Economie
Expert - numériques en Chine

 

Chine : les grandes tendances du e-commerce

Des livreurs se préparent à aller distribuer les commandes effectuées en ligne par les clients sur le site JD.com
Des livreurs se préparent à aller distribuer les commandes effectuées en ligne par les clients sur le site JD.com, concurrent du géant du e-commerce Alibaba.com. (Crédit : Ji haixin / Imaginechina / AFP)

La Chine est le nouvel Eldorado des réseaux sociaux mais aussi du e-commerce, le commerce en ligne. Quelles sont donc les grandes tendances de cette “nouvelle” façon de consommer, d’acheteurs toujours plus connectés ? Analyse des “nouveaux” usages et des nouvelles tendances d’un marché en plein expansion.

Weibo se transforme en plateforme de “shopping social”

C’est l’une des grandes tendances : le twitter chinois Sina Weibo, se transforme progressivement en une plateforme de “shopping social”. Le shopping dit “social” est l’une des nombreuses applications du e-commerce qui a pour ambition de reproduire l’usage des réseaux sociaux sur le commerce en ligne, en permettant à chacun de diffuser sa liste d’achats à ses amis qui pourront à leur tour la commenter ou l’enrichir.

L’une des grandes tendances qui se confirme est celle de la place du site de micro-blogging Sina Weibo. En effet, 82% de ses utilisateurs utilisaient le réseau social pour effectuer des achats en ligne en 2014, ce qui a propulsé le réseau social chinois comme le numéro un mondial des applications sociales, loin devant les mastodontes Facebook et Twitter, selon le Global Web Index cité par China Internet Watch.

Weibo compte 136 millions d’utilisateurs actifs mensuel, dont 82 % effectuant des achats en ligne via le site et 80% recherchant un produit ou un service à acheter.

Ce chiffre est important car en Chine, la plupart des utilisateurs des réseaux sociaux chinois font des achats en ligne plus de trois fois chaque mois. Également, dans la majorité des cas, les utilisateurs du site de micro-blogging appartiennent à la tranche d’âge des 20 – 35 ans, et bénéficient donc d’un grand pouvoir de consommation – notamment pour le commerce en ligne. Au final, Weibo est donc plus utilisé par ses utilisateurs comme une plateforme de e-commerce qu’en tant que pur réseau social.

Par ailleurs, la communauté du e-commerce en Chine est très puissante puisqu’elle comptabilise 24 millions de fans selon les données de fin 2014, pourvoyant de grosses opportunités pour les détaillants en ligne. C’est ce que nous explique Romain, un sinophone basé à Shanghai :”L’activité préférée des chinoises est le “shopping”. Elles aiment se réunir entre copines et aller faire les magasins, découvrir les produits, essayer des nouveaux vêtements… Ainsi, associer les réseaux sociaux et le shopping est une idée très pertinente en Chine !”.

Le crossbording

Le “crossbording shopping” est une tendance de plus en plus populaire en Chine. Le “crossbording” permet d’effectuer des achats en ligne sur des sites étrangers afin d’accéder à un nombre plus important de produits et à des prix bien moins chers que sur le marché.

Ainsi, la Chine est en troisième position en tant que destination de shopping préférée des américains et se situe en deuxième position dans le classement des pays utilisant le “crossbording” pour effectuer des achats à l’étranger.

Un phénomène qui s’explique notamment par l’absence de cartes de crédit internationale pour une grande partie de la population chinoise allié à leur volonté de plus en plus grandissante d’obtenir des produits étrangers – gage de qualité – contre certains produits locaux, au regard des nombreuses contrefaçons et scandales alimentaires et qualitatifs qui ont frappé les produits chinois ces dernières années.

”Les chinois aiment partir à l’étranger et acheter des produits importés, c’est comme ça. Il existait jusqu’à lors une activité : le Daigou (代购), soit un acheteur professionnel ou “personal shopper”, qui est basé à l’étranger et achète des produits en Europe pour les expédier en Chine. Le crossborder est là pour réguler cette activité parallèle en Chine”, explique Yang, un blogueur chinois spécialiste de l’internet en Chine.

Les Flashsales

Les “Flashsales” ou ventes flash sont des offres à durée limitée, des promotions qui ne visent que certains produits sur une durée allant de quelques heures à quelques jours. C’est aujourd’hui un bon moyen de se procurer des produits habituellement un peu excessif hors des soldes officielles. L’un des meilleurs exemples de ce type de ventes est disponible sur le site mei.com.

Les ventes par abonnement

La vente par souscription est un autre phénomène à ne pas rater en Chine. Certaines marques vont ainsi permettre à leur client de recevoir chaque mois un colis contenant des produits selon l’abonnement choisi. Par exemple, la société The French Cellar, qui exporte directement depuis la France vers la Chine, des vins français sélectionnés par leur sommelier triplement étoilé – Nicolas Rebut. Par la suite, la société envoie chaque mois à ses abonnés les bouteilles sélectionnées.
La campagne de promotion de la compagnie The French Cellar à destination du public asiatique.

Les ventes via WeChat

Enfin WeChat est le profesionnel pour la vente et les achats en ligne. L’application mobile permet déjà à ses utilisateurs par sa fonctionnalité WeChat Wallet (portefeuille) de réserver des billets d’avions, de commander des taxis, de payer courses ou additions, de prendre un rendez-vous chez le médecin… WeChat n’a ainsi plus rien à prouver de ce côté là mais continue sa progression spectaculaire en espérant – c’est son objectif depuis le départ – réussir à prendre des parts de marché au grand concurrent Taobao.
A propos de l'auteur
Olivier Vérot
Olivier Vérot est un expert en marketing numérique en Chine. Passionné par ce pays et par l’univers numérique chinois, il a fondé Gentlemen Agency Marketing Agency marketing to china et créé Marketing china, qui est aujourd’hui dans le top 5 des sites français sur le marketing et l’un des sites les plus consultés sur la Chine.