Politique
Expert - Politique chinoise

Chine : la fin de la bande du Jiangsu de Jiang Zemin et la reprise de Nankin par Xi Jinping

Le président chinois Xi Jinping, en discussion avec les anciens présidents Jiang Zemin et Hu Jintao.
Le président chinois Xi Jinping, en discussion avec les anciens présidents Jiang Zemin et Hu Jintao. (Crédit : AFP PHOTO / POOL / WANG ZHAO WANG ZHAO / POOL / AFP).
Lors de la douzième séance de l’assemblée provinciale du Jiangsu le 31 Mai dernier, Wu Zhenglong (吴政隆), né en 1964, alors secrétaire du Parti pour la ville de Nankin, a été nommé gouverneur par intérim du Jiangsu, siège vacant depuis déjà quelques semaines. Il est venu remplacer Shi Taifeng (石泰, né en 1956, à présent secrétaire du Parti au Ningxia. Cette promotion, la deuxième de Wu en moins de 8 mois, confirme la volonté de Xi Jinping de placer de plus loyaux alliés aux postes-clés dans la région du Huadong (华东), la base arrière de Shanghai, elle-même à un cheveu de tomber aux mains du président chinois.

Qui est Wu Zhenglong ? Concurrent, secrétaire et allié

*Li est un « petit prince » du Parti – son père, Li Weihan (李维汉) (1896-1984) occupa plusieurs fonctions importantes à Shanghai, dans le Jiangsu et le Zhejiang durant la guerre révolutionnaire pour ensuite être nommé au département du Front uni. Li Tieying fut un personnage-clé dans l’ascension de Jiang Zemin au Politburo en 1989 et sera un « facilitateur » politique pour Bo Xilai lors de ses premiers pas dans la province du Liaoning en 1984. **He, allié de Jiang Zemin, sera membre du Politburo de 2002 à 2012. ***Cela le place dans la moyenne d’âge (en terme de rang) des récents membres du Politburo comme Han Zheng (韩正), Zhang Gaoli (张高丽) ou encore Meng Jianzhu (孟建柱).
Originaire de Nankin, Wu Zhenglong est placé, un an après son entrée dans le Parti (1987), au ministère de la Mécanique et de l’Industrie électronique alors dirigé par Li Tieying (李铁映), né en 1936, membre du Politburo de 1987 à 2002*. Très tôt, en 1993, il devient le secrétaire de Bao Xuding (包叙定), né en 1939, alors ministre. Bao l’amène avec lui à la commission nationale pour la réforme et le développement (国家计委) (1998-1999) et le fait ensuite transférer avec lui à Chongqing où Bao sera maire de la municipalité aux côtés de He Guoqiang (贺国, né en 1943**. Wu est alors chef et secrétaire du district de Wanzhou (万州) en 2002, devenant ainsi cadre de rang préfectoral (正厅级干部) à 38 ans***. Il entre par la suite, à 43 ans, au comité permanent de la province en mai 2007, soit 6 mois avant l’arrivée de Bo Xilai en tant que secrétaire du Parti. Wu ne s’entendra pas avec Bo et son style « rude ». Cette mésentente se répercutera sur le parcours de Wu qui ne sera pas promu entre 2007 et 2013.
*Wu sera remplacé à la tête de Taiyuan par Wang Weizhong (王伟中), né en 1962. Wang viendra également remplacer Nie Chunyu (聂春玉), né en 1955 – ancien secrétaire du comité permanent du Shanxi mis en examen en 2014 (affaire Ling Jihua), et ensuite Xu Qin (许勤), né en 1961 à la tête de Shenzhen. Wang est considéré comme un cadre « parachuté (空降), choisit par Xi pour certaines « missions délicates ». **Cette affaire remonte au début des années 2000, lorsque Chen était haut dirigeant du groupe Taiyuan Iron and Steel. ***Cette affectation au Shanxi se voulait un test de Xi Jinping, directement impliqué dans la chute du « grand Tuanpai » qu’est Ling Jihua. ****Yang sera jugé par le parquet de Ningbo (Zhejiang) lors de sa capture en 2015. Le secrétaire de Ningbo était alors Liu Qi (刘奇), né en 1957 – allié de Xi et actuel gouverneur du Jiangxi. Lorsque que Liu quitte en 2016, la ville tombe aux mains de Tang Yijun (唐一军), né en 1961, un autre allié de Xi. C’est d’ailleurs Tang qui finalisera la sentence de Yang. *****Considérant qu’il ait obtenu son poste de rang ministériel/provincial à 53 ans, Wu reste en lice pour une promotion ultérieur d’ici 2022. Cela dit, Wu devrait être choisi au Comité Central en novembre pour venir appuyer Xi au Politburo.
Sa carrière reprend de la vitesse en 2014 lorsque Wu Zhenglong est envoyé à la tête de la ville de Taiyuan (Shanxi)* afin de remplacer Chen Chuanping (陈川平), né en 1962, alors mis en examen pour corruption**. Cette accusation est directement en lien avec l’affaire de Ling Jihua (令计划) et son « club du Shanxi » (西山会) dont Chen était membre***. Wu est ensuite envoyé au Jiangsu à la tête de Nankin, base importante pour la « clique de Nanjing » (南京系) de Xi Jinping. Ce faisant, Wu vient remplacer et, pour la suite des choses (sa nomination au poste de gouverneur), « remiser » Huang Lixin (黄莉新), né en 1962, déjà sur le comité permanent depuis 2007 et vice-gouverneure exécutive. Pourquoi ? Parce que Huang Lixin a longuement servi aux côtés de Hui Liangyu (回良玉), Li Yuanchao (李源潮) et Luo Zhijun (罗志军). Outre Li Yuanchao que l’on place parfois des deux côtés de la joute factionnelle, Hui et Luo sont des alliés avérés de Jiang Zemin.C’ets la raison pour laquelle Huang Lixin ne fut que secrétaire de Nankin pendant une vingtaine de mois et qu’elle ne fut pas secrétaire-adjointe (provinciale) du Parti. Autre fait notable, le prédécesseur de Huang Lixin, Yang Weize (杨卫泽), né en 1962 – secrétaire de Nankin de 2011 à 2015, fut lui mis en examen en janvier 2015****. Impliqué dans le projet de projet de pont au-dessus du Yangtze (润扬大桥), Yang est un allié de Jiang Zemin et de Zhou Yongkang. Ce faisant, il devait être remplacé. Enfin, il y a peine quelques jours, Wu fut choisi pour seconder Li Qiang (李强), né en 1959 – ancien secrétaire de Xi Jinping – en tant que gouverneur du Jiangsu*****.

