président américain Donald Trump souhaite en finir avec l'ordre économique mondial bâti par les États-Unis au sortir de la Seconde Guerre mondiale. (Source : USA Today)
En lançant sa guerre commerciale contre la Chine, le président américain Donald Trump souhaite en finir avec l'ordre économique mondial bâti par les États-Unis au sortir de la Seconde Guerre mondiale. (Source : USA Today)
La guerre économique qui vient de commencer entre les États-Unis et la Chine sur le front commercial, est déjà en cours sur le front industriel où elle pourrait s’aggraver. Il est peu probable qu’elle déborde au front financier. Mais Si la situation s’envemine, cette guerre économique pourrait avoir un impact analogue à celui de la crise de 2008. Il pourrait coûter 4 points de PIB aux deux principaux protagonistes, un peu plus pour l’Union européenne et sans doute pour le reste de l’Asie où ce conflit saperait le fonctionnement des chaînes globales de valeur.
Dans un rapport paru en décembre 2017, la National Security Strategy définissait la Chine comme un « rival stratégique » des États-Unis au même titre que la Russie. C’était le début de le début de l’offensive américaine. Six mois plus tard, la mise en ligne sur le site de la Maison Blanche d’un document dénonçant les pratiques chinoises pour obtenir les technologies marquait la victoire des Faucons, dont Peter Navarro, ex-professeur de l’université de Californie et auteur de Death by China et d’un film éponyme.

Front commercial

Les échanges sino-américains de marchandises ont atteint 620 milliards de dollars en 2017. Quant au déficit des États-Unis (384 milliards), il est loin d’être compensé par leur excédent dans les échanges de services (38 milliards), qui serait plus élevé si les pratiques d’optimisation fiscale des entreprises américaines ne privaient l’Amérique d’une partie des revenus de propriété intellectuelle.
Les relations commerciales ne se réduisent plus aux flux qui traversent les frontières mais incluent l’activité des filiales. Les ventes des succursales américaines en Chine (272 milliards de dollars) sont près de deux fois supérieures au montant des exportations de l’Amérique vers l’Empire du milieu. Inversement, celles des filiales chinoises aux États-Unis sont faibles (10 milliards). Prenant en compte ces ventes, la Deutsche Bank montre que le déficit « des échanges agrégés » sino-américains a diminué de 111 milliards en 2008 à 30 milliards de dollars en 2016, alors que selon les douanes, le déficit commercial s’est creusé de 271 milliards de dollars en 2008 à 384 milliards de dollars en 2017.
Le rééquilibrage est en cours mais cette évolution, de même que les promesses faites par la Chine après l’imbroglio ZTE, n’a pas calmé l’ardeur du président et de ses conseillers. C’est que la Maison Blanche poursuit d’autres objectifs.
Premier objectif : à quelques mois des élections de mi-mandat, Donald Trump montre qu’il tient ses promesses électorales. Renouant avec la tradition, de Reagan à Obama en passant par Georges W. Bush, il a élevé les droits de douane sur les importations d’acier. La différence est que la Chine est un fournisseur marginal des États-Unis et que Trump a invoqué la sécurité nationale pour éviter un vote du Congrès. Cette hausse, comme les précédentes, a été critiquée par l’industrie automobile et le milliardaire a réagi en prenant, également au nom de la sécurité nationale, des mesures contre les importations de voitures allemandes dont il dénonçait déjà la présence dans les années 1980.
Second objectif : ses conseillers qui veulent enrayer la montée en puissance de l’industrie chinoise ont élaboré des frappes « chirurgicales » avec des hausses tarifaires sur des produits ciblés par le plan « Manufacturing China 2025 ». Une première liste de 818 produits, 34 milliards de dollars d’importations, est frappée d’un tarif additionnel de 25 % depuis ce vendredi 6 juillet et une seconde liste élaborée après l’enquête menée dans le cadre de l’article 301 comprend 284 produits pour lesquels le niveau des hausses n’a pas encore été décidé. Aucun bien de consommation n’est concerné.
Aller plus loin, comme le souhaite Donald Trump dans ses tweets, n’est pas sans risque. Du fait de l’imbrication des économies, une hausse des droits de douane sur des produits made in China rendra plus onéreux des produits fabriqués aux États-Unis avec des conséquences sur le pouvoir d’achat des ménages américains et la compétitivité des exportations américaines.

