Culture

BD : l’Inde pour le meilleur et pour le pire

Extrait de la bande dessinée "Namasté, Tome 1 : Sur la piste de Ganesh", "Tome 2 : Dans l’ombre du dieu singe", scénario d'Eddy Simon et dessin d'Aurélie Guarino, Éditions Sarbacane. (Copyright : Éditions Sarbacane)
Extrait de la bande dessinée "Namasté, Tome 1 : Sur la piste de Ganesh", "Tome 2 : Dans l’ombre du dieu singe", scénario d'Eddy Simon et dessin d'Aurélie Guarino, Éditions Sarbacane. (Copyright : Éditions Sarbacane)
Du sort tragique des populations tribales de l’est du pays jusqu’à la fantaisie charmante d’une aventure enfantine dans une Inde de carte postale, deux BD récemment parues livrent, sous la plume du même scénariste, des visions complètement différentes du pays.
Slide background

Couverture de la bande dessinée "Adivasis meurtris", scénario d'Eddy Simon et dessin de Matthieu Berthod, La Boîte à Bulles. (Copyright : La Boîte à Bulles)

Slide background

Extrait de la bande dessinée "Adivasis meurtris", scénario d'Eddy Simon et dessin de Matthieu Berthod, La Boîte à Bulles. (Copyright : La Boîte à Bulles)

Slide background

Extrait de la bande dessinée "Adivasis meurtris", scénario d'Eddy Simon et dessin de Matthieu Berthod, La Boîte à Bulles. (Copyright : La Boîte à Bulles)

Slide background

Extrait de la bande dessinée "Adivasis meurtris", scénario d'Eddy Simon et dessin de Matthieu Berthod, La Boîte à Bulles. (Copyright : La Boîte à Bulles)

Slide background

Extrait de la bande dessinée "Adivasis meurtris", scénario d'Eddy Simon et dessin de Matthieu Berthod, La Boîte à Bulles. (Copyright : La Boîte à Bulles)

Slide background

Extrait de la bande dessinée "Adivasis meurtris", scénario d'Eddy Simon et dessin de Matthieu Berthod, La Boîte à Bulles. (Copyright : La Boîte à Bulles)

 
 
*Adivasis meurtris, scénario d’Eddy Simon et dessin de Matthieu Berthod, 88 pages, La Boîte à Bulles, 16 euros.
Qui se préoccupe des Adivasis, les peuples tribaux qui vivent dans les collines et les forêts indiennes ? Sûrement pas la classe moyenne émergente du pays, pour qui ces peuplades arriérées n’existent tout simplement pas. Pas davantage le petit peuple hindou puisque les Adivasis ne font même pas partie de leur religion. Quant au reste du monde, il ignore en général tout simplement qu’il existe dans cet immense pays des populations « indigènes » dont l’origine remonte aux temps pré-hindouistes. D’où l’intérêt de l’album Adivasis meurtris* qui leur est consacré.

Plus de cent millions de ces tribaux vivent aujourd’hui en Inde. On en trouve dans tout le pays, mais ils se concentrent dans les États du centre et de l’Est. Un peu comme les Peaux-Rouges d’Amérique, les Adivasis ne se sont jamais complètement intégrés dans la société indienne. Aujourd’hui encore, ils vivent essentiellement dans des régions de collines et de forêts, en pratiquant la cueillette, la chasse et l’exploitation du bois. Leurs religions animistes – ils vénèrent la nature, les arbres, etc. – les placent complètement en dehors de l’hindouisme, ce qui leur vaut d’être considérés par la majorité de la population comme peut-être encore plus bas que les intouchables dans la stricte hiérarchie socio-religieuse du pays. Mal placées selon la plupart des indicateurs de développement (santé, éducation ou niveau de vie), ces peuplades mènent une existence souvent précaire et dépendent étroitement de leur environnement naturel.

Si la nature qui les entoure les fait vivre, elle est aussi la source de leurs plus grands malheurs. Car les collines de l’est de l’Inde sont des régions riches en minerais : charbon, bauxite, etc. Les grands industriels indiens et internationaux veulent donc s’y installer, au prix de la destruction de vastes espaces naturels. Et pour ne rien arranger, ces mêmes zones de collines boisées, difficilement pénétrables, constituent le terrain de prédilection des redoutables naxalites : une guérilla d’inspiration maoïste, ultra-violente et criminalisée, qui contrôle de vastes territoires habités par les Adivasis.

Ces derniers se retrouvent donc dans une situation épouvantable, entre le marteau des pouvoirs publics et l’enclume des naxalites. La première scène d’Adivasis meurtris en donne une bonne illustration : l’attaque d’une paisible assemblée villageoise par des forces paramilitaires persuadées d’avoir affaire à un rassemblement de sympathisants naxalites, et le massacre qui s’ensuit. Entièrement centrée sur l’État du Chhattisgarh, la BD détaille bien les mécanismes de cette véritable guerre civile qui a fait des milliers de victimes depuis le début du XXIème siècle. La violence est extrême : les paramilitaires considèrent a priori les populations tribales comme complices des naxalites et massacrent allègrement, tandis que les militants maoïstes pratiquent aussi l’ultra-violence. Leurs exploits incluent une embuscade ayant fait 76 victimes chez les forces de l’ordre ou des attaques de train avec de nombreux civils tués. Les naxalites ont souvent entrepris d’éliminer de leurs territoires toute trace de l’État indien, y compris les écoles ou les services de santé, contribuant ainsi à la dégradation des conditions de vie des tribaux.

