Société
Photographes d'Asie

Portfolio : Xinjiang, identités en sursis

Vieil homme ouïghour dans un village, près de Turpan. (Copyright : Maxime Crozet)
Vieil homme ouïghour dans un village, près de Turpan. (Copyright : Maxime Crozet)
La région autonome du Nord-Ouest chinois subit une répression et un contrôle social qui ne cessent de se durcir. Plongée photographique dans le monde en sursis des Ouïghours et des Tadjiks au Xinjiang, aux confins du Pamir.
Double-cliquez sur le diaporama pour le visualiser en plein écran.
Slide background

Un homme revêt son fils d'une doppa brodée, la calotte traditionnelle. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Vieil homme ouïghour dans un village, près de Turpan. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Aksakal (vieil homme à barbe blanche) dans son échoppe de village, près de Turpan. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Des équipes de cavaliers s'affrontent au Bouzkashi, sport emblématique des peuples nomades d'Asie centrale. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Partie de Bouzkashi, sport équestre collectif très populaire en Afghanistan. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Deux femmes de l'ethnie tadjike se blottissent l'une contre l'autre. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Vieil homme dans un village de la prefecture (xian) autonome tadjik de Tashkurgan. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Une jeune fille pose joyeusement à l'extérieur d'une habitation vétuste. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Jeune marié dans un village près de Tashkurgan. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Femme tadjike dans la région de Tashkurgan, à la frontière avec le Tadjikistan du plateau du Pamir. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Femme tadjike dans la région de Tashkurgan, à la frontière avec le Tadjikistan du plateau du Pamir. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Homme ouïghour dans la vieille ville de Kashgar. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Homme ouïghour dans la vieille ville de Kashgar. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Cavalier aux confins du Pamir. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Une horde de cavaliers surgit à l'horizon, dans le massif du Karakorum. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Femme ouïghoure devant la porte de sa maison, à Kashgar. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Un homme porte affectueusement sa fille, habillée spécialement pour une fête familiale. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Jeune garçon dans la préfecture autonome tadjike de Tashkurgan au Xinjiang. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Une femme joue du daf (tambour sur cadre de la tradition persane) lors d'un mariage. (Copyright : Maxime Crozet)

Slide background

Marchand de pommes au Grand Bazar de Kashgar. (Copyright : Maxime Crozet)

Contexte

Aux confins nord-ouest de la Chine se révèle l’immense province du Xinjiang (littéralement: « nouvelle frontière »). Jusqu’à peu, cette région était majoritairement peuplée d’Ouïghours, peuple musulman sunnite de langue turque, mais également de Kazakhs, de Hui, de Kirghizes, de Mongols, de Tadjiks et d’autres minorités venues d’Asie Centrale. Les Hans, l’ethnie chinoise majoritaire, arrivés par millions ces dernières décennies, représentent désormais plus de 40% de la population locale. Les efforts de la Chine pour étouffer un mouvement séparatiste et siniser ses régions frontalières, ont transformé le Xinjiang en un vaste laboratoire de contrôle social et de surveillance intérieure. La répression féroce contre les Ouïghours et les moyens mis en oeuvre pour contrôler les populations locales ne cessent de se durcir. Les quartiers traditionnels sont en train d’être rasés pour être remplacés par des constructions chinoises, les civils sont enrôlés dans la répression au nom de la sécurité. Il est presque impossible de se déplacer dans la région sans ressentir le regard implacable des autorités. Le voyageur indépendant doit passer des contrôles, franchir des checkpoints et répondre à des interrogatoires à longueur de journée. Pour les Han, ce Far-West chinois représente la nouvelle frontière, qui doit être ranimée pour créer la « Nouvelle route de la soie » de Pékin.

Durant un périple de la mer Caspienne au Kazakhstan jusqu’au Pakistan entre mars et juin 2018, Maxime Crozet a sillonné durant quelques semaines cette vaste région périphérique de la Chine. A la recherche de nouvelles frontières dans les oasis qui ponctuent l’ancienne Route de la soie, par-delà les espaces vides et solitaires, il a rempli sa mémoire de ces horizons aux visages découverts. Dans les ruelles du vieux Kashgar, au cours d’une partie de Bouzkashi (jeu de « l’attrape-chèvre ») ou encore lors d’un mariage traditionnel tadjik, il s’est laissé porter par les différentes expressions en quête d’harmonie, laissant aux lisières des déserts, des steppes et des sommets enneigés de l’Asie centrale, quelques empreintes intimes de peuples en déclin face à une nouvelle révolution culturelle en marche.

A propos de l'auteur
Maxime Crozet
Maxime Crozet est photographe voyageur. C'est au cours de ses nombreux périples que sa passion pour la photographie s'est développée, jusqu'à prendre une place centrale dans sa manière d'explorer le monde. Après une longue traversée du continent asiatique en 2007-2008, il y retourne régulièrement, afin de mieux connaître certaines régions et les populations qui la composent. A travers ses clichés, issus de la richesse de ses rencontres, son regard nomade illustre la diversité anthropologique, documentaire ou encore affective du portrait.
 Consulter son site.