Front industriel

Sur le front industriel l’objectif des faucons de la Maison Blanche va beaucoup plus loin qu’une mesure punitive. Il s’agit de freiner les avancées chinoises en faisant obstacle aux transferts de technologie qui s’opèrent via les investissements directs étrangers (IDE), vers la Chine ou de la Chine vers les États-Unis. Ce choix conduit à un changement radical vis-à-vis de la mondialisation.
Rappelons que la Chine est l’un des premiers pays hôtes des IDE et que ces derniers représentent un apport considérable de technologies pour son industrie. Le marché chinois a toujours fait rêver et Pékin monnaie son accès contre l’acquisition de technologies. Les investissements étrangers en Chine ont longtemps dégagé suffisamment de bénéfices pour que les entreprises acceptent de céder leurs technologies. C’est moins le cas depuis quelques années et les entreprises étrangères hésitent davantage à s’implanter. L’un des objectifs de la baisse des impôts sur les sociétés est de freiner les investissements américains en Chine où selon les résultats de l’enquête de la Chambre de commerce américaine (décembre 2016), six entreprises sur dix envisageraient de se retirer.
Quant aux entreprises chinoises, si elles investissent à l’étranger, c’est pour acquérir des ressources et des technologies. Entre 2014 et 2016, elles ont plus investi aux États-Unis que les entreprises américaines n’ont investi en Chine. Après une embellie en 2016, les investissements en Amérique ont chuté en 2017 du fait des restrictions imposées par le gouvernement de Pékin, inquiets des sorties de capitaux. Ils se sont effondrés au premier semestre 2018, avec une baisse de 92 % en valeur et une division par deux en nombre, selon Rhodium. La détérioration des relations bilatérales et le renforcement du Committee on Foreign Investment in the United States expliquent cette dégringolade. Parmi les décisions marquantes, Washington a posé son veto au rachat de Qualcomm par une entreprise sino-malaisienne en mars ainsi qu’à un projet d’implantation de China Mobile en juillet.
En 2017, General Motors a vendu plus de voitures en Chine qu’aux États-Unis, respectivement 4 et 3 millions. Pour plusieurs grandes entreprises américaines, l’évolution du marché chinois est un enjeu plus important que celle du marché américain. Les sept cents filiales américaines peuvent devenir des otages d’une guerre économique si Pekin leur rend la vie plus difficile. Plusieurs anecdotes signalent qu’elles rencontrent davantage de difficultés. Ouvrir ce front, qui affecterait plus l’économie américaine que les hausses tarifaires, serait une arme à double tranchant. Il provoquerait une baisse plus forte des entrées d’IDE, tout en affectant l’économie chinoise qui connaît une phase de ralentissement.

Front financier

Dans un conflit avec les États-Unis, la Chine a deux autres armes à sa disposition : la parité du yuan et ses créances sur le Trésor américain. À partir de 2005, le gouvernement chinois a engagé une appréciation de sa monnaie pour inciter les entreprises à monter en gamme. Interrompu par la crise mondiale, ce mouvement a repris jusqu’en 2013 et après plusieurs mois de baisse, il s’est à nouveau apprécié. Au cours des deux derniers mois, le rythme de la baisse du yuan a été le plus fort. La Chine va-t-elle le déprécier pour compenser une hausse des tarifs douaniers sur ces exportations ? Elle s’en défend, et la Banque Centrale a pris des mesures pour freiner cette baisse qui pourrait être la conséquence d’une fuite de capitaux. Utiliser l’arme du change serait une option dangereuse du fait de ses répercussions sur l’inflation en Chine, un casus belli aux États-Unis.
La Chine reste le premier créancier étranger de l’État américain, avec un peu plus de 1 000 milliards de dollars en mai 2018. Peut-elle utiliser cette arme contre Washington ? Dans ses souvenirs de sa visite à Pékin comme Secrétaire d’État, Hilary Clinton confie qu’il lui était difficile de se montrer ferme avec son banquier. Ses propos ne doivent pas faire illusion. L’accumulation par la Chine de bons du Trésor ne lui donne pas d’influence sur la gestion économique américaine. En effet, Pékin ne détient que 5 % de la dette publique américaine (21 000 milliards de dollars), qui est portée à plus de 70 % par les institutions fédérales des États-Unis, dont la Sécurité sociale, mais aussi par ses banques, ses entreprises et ses ménages.
Faute d’alternative, le marché des bons du Trésor américain est le plus liquide au monde. En vendant leur portefeuille, les autorités chinoises provoquerait une baisse de valeur qui ne les épargneraient pas, sans que ce geste ne mette vraiment en difficulté l’économie américaine.