L’âpreté des affrontements est directement liée aux intérêts économiques en cause : les autorités de l’État et les politiciens locaux ont partie liée aux groupes industriels qui veulent exploiter les ressources minières de la région, tandis que les naxalites vivent grâce au racket des activités économiques. Comme le dit très justement un homme d’affaires dans la BD : « Cyniquement, on peut dire que le drame du Chhattisgarh est que son sous-sol est aussi riche que sont pauvres ceux qui vivent dessus. »

Attirer l’attention sur le sort tragique de ces populations avec une BD comme Adivasis meurtris est une entreprise qui ne peut qu’être saluée. Malheureusement, l’album pèche à plusieurs égards. Sur la forme, les petits croquis noir et blanc qui illustrent la BD n’aident pas vraiment à entrer dans le sujet. Sur le fond, l’ouvrage est d’un militantisme qui évacue des questions importantes. Pour ne prendre que la plus évidente : les projets industriels dans la région sont systématiquement présentés comme un mal absolu. Mais dans un pays aussi densément peuplé que l’Inde, il n’existe pas de terres qui ne soient revendiquées par personne. S’il faut renoncer à exploiter l’essentiel des ressources minières parce que les tribus qui vivent dans ces zones ne sont pas d’accord, comment le pays peut-il espérer mener à bien l’industrialisation et les créations d’emplois dont sa très jeune population a désespérément besoin ? Il n’y a pas de réponse facile à cette question, qui est au cœur des problématiques de développement du pays. Mais ériger en principe absolu la préservation ad vitam aeternam du mode de vie traditionnel des populations tribales ne peut pas être une option réaliste.

Slide background

Couverture de la bande dessinée "Namasté, Tome 1 : Sur la piste de Ganesh", "Tome 2 : Dans l’ombre du dieu singe", scénario d'Eddy Simon et dessin d'Aurélie Guarino, deux fois 44 pages, Éditions Sarbacane. (Copyright : Éditions Sarbacane)

Slide background

Extrait de la bande dessinée "Namasté, Tome 1 : Sur la piste de Ganesh", "Tome 2 : Dans l’ombre du dieu singe", scénario d'Eddy Simon et dessin d'Aurélie Guarino, deux fois 44 pages, Éditions Sarbacane. (Copyright : Éditions Sarbacane)

Slide background

Extrait de la bande dessinée "Namasté, Tome 1 : Sur la piste de Ganesh", "Tome 2 : Dans l’ombre du dieu singe", scénario d'Eddy Simon et dessin d'Aurélie Guarino, deux fois 44 pages, Éditions Sarbacane. (Copyright : Éditions Sarbacane)

Slide background

Extrait de la bande dessinée "Namasté, Tome 1 : Sur la piste de Ganesh", "Tome 2 : Dans l’ombre du dieu singe", scénario d'Eddy Simon et dessin d'Aurélie Guarino, deux fois 44 pages, Éditions Sarbacane. (Copyright : Éditions Sarbacane)

Slide background

Extrait de la bande dessinée "Namasté, Tome 1 : Sur la piste de Ganesh", "Tome 2 : Dans l’ombre du dieu singe", scénario d'Eddy Simon et dessin d'Aurélie Guarino, deux fois 44 pages, Éditions Sarbacane. (Copyright : Éditions Sarbacane)

Slide background

Extrait de la bande dessinée "Namasté, Tome 1 : Sur la piste de Ganesh", "Tome 2 : Dans l’ombre du dieu singe", scénario d'Eddy Simon et dessin d'Aurélie Guarino, deux fois 44 pages, Éditions Sarbacane. (Copyright : Éditions Sarbacane)

 
 
*Namasté, Tome 1 : Sur la piste de Ganesh, Tome 2 : Dans l’ombre du dieu singe, scénario d’Eddy Simon et dessin d’Aurélie Guarino, deux fois 44 pages, Éditions Sarbacane, 12,50 euros le volume.
Autant Adivasis meurtris est une BD noire à tous points de vue, illustrant les aspects les plus sinistres de l’Inde contemporaine, autant Namasté* est tout le contraire : gaie, colorée, légère. Un seul point commun, mais il est de taille : c’est le même scénariste qui a écrit les deux histoires. Inde, terre de contrastes…

Destinés aux enfants, les deux tomes de Namasté racontent l’histoire d’une petite française, Mina, qui arrive en Inde avec ses parents pour un séjour touristique. Dès leur arrivée à Mumbai (Bombay), la fillette est frappée par l’omniprésence des images de Ganesh, le dieu éléphant. Au point qu’elle descend du train de nuit qui les emmène à Agra parce qu’elle a cru le voir. Le train repart sans elle et la voilà toute seule en pleine nuit dans une bourgade inconnue… Pas plus affolée que ça, elle entreprend de chercher de l’aide pour retrouver ses parents mais sans succès puisqu’elle est incapable de s’exprimer en anglais. Jusqu’à ce qu’elle tombe sur un garçon de son âge, Pintu, qui – sacré coup de chance ! – parle français puisqu’originaire de Pondichéry.

