Culture
Films d'Asie du Sud

Cinéma indien : Kalki Kœchlin, star de Bollywood, activiste politique et française

L'actrice franco-indienne Kalki Kœchlin au 6ème Festival du Film d'Asie du Sud à Paris le 12 février. (Copyright : FFAST 2019)
L'actrice franco-indienne Kalki Kœchlin au 6ème Festival du Film d'Asie du Sud à Paris le 12 février. (Copyright : FFAST 2019)
Mi-française, mi-indienne, à la fois star de Bollywood et personnalité engagée dans de multiples causes, l’actrice Kalki Kœchlin est une voix singulière dans le cinéma indien. De passage à Paris dans le cadre du Festival du Film d’Asie du Sud (FFAST), la jeune femme s’exprime pour Asialyst sur la nouvelle vague du cinéma indépendant en Inde, la censure et la montée en puissance des partisans de la suprématie hindoue.
Double-cliquez sur les photos pour les visualiser en plein écran.
Pas plus que Kalki Kœchlin elle-même, le film qu’elle est venue présenter à Paris n’entre dans une case précise. Azmaish : a journey through the subcontinent est un documentaire fruit de la collaboration entre la réalisatrice pakistanaise Sabiha Sumar et l’actrice franco-indienne. Les deux femmes y sillonnent les deux pays « frères ennemis » issus de la Partition de 1947. Elles tentent d’y comprendre les grandes évolutions à l’œuvre et, singulièrement, les différentes façons dont le fondamentalisme religieux s’y manifeste. On y voit la jeune actrice interroger des paysans pakistanais ou subir les délires paranoïaques et haineux antimusulmans d’un partisan de l’hindutva. Selon la doctrine du BJP au pouvoir depuis cinq ans à New Delhi, l’Inde est un pays hindou où les autres religions n’ont pas leur place. De quoi faire oublier que si Kalki Kœchlin est très célèbre dans son pays, c’est en tant que vedette de l’usine à rêves de Bollywood, plus connue pour ses romances à l’eau de rose truffées de danses et de chansons que pour ses brûlots politiques.
Même si l’actrice s’était déjà illustrée par de nombreux engagements en faveur de grandes causes sociales, elle aborde là pour la première fois de front des questions éminemment politiques. Pourquoi une telle démarche ? « En fait, répond-t-elle, quand nous avons commencé ce projet, nous n’étions pas conscientes que ce serait si politique. C’était une enquête sur ce qu’on voyait autour de nous. Nous n’avons pas commencé à tourner en nous disant « on va étudier l’extrémisme ». Mais en faisant nos recherches, on s’est dit : « ah oui, l’extrémisme au Pakistan on le connaît bien, mais il y a aussi cet extrémisme hindou dont on parle moins. » Donc c’est devenu très politique. » La démarche personnelle de Kalki était initialement très différente : « Si j’ai fait ce documentaire, poursuit-elle, c’était pour sortir un peu du monde du cinéma. Quand on est acteur, et un tout petit peu connu, on devient coupé de la réalité. Alors quand Sabiha Sumar m’a proposé ce projet, j’y ai vu une chance de me remettre dans la réalité. »
L'actrice indienne Kalki Koechlin dans le film "Azmaish" de la réalisatrice pakistanaise Sabiha Sumar. (Crédits : Zeeshan Haider ©Vidhi-Films)
L'actrice indienne Kalki Koechlin dans le film "Azmaish" de la réalisatrice pakistanaise Sabiha Sumar. (Crédits : Zeeshan Haider ©Vidhi-Films)
Bollywood, reconnaît volontiers l’actrice, est « une industrie très glamour et parfois très artificielle ». C’est un monde qu’elle connaît parfaitement : en dix ans de carrière, elle a joué dans plus de vingt films dont différentes comédies à grand succès, a reçu de multiples prix et est devenue une habituée des pages people des tabloïds indiens. Un parcours plutôt étonnant pour une jeune fille 100% française… mais qui n’a jamais vécu qu’en Inde. C’est en effet dans ce dernier pays que ses parents, venus de France dans les années 1970, s’étaient installés et lui ont donné le jour. Même si Kalki est toujours de nationalité française (l’Inde n’accepte pas les doubles nationalités), elle considère l’Inde comme son véritable pays et il lui a fallu longtemps pour réaliser que son physique faisait d’elle quelqu’un de « différent » aux yeux des Indiens. Une différence dont le charme exotique contribue d’ailleurs sans doute à son succès auprès de ses compatriotes d’adoption !
