Culture
Festivals asiatiques en France

India Express, six semaines de cinéma indien à Paris

Extrait du film indien "Lagaan" (2001) réalisé par Ashutosh Gowariker, avec Aamir Khan et Gracy Singh. (Credits : Aamir Khan Productions / The Kobal Collection / Singh Sachdev, Hardeep / via AFP)
Extrait du film indien "Lagaan" (2001) réalisé par Ashutosh Gowariker, avec Aamir Khan et Gracy Singh. (Credits : Aamir Khan Productions / The Kobal Collection / Singh Sachdev, Hardeep / via AFP)
Près de soixante films d’époques et de régions différentes vont être projetés au Forum des Images à Paris du 18 janvier au 26 février, brossant un panorama varié de l’immense production indienne. Plusieurs cinéastes de premier plan viendront dans la capitale française pour l’occasion.
La thématique du festival India Express se concentre sur les quatre mégapoles que sont Delhi, Mumbai/Bombay, Calcutta et Chennai. C’est en effet une tradition du Forum des Images « de brosser tous les ans ou tous les deux ans le portrait d’une ville », rappelle Laurence Briot, programmatrice dans ce centre du cinéma de la Ville de Paris. Après avoir traité par exemple Berlin et Londres, le Forum a voulu s’attaquer à l’Inde mais en étendant son approche à plusieurs villes : « Si nous nous étions concentrés sur Mumbai, nous n’aurions pas montré la diversité géographique et linguistique » du cinéma indien, souligne-t-elle. D’où la décision d’organiser le festival autour des quatre plus grandes métropoles du pays – un choix qui n’empêche pas, malgré tout, la présence dans la programmation de quelques films et thèmes fort peu urbains.

Eclectique, la gamme de films montrés pendant six semaines s’organise autour de trois pôles : quelques classiques du cinéma indien du siècle dernier, une palette de films représentatifs des grandes productions Bollywood et enfin un choix de films indépendants contemporains. Puisant largement dans des valeurs sûres et reconnues, le programme réserve relativement peu de découvertes pour les cinéphiles déjà passionnés par le cinéma indien. En revanche, il fournit à ceux qui veulent s’y intéresser une occasion parfaite d’aborder cet univers aussi riche que déroutant.

Au chapitre des classiques figurent des œuvres de Guru Dutt ou Satyajit Ray remontant aux années 1950 ou 60. Très fourni, le volet Bollywood présente de grands succès des années 2000. Ces films produits par l’énorme machine cinématographique de Bombay se caractérisent avant tout par leur débauche de couleurs, de musiques et de danse. Ils ne se bornent pas tous pour autant à rabâcher des mélos sentimentaux (même si c’est souvent le cas). Les meilleurs « font aussi passer des idées et abordent des thèmes comme les tensions intercommunautaires, les conflits frontaliers ou les questions féministes », précise Laurence Briot.

Dans ce registre, on pourra par exemple regarder le célèbre Lagaan qui traite des relations entre occupants britanniques et paysans oppressés au XIXème siècle, ou encore Swades, qui voit un Indien expatrié aux Etats-Unis redécouvrir brutalement les réalités de la misère du monde rural à l’occasion d’un retour au pays. Pour un Bollywood 100% pur jus, trois heures de mélo à la puissance dix sans message ni profondeur mais prodigieux de chorégraphie, de musique et de vitalité, ne pas rater La famille indienne – dépaysement garanti !

C’est au chapitre du cinéma d’auteur, dit « indépendant », que l’on pourra trouver les films les plus intéressants. Ces toutes dernières années ont vu se multiplier de telles productions qui visent un succès commercial sans sacrifier aux codes de Bollywood, sans recourir aux super stars hors de prix et en traitant souvent de thèmes sociaux ou psychologiques ancrés dans la réalité de l’Inde d’aujourd’hui. Le festival propose certains titres déjà bien connus comme The lunchbox ou encore Les gangs de Wasseypur. D’autres gagneront à être découverts, comme le très intéressant Court, une plongée dans les méandres de la justice indienne.

Affiche du festival India Express qui présentera le cinéma indien en 60 films du 18 janvier au 26 février au Forum des Images à Paris. (Crédits : Forum des Images)
Affiche du festival India Express qui présentera le cinéma indien en 60 films du 18 janvier au 26 février au Forum des Images à Paris. (Crédits : Forum des Images)
Plusieurs invités de marque participeront à India Express. Le plus connu en France est sans doute Anurag Kashyap. Ce cinéaste de talent joue à merveille de la provocation pour défendre un cinéma d’auteur qui remporte un vrai succès commercial. A Paris pour un week-end de trois jours, il présentera cinq films dont Les gangs de Wasseypur et Dev.D. Au chapitre des superproductions de Bollywood, Ashutosh Gowariker viendra montrer plusieurs de ses grands succès, dont Swades, Lagaan et le film historique à grand spectacle Jodhaa Akbar. Deux femmes incarneront le cinéma indépendant : Nandita Das, actrice et réalisatrice engagée, et Gitanjali Rao, réalisatrice de films d’animation.

A signaler enfin parmi les diverses animations au programme la « Nuit des idées » du 26 janvier, consacrée aux deux grands mythes hindous, le Ramayana et le Mahabharata, et leur représentation dans la culture indienne contemporaine. La soirée commencera par une rencontre présidée par l’écrivain Jean-Claude Carrière (auteur entre autres de l’adaptation théâtrale du Mahabharata de Peter Brook) et se poursuivra avec un spectacle de danse et des films dont l’excellent film d’animation Sita chante le blues.

Patrick de Jacquelot

A voir

Du 18 janvier au 26 février, India Express au Forum des Images, Forum des Halles, Paris. Détail du programme et informations sur le site du Forum des Images. Tél : +33 1 44 76 63 00.

A propos de l'auteur
Patrick de Jacquelot
Patrick de Jacquelot est journaliste. De 2008 à l’été 2015, il a été correspondant à New Delhi des quotidiens économiques La Tribune (pendant deux ans) et Les Echos (pendant cinq ans), couvrant des sujets comme l’économie, le business, la stratégie des entreprises françaises en Inde, la vie politique et diplomatique, etc. Il a également réalisé de nombreux reportages en Inde et dans les pays voisins comme le Bangladesh, le Sri Lanka ou le Bhoutan pour ces deux quotidiens ainsi que pour le trimestriel Chine Plus. Pour Asialyst, il écrit sur l’Inde et sa région, et tient une chronique ​​"L'Asie dessinée" consacrée aux bandes dessinées parlant de l’Asie.