Le jeune garçon emmène Mina chez son gourou, dans un temple de Ganesh. Les deux enfants partent ensuite à travers la campagne indienne en direction d’Agra, la ville du Taj Mahal, où ils espèrent retrouver les parents de Mina. Ce faisant, la fillette découvre bien des aspects de l’Inde : marchés de village, sâdhus (les « renonçants » qui errent sur les routes – voir notre photo-reportage), cérémonies religieuses, etc. Leur périple les amène dans le palais décrépi d’un vieux maharadja qui décide de conduire Mina à Agra dans son automobile antédiluvienne. Après moult péripéties, la petite famille se réunit.

Ce récit plein de fantaisie est conçu pour donner à de jeunes lecteurs une première image de l’Inde. A ce titre, il n’évite pas les clichés, depuis les charmeurs de serpents jusqu’aux singes omniprésents, clichés sans doute inévitables dans des albums de ce genre. Namasté présente aussi de multiples détails de la vie quotidienne : les mendiants dont la vue ne peut que choquer un enfant occidental qui débarque dans le pays ; les listes de noms affichées sur les wagons ; la distribution des repas dans les trains, etc. L’impression véhiculée est celle d’une Inde sérieusement aseptisée, où une fillette occidentale peut parcourir des centaines de kilomètres dans le pays sans jamais craindre pour sa sécurité – tout le contraire de l’Inde ultra-violente montrée dans Adivasis meurtris. Joyeux, plein de couleurs acidulées, ce double album est tout indiqué pour être lu par des enfants allant dans le pays avec leurs parents – à condition que cela ne leur donne pas l’envie de fuguer sur place…

Slide background

Couverture de la bande dessinée "Une vie avec Alexandra David-Néel, Tome 2", scénario de Fred Campoy et dessin de Mathieu Blanchot, Éditions Grand Angle. (Copyright : Éditions Grand Angle)

Slide background

Extrait de la bande dessinée "Une vie avec Alexandra David-Néel, Tome 2", scénario de Fred Campoy et dessin de Mathieu Blanchot, Éditions Grand Angle. (Copyright : Éditions Grand Angle)

Slide background

Extrait de la bande dessinée "Une vie avec Alexandra David-Néel, Tome 2", scénario de Fred Campoy et dessin de Mathieu Blanchot, Éditions Grand Angle. (Copyright : Éditions Grand Angle)

Slide background

Extrait de la bande dessinée "Une vie avec Alexandra David-Néel, Tome 2", scénario de Fred Campoy et dessin de Mathieu Blanchot, Éditions Grand Angle. (Copyright : Éditions Grand Angle)

Slide background

Extrait de la bande dessinée "Une vie avec Alexandra David-Néel, Tome 2", scénario de Fred Campoy et dessin de Mathieu Blanchot, Éditions Grand Angle. (Copyright : Éditions Grand Angle)

Slide background

Extrait de la bande dessinée "Une vie avec Alexandra David-Néel, Tome 2", scénario de Fred Campoy et dessin de Mathieu Blanchot, Éditions Grand Angle. (Copyright : Éditions Grand Angle)

 
 
*Une vie avec Alexandra David-Néel, Tome 2, scénario de Fred Campoy et dessin de Mathieu Blanchot, 104 pages, Éditions Grand Angle, 16,90 euros.
Signalons enfin la parution du second tome de Une vie avec Alexandra David-Néel* qui conclut la biographie dessinée de la célèbre exploratrice entamée avec un premier volume chroniqué en avril 2016 (voir notre article). Les auteurs achèvent ainsi le remarquable portrait intime de cette femme hors du commun qui, âgée de cent ans, rêvait encore de grands voyages. Les relations complexes qu’elle entretenait avec Marie-Madeleine Peyronnet, à la fois gouvernante, domestique/esclave et assistante de l’exploratrice dans ses travaux d’érudition, sont de nouveau évoqués avec finesse. Un ensemble de deux albums à ne pas rater, donc.
A propos de l'auteur
Patrick de Jacquelot
Patrick de Jacquelot est journaliste. De 2008 à l’été 2015, il a été correspondant à New Delhi des quotidiens économiques La Tribune (pendant deux ans) et Les Echos (pendant cinq ans), couvrant des sujets comme l’économie, le business, la stratégie des entreprises françaises en Inde, la vie politique et diplomatique, etc. Il a également réalisé de nombreux reportages en Inde et dans les pays voisins comme le Bangladesh, le Sri Lanka ou le Bhoutan pour ces deux quotidiens ainsi que pour le trimestriel Chine Plus. Pour Asialyst, il écrit sur l’Inde et sa région, et tient une chronique ​​"L'Asie dessinée" consacrée aux bandes dessinées parlant de l’Asie.