Agée de trente-cinq ans aujourd’hui, la jeune femme ne s’est pas cantonnée, loin de là, au registre des « Bollywood » de série. Tout au long de sa carrière, elle est intervenue dans des films échappant aux canons du cinéma commercial indien. Dans That girl in yellow boots, elle joue le rôle d’une jeune occidentale à la recherche de son père dans les bas-fonds de Bombay, avec révélations sordides à la clé. Margarita with a straw est une impressionnante composition où elle interprète une jeune fille atteinte de paralysie cérébrale et qui découvre la sexualité. En outre, Kalki Kœchlin a multiplié au fil des années les engagements en faveur de multiples causes, du statut des femmes à l’éducation des enfants. Son plus haut fait en la matière : un court-métrage YouTube réalisé en 2013 après un terrible viol collectif intervenu à Delhi qui avait suscité une émotion considérable en Inde. Dans It’s your fault, vu près de sept millions de fois, elle détaille avec un grand sourire toutes les raisons qui font que lorsqu’une femme se fait violer, c’est évidemment de sa faute…
L'actrice franco-indienne Kalki Kœchlin. (Copyright : Chitrangada Chakroborty)
L'actrice franco-indienne Kalki Kœchlin. (Copyright : Chitrangada Chakroborty)
Cette double casquette d’actrice et d’activiste lui donne un statut très particulier à Bombay, la capitale du cinéma en Inde. « Les gens ne savent pas trop quoi faire avec moi, reconnaît-elle en riant. Même mon agent dit : « Ah, Kalki, il faut la laisser faire ses choix. » Parce que je ne rentre pas dans une case précise. Mais j’aime bien, ça me donne la liberté de pouvoir surprendre les gens et de me surprendre moi-même. » Elle l’admet volontiers : on accepte d’elle des choses que l’on n’accepterait pas de la part d’autres actrices. « C’est en partie parce que je prends mes décisions moi-même, explique-t-elle. Je n’ai pas toute une équipe, il n’y a pas quelqu’un qui façonne ma carrière pour moi. Je ne sais pas ce que je vais faire dans six mois ! »
Cette liberté de choix la pousse à s’investir beaucoup dans ce nouveau cinéma indépendant qui fleurit en Inde depuis quelques années. Un cinéma qui, tout en cherchant un succès commercial, ne suit par les normes de Bollywood et, surtout, s’intéresse aux sujets de société, qu’il s’agisse de corruption, d’éducation ou du statut des femmes. Ce mouvement produit des films très intéressants comme on a pu le vérifier de nouveau durant la sixième édition du FFAST qui vient de se tenir à Paris.
Cette émergence d’un nouveau cinéma réjouit beaucoup Kalki : elle se félicite notamment de ce qu’il « intéresse de plus en plus le public indien ». Grâce à la mondialisation en général et à Internet en particulier, « le monde est devenu plus petit. Maintenant, on a accès au cinéma de partout. Plus les gens ont de choix, plus ils s’ouvrent à d’autres choses. » Les nouvelles technologies permettent aussi de résoudre le problème crucial du manque de salles de cinéma : « Il y a tellement de films tournés et pas assez de salles pour les montrer, explique l’actrice. Mais désormais, beaucoup sortent sur Netflix et Amazon Prime. » Il y a quelques dizaines d’années, il était « beaucoup plus difficile qu’aujourd’hui de survivre en tant que cinéma indépendant. »
Sortis du carcan du cinéma commercial, ces films d’auteurs peuvent se permettre de traiter une large gamme de thèmes. Peut-on désormais parler de tout au cinéma ? « Non ! s’exclame Kalki Kœchlin. Il y a toujours des sujets très sensibles, la religion en particulier. C’est très difficile de vraiment critiquer une religion… » Et puis, ajoute-t-elle, « la censure est toujours là, il faut se battre contre elle. Quand j’ai fait Margarita with a straw, il a fallu beaucoup de batailles pour que le film sorte. Et deux coupes au final. Curieusement, ils n’ont pas supprimé la scène lesbienne, mais la scène de sexe entre l’homme et la femme. Et je faisais un doigt d’honneur, ils ne voulaient absolument pas voir ça. Donc on ne peut pas expliquer d’où viennent ces coupes, c’est vraiment bizarre. » En attendant, souligne-t-elle, « il n’y a pas encore de censure d’Internet. Donc tout à coup sur Netflix, on voit des choses comme des femmes complètement nues, des choses qu’on n’avait jamais vues en Inde ! Je suppose que cela ne va pas durer, on va voir… Mais quand les gens sont déjà exposés à cela, c’est difficile de revenir en arrière. »
