Culture
Livres d'Asie du Sud

 

"La huitième reine" de Bina Shah : Faut-il désespérer du Pakistan ?

L'ex-Premier ministre pakistanaise Benazir Bhutto
L'ex-Premier ministre pakistanaise Benazir Bhutto le jour de son dernier meeting électoral, jour de son assassinat, le 27 décembre 2007 à Rawalpindi le 27 décembre 2007. Le nouveau roman de Binah Shah, La huitième reine", se déroule notamment ce jour-là. (Crédits : AAMIR QURESHI / AFP)
Avec La huitième reine, Bina Shah brosse un portrait sensible et sans concession du Pakistan et plus encore du Sindh, la région de Karachi. Quand les mensonges se dissipent et que l’espoir renaît, alors la fin n’est pas loin…
Comment peut-on être Pakistanais ? Comment vivre dans un pays en faillite, à l’économie en ruine, écartelé depuis des dizaines d’années entre dictatures militaires et fondamentalisme islamique, une puissance nucléaire menacée de « talibanisation » ? En mentant, peut-être, semble suggérer Bina Shah dans son beau roman La huitième reine, dont la traduction française vient de paraître. Son héros, Ali Sikandar, ment en effet beaucoup et à tout le monde : il prétend que son père, qui lui fait honte, est mort, ce qui est faux ; il cache sa petite amie Sunita parce qu’elle est de religion hindoue alors qu’il est musulman ; il dissimule à tout le monde son projet de partir vivre aux Etats-Unis, etc. Rien d’étonnant dans un pays où la frontière entre vérité et mensonge est ténue et où les théories du complot prolifèrent. « Quelle preuve avait-on qu’il s’agissait réellement de musulmans (dans les attentats du 11 septembre) ? s’interroge Sikandar, le père d’Ali, on peut tout inventer, tout peut être vrai ou faux, en fonction des intérêts concernés. »

En cette fin 2007, Ali est journaliste à Karachi dans une chaîne d’information en continu. Le Pakistan traverse une période troublée – comme d’habitude. Le général Musharraf tient le pays d’une main de fer, Benazir Bhutto s’apprête à revenir après des années d’exil pour tenter de devenir Premier ministre une troisième fois. Quant à la vie quotidienne, Bina Shah, journaliste comme son personnage, en dresse un portrait éloquent :

« Lorsqu’il conduisait sa voiture dans les rues de Karachi, Ali devait éviter nids-de-poule et fossés parce que toutes les routes étaient aussi labourées que si des mines avaient explosé partout. (…) Souvent il revenait à une maison obscure : le délestage garantissait six à sept heures par jour sans électricité. Il rêvait de pouvoir s’offrir un générateur permettant de faire marcher tous leurs climatiseurs, mais ils ne disposaient que d’un système UPS qui alimentait quelques lampes et quelques ventilateurs pendant une heure avant de frémir et d’expirer comme un vieux bœuf qui aurait soudain décidé de mourir au milieu de la route. »
Couverture du nouveau roman de Bina Shah, "La huitième reine"
Couverture du nouveau roman de Bina Shah, La huitième reine", paru en français aux éditions Actes Sud.
La vie personnelle d’Ali est aussi chaotique que l’environnement dans lequel il évolue. Son travail ne le satisfait pas, sa liaison avec Sunita ne semble pas avoir beaucoup d’avenir. Écœuré par la situation politique du Pakistan, il refuse de s’impliquer en quoi que ce soit et ne rêve que de s’installer aux Etats-Unis tout en étant conscient du paradoxe : « Si l’Occident avait tant fait pour empirer la situation des Pakistanais ordinaires, s’interroge-t-il, pourquoi étaient-ils tous si impatients d’abandonner le Pakistan pour aller s’installer dans des pays occidentaux ?