Les remaniements dans le Jiangsu

Depuis notre dernier examen du Jiangsu, peu de choses ont changé. Seuls deux cadres ont quitté et deux se sont joints à l’équipe provinciale : Wang Jiong (王炯), né en 1964, maintenant ex-directeur du département de l’Organisation, a été transféré comme secrétaire-adjoint au Henan ; Zhang Lei (张雷), né en 1961, ancien gouverneur-adjoint, fut lui placé au Liaoning. Ce dernier, secrétaire de la ville de Taizhou (泰州) dans le Jiangsu de 2009 à 2014, fut remplacé par Lan Shaomin (蓝绍敏), né en 1964, lui-même secrétaire de Taizhou de 2014 à 2017. Le dernier venu, Guo Wenqi (郭文奇) arrive tout juste du bureau central de l’inspection des drogues et des produits alimentaires.

La « clique de Nanjing » et la nouvelle bande du Jiangsu

*Maintenant connu sous le nom de « théâtre de commandement de l’Ouest » (东部战区), la zone de Nanjing, jusqu’en 2016, regroupait les provinces de l’Anhui, du Jiangsu, du Zhejiang, du Jiangxi, du Fujian et Shanghai.
La clique de Nanjing, aussi parfois appelée la « nouvelle armée du Zhejiang » (浙江新军), fait référence aux liens que Xi Jinping a pu tisser lors de son passage dans la zone de commandement de Nanjing (南京军区) de 1999 à 2002*. D’ordinaire, cette clique rassemble les alliés militaires de Xi, dont Wang Ning (王宁), né en 1955 et Song Puxuan (宋普选), né en 1954, tous deux généraux (上将) et en lice pour la commission militaire centrale.
Ce recrutement dans la ville de Nankin – par le biais de Wu Zhenglong, et surtout, la « reprise » de la ville des mains de l’ancienne bande du Jiangsu de Jiang Zemin, retrace le parcours de Xi Jinping ainsi que sa reconquête de la Chine de l’Est depuis le début de son mandant en 2012. En ce sens, il faut surement s’attendre à encore plusieurs remaniements importants dans la zone côtière avant et après le 19e Congrès.
A propos de l'auteur
Alex Payette
Alex Payette (Phd) est co-fondateur et Pdg du Groupe Cercius, une société de conseil en intelligence stratégique et géopolitique. Ancien stagiaire post-doctoral pour le Conseil Canadien de recherches en Sciences humaines (CRSH). Il est titulaire d’un doctorat en politique comparée de l’université d’Ottawa (2015). Ses recherches se concentrent sur les stratégies de résilience du Parti-État chinois. Plus particulièrement, ses plus récents travaux portent sur l’évolution des processus institutionnels ainsi que sur la sélection et la formation des élites en Chine contemporaine. Ces derniers sont notamment parus dans le Journal Canadien de Science Politique (2013), l’International Journal of Chinese Studies (2015/2016), le Journal of Contemporary Eastern Asia (2016), East Asia : An International Quarterly (2017), Issues and Studies (2011) ainsi que Monde Chinois/Nouvelle Asie (2013/2015). Il a également publié une note de recherche faisant le point sur le « who’s who » des candidats potentiels pour le Politburo en 2017 pour l’IRIS – rubrique Asia Focus #3.