Revue de presse Asie - 14 août 2015

Shinzo Abe ne s’excuse pas, explosions de Tianjin en questions et torture sri-lankaise dénoncée

Copie d’écran du South China Morning Post, le 14 août 2015
Copie d’écran du South China Morning Post, le 14 août 2015.

Asie du Nord-Est

Chine : questions en suspens après les explosions de TianjinSouth China Morning Post – Le quotidien hongkongais revient en questions sur les violentes explosions du mercredi 12 août, qui ont fait au moins 44 morts et 520 blessés à Tianjin près de Pékin. Les produits stockés dans l’entrepôt étaient peut-être hautement inflammables (dès une température de 35°), une éventuelle entorse aux règles de sécurité n’est pas à écarter. Concernant la nature des vapeurs chimiques dégagées par les explosions, le quotidien rappelle les propos des autorités, pas encore à même de les identifier avec précision, mais qui estiment que leur concentration n’est pas « excessivement élevée », faisant preuve d’un optimisme encore à vérifier. Car on trouverait entre autres dans l’air du nitrate de potassium ou du cyanure de sodium. Et ce dernier inquiète particulièrement les observateurs : néfaste mais inodore, il s’attaque au système nerveux des personnes qui le respirent.
Le South China Morning Post revient ensuite sur le grand nombre de pompiers décédés (12, soit plus d’un quart des victimes). En fait, bon nombre d’entre eux étaient présents sur place dès 22h50 pour contenir l’incendie de l’entrepôt, et les explosions se sont déclenchées 40 minutes plus tard.
La sécurité de la zone industrielle du port de Tianjin est également remise en cause : contre toute évidence aujourd’hui, un rapport de 2014 par l’Académie des Sciences environnementales de la ville assurait qu’un incident dans la zone n’affecterait pas les populations alentour… Aujourd’hui, la possibilité de nouvelles explosions n’est pas écartée : de nouveaux composants chimiques se sont créés dans l’air lors de l’accident, et les produits libérés contenant du sodium peuvent réagir violemment au contact de l’eau.
Japon : Abe ne s’excuse pas pour les crimes du Japon il y a 70 ansThe Mainichi – Des condoléances, mais pas d’excuses. The Mainichi publie aujourd’hui la traduction du discours que prononcera le Premier ministre nippon pour les 70 ans de la capitulation japonaise. Une déclaration notamment attendue par la Chine et la Corée du Sud, note le Wall Street Journal. Les deux Etats s’inquiètent des interprétations historiques de Shinzo Abe et lui ont demandé de formuler, à l’instar de ses prédécesseurs, des excuses nationales. Mais Shinzo Abe ne satisfera pas leur demande. S’il exprime des sentiments de “profond chagrin » et d’ « éternelles condoléances », le Premier ministre estime que le temps n’est plus aux excuses. « Au Japon, les générations d’après-guerre représentent plus de 80 % de la population totale, explique-t-il. Nous ne devons pas laisser nos enfants, nos petits enfants et les générations ultérieures, qui n’ont rien à voir avec cette guerre, être prédestinés à s’excuser.”
La posture du Premier ministre reflète le sentiment croissant de l’opinion publique selon laquelle le Japon se serait suffisament excusé pour les crimes commis pendant la « guerre de 15 ans » (1931-1945), d’après un sondage également publié par The Mainichi. En 2015, 44 % des Japonais partageraient cette opinion contre 36 % en 2006.
Yuan chinois : la banque centrale réévalue la monnaie et promet qu’elle ne baissera pas de 10%Global Times – Non, la Banque centrale chinoise ne compte ni dévaluer le yuan de 10 %, ni lancer une guerre des monnaies en Asie. C’est en tout cas ce qu’a déclaré le gouverneur adjoint de l’institution suite à une dépêche de Reuters annonçant de potentielles futures dévaluations, après celles du début de semaine (- 2 % puis – 1,6 % et – 1,1 %). Afin de rassurer les marchés financiers, les autorités chinoises ont même légèrement réévalué le yuan par rapport au dollar (+ 0,05 %) ce vendredi, indique The Guardian avec l’AFP. Les deux dévaluations successives avaient en effet été interprétées comme le signe d’une économie chinoise en mauvaise santé.
Taïwan : la lente agonie des smartphones HTC qui licencient 2000 salariésChina Post – Autrefois l’une des stars montantes du mobile intelligent, le constructeur taïwanais HTC subit une lente dégringolade face à Samsung, Apple et surtout les nouveaux géants chinois comme Lenovo, Huawei ou les smartphones à bas prix de Xiaomi. L’entreprise vient d’annoncer la suppression de 2000 postes (15 % de ses effectifs) dans le cadre d’une vaste restructuration visant à réduire de 35 % ses dépenses de fonctionnement. HTC souhaite également diversifier ses activités au profit des smartphones haut de gamme et de la réalité virtuelle, a indiqué son directeur Cher Wang.