Et puis surtout, il y a ce père qu’Ali rejette totalement. Parce qu’il les a abandonnés, lui, sa mère et ses frère et sœur, pour aller vivre avec une nouvelle épouse. Parce qu’il est un « féodal », membre de l’ancienne élite à qui les Pakistanais d’aujourd’hui imputent une bonne partie de la responsabilité des difficultés du pays. Sikandar est un Pir, c’est-à-dire un descendant d’un saint soufi, cette branche mystique de l’islam qui a fleuri notamment dans la région du Sindh dont Karachi est la capitale. Au fil des siècles, ces descendants des Pirs sont devenus des leaders spirituels vénérés par le peuple mais, en même temps, leur influence leur a valu d’accumuler terres et richesses, dont ils s’occupent beaucoup plus que de leur rôle religieux. De quoi en faire des objets de haine pour tous ceux qui ne les adorent pas…

La huitième reine est profondément ancré dans l’histoire de cette région bien particulière. Les chapitres du roman contemporain sont entrelacés de courts récits éparpillés dans les siècles passés, mais toujours en résonance avec l’histoire d’aujourd’hui : les mythes fondateurs, les origines des Pirs, l’arrivée des colons britanniques, la jeunesse du père d’Ali ou celle de Benazir Bhutto.

Toutes ces racines historiques, Ali aimerait bien les oublier. Mais une série d’événements fait voler en éclat la bulle de mensonges protecteurs dans laquelle il s’est enfermé. Sunita rompt avec lui quand elle découvre qu’il lui ment ; comme il couvre le retour triomphal de Benazir Bhutto au Pakistan, son cameraman est tué dans l’attentat qui fait plus de 130 morts ; sa chaîne de télévision est interdite durant l’état d’urgence qui s’ensuit. Tous ces chocs suscitent une profonde remise en question chez le jeune homme. Il s’engage dans les mouvements de défense de la démocratie et de l’état de droit, redécouvre les vertus de Benazir Bhutto, qu’il rejetait d’autant plus que son père en était un admirateur inconditionnel, se réconcilie avec Sunita en lui avouant ses mensonges. Il renoue même avec son père en l’appelant au secours quand il est arrêté lors d’une manifestation antigouvernementale : être fils d’un Pir riche et influent présente tout de même quelques avantages…

« Tout le monde a droit à une deuxième chance », pense-t-il dans les dernières pages du livre, euphorique d’avoir retrouvé ses repères familiaux, sentimentaux et politiques. Une maxime qu’il applique à Benazir Bhutto dont il couvre alors un grand meeting électoral à Rawalpindi le 27 décembre 2007. Le roman se termine alors qu’il court aux côtés de la voiture de la femme politique et s’apprête à lui adresser la parole.

La perspective d’une « deuxième chance » serait-elle ouverte au Pakistan ? C’est la conclusion optimiste que pourrait laisser croire la chute du roman. Sauf que… Bina Shah n’en dit pas un mot, mais le récit s’interrompt juste avant l’attentat (bien réel) qui coûte la vie à Benazir Bhutto – et donc, dans la fiction, à Ali aussi vraisemblablement. Comme si l’auteur de ce roman complexe et captivant n’avait pu se résoudre à écrire noir sur blanc que l’espoir, en fait, n’est pas permis.

Patrick de Jacquelot

A lire

La huitième reine par Bina Shah, éditions Actes Sud, 368 pages, 23 euros.

Bina Shah, écrivaine pakistanaise, auteur du roman "La huitième reine"
Bina Shah, écrivaine pakistanaise, auteur du roman La huitième reine.
A propos de l'auteur
Patrick de Jacquelot
Patrick de Jacquelot est journaliste. De 2008 à l’été 2015, il a été correspondant à New Delhi des quotidiens économiques La Tribune (pendant deux ans) et Les Echos (pendant cinq ans), couvrant des sujets comme l’économie, le business, la stratégie des entreprises françaises en Inde, la vie politique et diplomatique, etc. Il a également réalisé de nombreux reportages en Inde et dans les pays voisins comme le Bangladesh, le Sri Lanka ou le Bhoutan pour ces deux quotidiens ainsi que pour le trimestriel Chine Plus. Pour Asialyst, il écrit sur l’Inde et sa région, et tient une chronique ​​"L'Asie dessinée" consacrée aux bandes dessinées parlant de l’Asie.