La censure officielle n’est pas le problème le plus aigu auquel sont confrontés les artistes dans l’Inde d’aujourd’hui. En février 2017, le réalisateur Anurag Kashyap, qui fait office de chef de file de ce cinéma indépendant, et la réalisatrice/actrice Nandita Das avaient confié à Asialyst leur inquiétude face aux menaces et pressions en tout genre qui pèsent sur les créateurs. Deux ans plus tard, la situation ne s’est pas améliorée. Sur les réseaux sociaux, explique Kalki Kœchlin, « il y a les bhakts, une sorte de communauté hindutva, qui commentent, qui disent des choses qui font vraiment peur. Alors bien sûr, c’est seulement sur les réseaux sociaux et ce ne sont que des mots mais cela fait peur aux gens. Quand l’actrice Deepika Padukone a fait Padmaavat, le film de Sanjay Leela Bhansali, elle a reçu des messages de mort, on voulait sa tête. » Kalki Kœchlin a-t-elle été amenée à renoncer à un projet de crainte des réactions qu’il pourrait susciter ? Non, répond-t-elle, « pour le moment, j’ai toujours pu dire ce que je voulais dire. Il y a eu plein de choses horribles dites sur moi, des insultes, mais cela n’a pas changé ma vie dans la mesure où je peux continuer à faire les choix que je fais. Mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. Il y a des gens qui ont été arrêtés pour des choses qu’ils ont dites. »
Plus généralement, Kalki observe la situation de l’Inde avec un mélange d’inquiétude et d’optimisme. Depuis l’arrivée du BJP au pouvoir en 2014, observe-t-elle, « on a vu beaucoup de violences contre les musulmans, des lynchages liés à des histoires de vaches ». Mais en même temps, « je ne sais pas si l’hindutva peut vraiment avoir du succès dans le pays entier ». Deux raisons selon l’actrice : d’une part, certaines régions ne sont même pas hindoues comme dans le Nord-Est, et d’autre part, au sein-même de l’hindouisme, « il y a beaucoup de gens qui sont très modérés ». Enfin, souligne-t-elle, « il y a une communauté énorme de musulmans qui ne vont pas disparaître ou se convertir. Il y a trop de diversité, j’y crois vraiment car elle empêche qu’une seule religion ne dirige tout le pays. »
Sur le thème cher à son cœur du statut des femmes dans le pays, l’actrice franco-indienne affiche là aussi un optimisme mesuré. « Depuis dix ans que je suis à Bollywood, je vois beaucoup plus de femmes parmi les techniciens, les scénaristes. Ce sont des petits changements, pas très visibles, mais c’est ce qui va vraiment changer les choses, l’arrivée d’une sorte d’égalité dans le travail. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas toujours beaucoup de viols, beaucoup de violences contre les femmes, mais je crois aussi que cette violence vient du fait que les hommes se sentent menacés par la femme éduquée. Depuis vingt ans, le thème de l’éducation des filles a été très important, poussé par les ONG dans les zones rurales. Le résultat vingt ans plus tard c’est que maintenant les femmes veulent travailler, peuvent travailler. Mais les hommes n’ont pas été éduqués en parallèle. L’homme n’est pas prêt pour la femme qui a changé depuis son enfance, la femme qui était sa mère, tout le temps à la maison. Cela crée une sorte de violence, et cela va prendre une ou deux générations pour que cela ne soit plus si choquant que les femmes travaillent. »
Du travail, en tout cas, Kalki n’en manque pas. Actrice également au théâtre, où elle joue parfois ses propres pièces, elle a en train plusieurs projets de films et de séries télévisées. Il y a un domaine en revanche où elle n’a aucun projet en cours et elle le déplore : le cinéma français. « J’aimerais beaucoup faire quelque chose en France, bien sûr, mais c’est difficile, confie-t-elle. Ce n’est pas facile de pénétrer dans le cinéma français quand on n’y est pas déjà connu. » Même apparemment quand on est une star de Bollywood…
Par Patrick de Jacquelot
A propos de l'auteur
Patrick de Jacquelot
Patrick de Jacquelot est journaliste. De 2008 à l’été 2015, il a été correspondant à New Delhi des quotidiens économiques La Tribune (pendant deux ans) et Les Echos (pendant cinq ans), couvrant des sujets comme l’économie, le business, la stratégie des entreprises françaises en Inde, la vie politique et diplomatique, etc. Il a également réalisé de nombreux reportages en Inde et dans les pays voisins comme le Bangladesh, le Sri Lanka ou le Bhoutan pour ces deux quotidiens ainsi que pour le trimestriel Chine Plus. Pour Asialyst, il écrit sur l’Inde et sa région, et tient une chronique ​​"L'Asie dessinée" consacrée aux bandes dessinées parlant de l’Asie.