Economie
Le Regard de Chine Magazine

La Chine accueille les BRICS à Xiamen

Parterre de fleurs en forme de navire à cinq voiles représentant les cinq principales économies nationales émergentes: le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud pour accueillir le prochain sommet des BRICS du 3 au 5 septembre prochain, devant le Centre International de Conférences de Xiamen, dans la province de Fujian sur la côte est de la Chine. Copyright : Zhou daoxian / Imaginechina / AFP
C’est le chef de l’État chinois Xi Jinping qui présidera le prochain sommet des BRICS du 3 au 5 septembre à Xiamen, dans le Fujian. La Chine, deuxième puissance économique mondiale, considère qu’elle fait toujours partie du groupe des émergents, avec le Brésil, la Russie, l’Inde et l’Afrique du Sud. Au-delà de la langue de bois officielle, l’objectif de ce nouveau sommet sera d’ouvrir de nouvelles voies de développement et de nouveaux marchés pour les cinq pays, et notamment pour les entreprises chinoises.

Près d’un quart de l’économie mondiale

Les chiffres donneraient presque le tournis. En quelques années, les BRICS sont devenus l’un des premiers poumons de l’économie mondiale. L’acronyme en représente 23%, soit 16 % du commerce extérieur et 12 % des investissements à l’étranger. Autrement dit, les cinq pays des BRICS contribuent à plus de 50% de la croissance mondiale. Pour Pékin l’objectif est clair : il s’agit de renforcer la coopération entre les membres, et le président chinois est prêt pour cela à enfiler sa casquette de super représentant de commerce. Lu Kang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a ainsi indiqué que Xi Jinping présiderait le dialogue entre les marchés émergents et les pays en voie de développement sur la « coopération mutuellement bénéfique pour le développement commun ».
Copie écran Chine Magazine

Consolider la coopération

Le gouvernement chinois souhaite établir des partenariats plus forts au sein et au-delà des cinq pays des BRICS, a déclaré de son côté le ministre des affaires étrangères, Wang Yi. Le pouvoir communiste espère des résultats notables dans plusieurs domaines, dont le renforcement de la coopération en matière d’économie et de sécurité, le développement des échanges culturels et entre les peuples, l’amélioration du développement des institutions, ainsi que la promotion de partenariats plus forts avec les autres pays émergents et en développement.
Pour Wang Yi, il s’agira lors de ce sommet de continuer à « accumuler les consensus sur le renforcement des échanges entre les peuples ». D’ailleurs, Xi Jinping assistera également à la cérémonie d’ouverture du forum commercial des BRICS. L’objectif sera de garantir entre les pays membres des BRICS les règles du commerce et de maintenir un équilibre entre le libre-échange et les intérêts nationaux sur fond de revers dans la mondialisation, a indiqué le vice-ministre du Commerce, Wang Shouwen.

Contexte

La Nouvelle banque de développement des BRICS a annoncé le déblocage de plus de 90 millions d’euros pour financer plusieurs projets de ses pays membres. Le conseil d’administration de la Nouvelle banque de développement (NBD) du groupe des BRICS a également approuvé le financement de quatre nouveaux projets pour un montant total de 1,4 milliard de dollars (environ 1,17 milliard d’euros). L’un de ces quatre prêts, de 460 millions de dollars (plus de 380 millions d’euros), sera alloué à la Russie pour le développement de son système judiciaire. Il s’agira « d’améliorer les infrastructures pénitentiaires et d’implanter dans le système judiciaire les technologies informatiques dans le cadre du programme fédéral de développement du système pour 2013-2020 », a indiqué la NBD dans un communiqué. Pour Leonid Gusev, chercheur au centre d’analyse de l’Institut des relations internationale de Moscou interviewé par l’agence officielle Xinhua, « la NBD des BRICS est complémentaire au système actuel de finance internationale ».

Créée en juillet 2014, la NBD a pour objectif de financer les grands projets d’infrastructures au sein du groupe des BRICS et dans des pays émergents. Le siège de l’institution se trouve à Shanghai et détient un capital d’environ 100 milliards de dollars (89 milliards d’euros). « La Nouvelle Banque de développement des BRICS a une vaste perspective, assure Leonid Gusev. Les pays membres doivent coordonner leurs efforts afin que la NBD soit un puissant instrument servant à financer les investissements dans les infrastructures et les projets de développement durable. »

Ouvrir de nouvelles voies de développement

A l’heure actuelle, les enquêteurs du commerce des BRICS sont parvenus à développer « leurs échanges et leur coopération, et sont parvenus à davantage de consensus sur le soutien au système actuel du commerce multilatéral et l’opposition à toute forme de protectionnisme », a précisé le vice-ministre du Commerce, Wang Shouwen. Ce dernier a appelé les pays à « protéger les intérêts communs des marchés émergents et des économies en développement, à faire avancer le développement des règles du recours commercial, et à lutter contre le protectionnisme ».
Aux yeux de Jiang Zengwei, chef du Conseil chinois pour la promotion du commerce international, cité par Xinhua, « les BRICS sont face à de belles perspectives en matière de coopération économique, et ces pays apporteront une plus grande contribution à l’économie globale dans le futur. Il existe un énorme potentiel de coopération sur les plans du commerce, des investissements, des finances et des infrastructures, entre les cinq pays. Les incertitudes et des facteurs instables existent toujours, mais les opportunités éclipsent les défis. »
Par la rédaction de Chine Magazine
A propos de l'auteur
Chine Magazine
Lancé en avril 2016, Chine-Magazine.Com est un site d'actualités sur la Chine situé dans l'Océan Indien, entre l'Afrique et l'Asie. Notre site a pour objectif de donner la parole aux experts et aux observateurs venus des pays émergents, dont l'Afrique et les pays de la Zone Océan Indien, tels que La Réunion (France), l'île Maurice, Madagascar, les Seychelles et l'Union des Comores. Pour C-M.C, l'important est de permettre à chacun de "Comprendre la Chine avant de la juger", comme l'a expliqué Gérald Béroud, fondateur de SinOptic.