Revue de presse Asie - 11 août 2015

Présidentielle taïwanaise, lèse-majesté thaïlandais et pâtes indiennes

Copie d’écran du Bangkok Post, le 11 août 2015
Copie d’écran du Bangkok Post, le 11 août 2015.

Asie du Nord-Est

Taïwan : Les cartes de l’élection présidentielle de janvier 2016 redistribuées

Taipei Times – Avec la candidature déclarée de James Soong, le président du Parti pour le Peuple, formation politique proche du Kuomintang (le parti au pouvoir), le rapport de forces entre les quatre candidats déclarés se transforme, nous apprend le sondage publié immédiatement après, le 8 août, par le quotidien en chinois United Daily News et repris aujourd’hui par le Taipei Times. Ainsi, dès l’annonce de sa candidature, jeudi dernier, l’ancien gouverneur de la province de Taïwan, et candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2000, grimpe immédiatement à 24% des intentions de vote, faisant chuter à 17% la côte de la candidate du Kuomintang au pouvoir, Hung Hsiu-chu. De son côté, Tsai Ing-wen, la candidate du Parti démocrate-progressiste, dans l’opposition, continue de dominer la course, mais moins nettement avec 36% des intentions de votes. Toujours selon le même sondage, 59% des Taiwanais continuent toutefois de penser que Tsai Ing-wen remportera l’élection. Désormais, la présidentielle, qui n’a qu’un tour à Taïwan, doit se penser comme une triangulaire où les chances du KMT apparaissent désormais d’autant plus réduites. En 2000, la même configuration politique avait permis l’élection du président indépendantiste, Chen Shui-bian, à une poignée de votes devant James Soong, artisan déjà de la division du KMT.

Japon : redémarrage du premier réacteur nucléaire depuis la catastrophe de Fukushima

The Japan Times – Malgré une forte opposition des citoyens nippons, le réacteur numéro 1 de la centrale de Kyushu Electric Power Co.’s Sendai dans la préfécture de Kagoshima a été remis en route aujourd’hui. C’est une première depuis l’incident de Fukushima il y a quatre ans et cinq mois qui avait vu le pays instaurer un moratoire sur l’utilisation de l’énergie atomique. Et le quotidien japonais de noter que le lobby pro-nucléaire – mené par le Premier ministre Shinzo Abe et le ministre du Commerce et de l’Economie – entend redémarrer le plus grand nombre de réacteurs ; et cela le plus rapidement possible car l’énergie nucléaire est « meilleur marché » et une utilisation plus massive permettra « d’infléchir la courbe des émissions de gaz à effet de serre ». Le prochain redémarrage (le réacteur 2 de la même centrale) est d’ores et déjà prévu pour la mi-octobre et pas moins de 23 réacteurs pour un total de 14 centrales sont aujourd’hui à l’étude.

Chine : Le gouvernement veut développer la semaine de 4,5 jours

China Daily – Pékin entend encourager une réduction du temps de travail afin de booster le tourisme en cette période d’économie chancelante. En ce sens, le conseil d’Etat demande, dans un document de travail tout juste publié, davantage de flexibilité pour les employés qui souhaiteraient ne pas travailler du vendredi après-midi au lundi matin. Pour encourager les entreprises et leurs employés à suivre ses recommandations, le Conseil d’Etat annonce également – dans le même document – la construction de nouvelles structures touristiques allant des ports de croisières (10 seront construits d’ici à 2020) à des emplacements réservés aux caravanes et autres camping-cars (1 000 emplacements dédiés seront construits d’ici à 2020). Dès que le document a été rendu public, les mots-clés weekends# et #short vacation sont devenus les plus populaires du site de microblogging Sina Weibo, note le quotidien anglophone.

Asie du Sud-Est

Thaïlande : le HCDH appelle à réformer le crime de lèse-majesté

Bangkok Post – Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH) se dit “consterné” par la sévérité des nombreuses peines de prison auxquelles ont été soumis les citoyens thaïlandais ces derniers mois. Dernière en date : celle infligée à Samak P, malade mental reconnu, condamné à une peine de 5 ans de prison par le tribunal militaire de la province de Chiang Rai. Devant la dureté de ces peines, Ravina Shamdasani, la porte-parole du Haut-Commissariat, a demandé une libération totale de tous ces prisonniers détenus « à cause de leurs droits à la liberté d’expression », et a appelé le gouvernement militaire à « amender cette loi vague afin de la mettre en concordance avec les standards internationaux de respect des droits de l’homme ».

Indonésie : un cadeau de la part de Twitter

The Jakarta Post – Le réseau social Twitter a décidé de célébrer en avance les 70 ans de l’indépendance indonésienne (le 17 août prochain) en rendant public aujourd’hui deux émoticons dédiés. Le premier représente le drapeau rouge et blanc du pays (#Indonesia) et le second est sobrement intitulé “Merdeka70” ce qui signifie indépendance 70 (#RI70). Depuis l’annonce de leur mise en place, ces deux emoticons sont immédiatement devenus des mots-clés très usités en Indonésie.

Thaïlande : Le gouvernement a-t-il censuré un film hollywoodien ?

Khaosod English – Les autorités thaïlandaises avaient, selon plusieurs médias thaïlandais, interdit dans les salles de cinéma du royaume le film américain No Escape. Ce dernier raconte l’histoire (fictive) d’une famille en vacances dans un pays asiatique non spécifié et dont le séjour est bouleversé par un coup d’Etat. L’information a été démentie par un officiel cité par le site thaïlandais Khaosod : le gouvernement de Bangkok n’a pas interdit la diffusion de No Escape. Le film, dans lequel joue Pierce Brosnan, avait été tourné en Thaïlande fin 2013. Curieusement, les signes et slogans apparaissant dans le film sont écrit en khmer… mis à l’envers.

Asie du Sud

Inde : l’affaire des pâtes ne refroidit pas

Times of India – Le gouvernement est désormais prêt à poursuivre le groupe Maggi (filiale du groupe Nestlé) devant la Commission nationale des litiges envers les consommateurs (National Consumer Disputes Redressal Commission – NCDRC), utilisant ainsi pour la première fois une mesure incluse dans la loi vieille de trente ans dite de protections des consommateurs. Ce n’est que la suite logique du scandale des nouilles instantanées au teneur en plomb trop marquée, qui secoue le pays depuis maintenant deux mois. Le groupe avait subi une interdiction de vente desdites pâtes et une perte de chiffre d’affaire de 664 millions de roupies (plus de 9 millions d’euros) au deuxième trimestre 2015.
Par Antoine Richard