Les conséquences d’une stratégie perdant-perdant

La guerre économique qui démarre poursuit plusieurs objectifs aux échéances variées : le mois de novembre pour les élections, début 2019 pour le déficit bilatéral. Si ce dernier est surtout le fruit de l’organisation des chaînes de valeur entre les deux superpuissances, il est aussi sensible aux arbitrages de la Chine pour ses achats de matières premières. Quant au déficit courant américain que le président Trump veut résorber, il n’est pas une conséquence des politiques commerciales chinoises ou allemandes, mais il sanctionne le fait que les Américains vivent au-dessus de leurs moyens.
Les « bruits de botte » de ces derniers mois ont créé un climat d’incertitude. Avant même que la première salve n’ait été tirée, les conséquences étaient d’ores et déjà perceptibles sur l’évolution du Dow Jones et du Hang Seng, comme sur l’économie réelle. La baisse d’un quart des cours du soja depuis avril affecte 300 000 producteurs américains et des lettres de commande aux exportateurs chinois. Elle porte sur 10 % des importations américaines de Chine et provoquerait, selon le Cepii, une baisse d’environ 25 milliards de dollars des exportations chinoises. L’impact sera modeste et affectera plus l’économie chinoise qui ralentit que l’économie américaine dopée par les réductions budgétaires.
« Aucun pays ne répondra aux mesures américaines », n’a pas hésité à fanfaronner Peter Navarro. Las ! En dépit de ces affirmations, la Chine – qui a par ailleurs déclaré qu’elle ne respecterait pas l’embargo sur l’Iran – répond par des hausses tarifaires sur 50 milliards de dollars d’importations venant de circonscriptions américaines ayant voté pour Donald Trump. Cette réponse amènera-t-elle le président à déclencher la seconde phase de son offensive en demandant au département du Commerce d’imposer une hausse de 10 % ? Ira-t-il jusqu’à 500 milliards, comme il l’a annoncé ? Le conflit porterait sur l’équivalent de 4 points de PIB américain auxquels s’ajouterait l’impact des mesures prises par le Canada et éventuellement par l’UE. Selon une estimation du Conseil d’Analyse économique, l’impact global (cumulé) d’une guerre économique approcherait celui de la crise de 2008 et serait de 4 points de PIB pour les deux principaux protagonistes, un peu plus pour l’UE et sans doute pour le reste de l’Asie car ce conflit saperait le fonctionnement des chaînes globales de valeur.
Cette offensive américaine devrait accélérer plutôt que freiner la mise en œuvre du plan « Manufacturing China 2025 ». Un plan qui est dans la ligne de mire du gouvernement américain et auquel les médias chinois ne font plus allusion depuis quelques semaines pour ne pas l’irriter. Au mois de mars, l’affaire ZTE avait révélé la dépendance technologique de la Chine pour les semi-conducteurs. Elle avait aussi renforcé la détermination chinoise de consolider cette industrie. Jack Ma, le PDG d’Alibaba, a annoncé la création d’une division R&D consacrée aux puces utilisées dans l’intelligence artificielle. Dans ce domaine crucial, la taille de la population connectée et la faible protection des données personnelles donne un avantage à la Chine.
En engageant une guerre économique au nom du « Make America great again », le président déconstruit l’architecture de l’ordre mondial que les États-Unis ont bâti à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il lui substitue un nouvel ordre dans lequel, l’Amérique, comme le Royaume-Uni du XIXème sicèle, n’aura ni allié éternel ni adversaire perpétuel, mais seulement des intérêts. C’était envisageable au temps de la Pax Britannica. Mais pas dans un monde multipolaire.
A propos de l'auteur
Jean-Raphaël Chaponnière
Jean-Raphaël Chaponnière est chercheur associé à Asie21 (Futuribles) et membre d'Asia Centre. Il a été économiste à l’Agence Française de Développement, conseiller économique auprès de l’ambassade de France en Corée et en Turquie, et ingénieur de recherche au CNRS pendant 25 ans. Sa dernière publication avec M. Lautier : Les économies émergentes d’Asie, entre Etat et marché (Armand Colin, 270 pages, 2014).