Asie du Sud-Est

Malaisie : inquiétudes sur l’économie avec la chute du ringgit liée à la dévaluation du yuanThe Malaysian Insider – Citant un éditorial du quotidien de langue chinoise Sin Chew Daily, le Malaysian Insider se fait l’écho des fortes inquiétudes qui pèsent sur l’économie du pays. La triple dévaluation du yuan a porté un coup important à la monnaie malaisienne, le ringgit, dont la valeur est au plus bas depuis 17 ans. D’autres facteurs permettent d’expliquer la situation économique défavorable du pays : la hausse attendue des taux d’intérêts par la Réserve fédérale américaine, la chute du prix des produits exportés par la Malaisie (comme l’huile de palme), la baisse des conversions de monnaies étrangères en ringgit, les nouvelles taxes sur les importations et le scandale de corruption 1MDB qui plombe le Premier ministre. C’est à ce scandale qu’il faut s’attaquer en priorité, selon le Malysian Insider : en mettant fin aux « controverses nées de l’impasse politique actuelle », la Malaisie se remettra enfin « sur les rails de la croissance », estime l’éditorialiste.
Thaïlande : acquittement rarissime dans une affaire de lèse-majestéBangkok Post – Surapak Phuchaisang savoure sa liberté. Alors que la quasi-totalité des accusés de lèse-majesté ont reconnu leur crime ou sont encore en procédure d’appel, ce développeur informatique de 45 ans a été acquitté ce vendredi 14 août par la Cour suprême de Thaïlande. Il avait passé 14 mois en détention provisoire à cause de 5 messages insultant la famille royale, postés sur son compte Facebook en 2011. La Cour de Première Instance et la Cour d’Appel s’étaient déjà exprimées en faveur de son acquittement en 2012 et en 2014, rappelle le Bangkok Post. La décision de la Cour suprême intervient quelques jours seulement après que le Haut-Commissariat des Nations unies aux Droits de l’Homme a demandé au gouvernement thaïlandais de réformer la loi sur le crime de lèse-majesté, jugée trop sévère et trop floue (voir notre revue de presse du mardi 11 août).
Vietnam : l’Union syndicale des travailleurs maintient sa demande d’augmentation du SMIC de 16,8% pour 2016The Saigon Times – Après une longue enquête sur les besoins fondamentaux des travailleurs, l’Union syndicale des travailleurs du Vietnam propose au gouvernement d’augmenter le salaire minimum de référence de 16,8%. Les résultats montrent que seuls 8 % des salariés du pays arriveraient à faire des économies, tandis que 20 % ne pourraient même pas subvenir à leurs besoins vitaux. Mais les patronats vietnamien et étranger s’opposent à toute hausse supérieure à une fourchette de 5 à 6,5% selon les régions du pays. Le Vietnam dispose en effet de 4 différents SMIC régionaux variant entre 130 et 180 euros mensuels, pour une moyenne nationale de 160 euros.

Asie du Sud

Sri Lanka : les détenus tamouls toujours torturés selon un rapportThe Hindu – Malgré la fin de la guerre civile en 2009, les blessures restent ouvertes au Sri Lanka. Un rapport de l’ONG britannique Freedom from Torture révèle ainsi que les détenus tamouls sont toujours autant victimes de torture par les agents du gouvernement. Les analyses médico-légales effectuées sur 148 prisonniers ont conclu à des passages à tabac (100 % des cas), des brûlures (78 %), des tortures sexuelles (71 %), des techniques d’asphyxie (38 %), différentes formes de suspension (45 %) et d’isolement (70 %). Au total, 93 % d’entre eux ont été torturés en raison de liens présumés avec le LTTE (Liberation Tigers of Tamil Eelam), groupe terroriste ayant lutté, pendant la guerre civile, en faveur de la création d’un Etat indépendant au nord-est du Sri Lanka. La publication de ce rapport intervient à quelques jours des élections générales dans le pays, qui auront lieu ce lundi 17 août (voir notre article sur le sujet).
Inde : ceux qui luttent contre la « chasse aux sorcières » dans l’AssamHindustan Times – Dans l’Etat de l’Assam frontalier avec le Bouthan, la « chasse aux sorcières » qui vise hommes et femmes est désormais strictement réprimée. Le Hindustan Times dresse le portrait d’une femme dont les années de lutte ont contribué à l’adoption hier, jeudi 13 août, du « Prevention of and Protection from Witch Hunting Act » par l’assemblée régionale de l’Assam. Le combat de Birubala Rabha remonte à 1996, alors que son fils avait failli être assassiné au cours d’une de ces « chasses aux sorcières ». Depuis 2010, au moins 77 personnes ont été tuées et 60 blessées lors de tels mouvement dans cet Etat du nord-est indien.
Pakistan : trois nouveaux cas d’abus sexuels sur des enfantsDawn – Cinq suspects ont été arrêtés dans l’est du Pakistan après la révélation de trois nouveaux cas de viols sur enfants ce jeudi 13 août. Cela fait déjà plusieurs jours que les abus sexuels sur mineurs font l’actualité au Pakistan. La police a lancé en début de semaine une grande vague d’interpellations, après avoir étouffé de tels scandales pendant plusieurs années (voir nos revues de presses du lundi 10 août et du mercredi 12 août).

La rédaction d’Asialyst