Revue de presse Asie - 12 août 2015

Guerre des monnaies, amitiés Bangkok-Pyongyang et Nestlé poursuivi en Inde

Copie d’écran du South China Morning Post, le 12 août 2015.
Copie d’écran du South China Morning Post, le 12 août 2015.

Asie du Nord-Est

Chine : dévaluation du yuan, crainte d’une guerre régionale des monnaiesSouth China Morning Post – En deux jours, la Banque centrale chinoise (Popular Bank of China, PBOC) a opéré la plus forte dévaluation du yuan depuis 2005 : – 1,6 % ce mercredi 12 août, après une baisse de 2 % hier. Cette décision inattendue a tiré vers le bas la valeur des monnaies régionales comme le dong vietnamien, la roupie indonésienne ou le dollar taïwanais (tombé à son plus bas niveau depuis cinq ans, indique le Taipei Times). De ce fait, les gouvernements d’Asie-Pacifique craignent une guerre des monnaies liée à l’importante dévaluation du yuan chinoise. Mais la PBOC s’est voulue rassurante en annonçant ne plus compter dévaluer le yuan, et continuer de développer des mécanismes stabilisateurs pour sa monnaie. Elle a également déclaré vouloir mettre fin au strict encadrement du yuan afin qu’il puisse fluctuer plus librement. Une décision qui pourrait permettre au FMI d’intégrer la monnaie chinoise au panier de devises utilisé pour ses droits de tirages spéciaux (DTS), ce que souhaite Pékin.
Japon : le redémarrage du réacteur de Sendai critiqué par la presseAsahi Shimbun – Dans un éditorial, le quotidien japonais appelle à ne pas répéter pour d’autres centrales nucléaires la procédure qui a permis le redémarrage du réacteur de Sendai. Il ne critique pas seulement cette décision comme contraire aux souhaits de l’opinion publique, il considère trop évasifs les nouveaux critères soumis par l’Autorité de régulation nucléaire (NRA) autorisant la réouverture de réacteurs. Un basculement en faveur des énergies renouvelables serait une meilleure solution, indique le journal.
Corée du Sud : un homme s’immole lors d’une manifestation anti-japonaiseKorea Herald – 70 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les ressentiments sont encore vifs en Asie. Lors d’une manifestation organisée devant l’ambassade du Japon à Seoul ce mercredi 12 août, un homme de 81 ans a tenté de s’immoler par le feu pour dénoncer l’esclavagisme sexuel imposé par les Japonais à l’époque de la colonisation (1910-1945). Rapidement transféré à l’hôpital, il souffre de brûlures au troisième degré mais ses jours ne sont pas en danger. Le Korea Herald rappelle que 200 000 femmes, en majorité coréennes, avaient été forcées de se prostituer dans des maisons closes réservées aux militaires japonais durant la première moitié du XXe siècle.

Asie du Sud-Est

Thaïlande : « Que savons-nous de la Corée du Nord ? »Prachatai English – Le journal thaïlandais s’interroge à l’occasion de la visite à Bangkok du ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Su Yong. Son homologue thaïlandais, Tanasak Patimapragorn s’est réjouit de voir la Corée du Nord “courtiser” les entreprises de Thaïlande, indique le Japan Times. Le chef de la diplomatie a souligné qu’aux yeux des Nord-Coréens, « les Thaïs sont des gens bien et dignes de confiance », suggérant que Pyongyang apprécie chez le nouveau pouvoir militaire à Bangkok une envie de faire des affaires sans critiquer la dictature de Kim Jong-un.
En réaction, Prachatai publie un éditorial bien pesé Pavin Chachavalpongpun. Cet universitaire revient sur l’empreinte méconnue de Pyongyang en Thaïlande et en Asie du Sud-Est, à la lumière de la rivalité entre les deux Corée. Ou comment les missions catholiques sud-coréennes soutenues par Séoul prennent en charge les réfugiés nord-coréens – un enjeu d’autant plus important pour la Thaïlande qu’elle est le seul pays d’Asie du Sud-Est à accepter de leur accorder l’asile. Voilà donc une pierre d’achoppement non négligeable dans les relations entre Bangkok et Pyongyang. L’éditorialiste rappelle aussi la stratégie du soft power nord-coréen derrière la visite du ministre Ri Su-yong. A l’image du réseau de restaurants ouverts par le gouvernement de Pyongyang en Asie du Sud-Est (Phnom-Penh, Siem Reap, Bangkok), qui lui permet d’engranger des devises étrangères.
Malaisie : le principal parti d’opposition intente un procès contre le Premier ministreThe Malaysian Insider – Le dossier du scandale 1MDB, fonds d’investissement étatique, est encore loin d’être clos. Le principal parti d’opposition malaisien, le PKR, a décidé d’attaquer en justice le Premier ministre Najib Razak pour violation de la loi électorale du pays. En effet, les 700 millions de dollars qui lui ont été transférés correspondent à « près de 26 fois la limite autorisée » pour des comptes de campagne, souligne le vice-président du PKR. Outre le Premier ministre, la plainte vise également le Secrétaire général du parti au pouvoir, le BN (Barisan Nasional), le fonds d’investissement 1MDB et la Commission électorale du pays. Le PKR souhaiterait ainsi que Najib Razak soit reconnu coupable de corruption, que le parti BN soit « désenregistré » et que les résultats des élections générales de 2013 soient rejetés, indique The Malaysian Insider.
Vietnam : la banque centrale réagit à la dévaluation du yuanTuoiTre News – En réponse à l’importante dévaluation du yuan, la Banque centrale vietnamienne a décidé de faire passer de +/- 1 % à +/- 2 % la fourchette de fluctuation du dong par rapport au dollar. Cela doit permettre d’assurer la compétitivité du pays par rapport à la Chine, qui représente son premier partenaire commercial. C’est la première fois depuis 2011 que la Banque centrale vietnamienne touche à cette fourchette de fluctuation, alors que le yuan a connu en deux jours sa plus importante dévaluation depuis 2005.

Asie du Sud

Inde : le gouvernement demande 89 millions d’euros à Nestlé en dommages et intérêtsTimes of India – En accord avec ses déclarations de lundi, le gouvernement indien a porté plainte hier contre Maggi, filiale du groupe Nestlé, auprès de la Commission nationale des litiges envers les consommateurs. Il réclame 89 millions d’euros de dommages et intérêts à l’entreprise suisse pour avoir dégradé la santé de plusieurs millions de consommateurs indiens (des femmes enceintes et des enfants notamment). En cause : des nouilles instantanées à la teneur en plomb trop élevée. D’après le Times of India, le ministère de la Consommation souhaite une sanction « exemplaire » afin d’empêcher de nouveaux scandales alimentaires de cette ampleur.
Pakistan : « chiffres cruels » et « loi inoffensive » sur le viol d’enfantDawn – Le quotidien pakistanais s’inquiète du décalage entre des viols d’enfants aux « proportions alarmantes » et du « manque de lois et mécanismes » devant les empêcher comme les sanctionner. Ainsi, 3 002 plaintes auraient été déposées en 2013 et 3 508 en 2014 à l’échelle du pays. Cette hausse est analysée par Dawn comme le fruit d’une récente campagne de sensibilisation auprès des victimes, mais aussi comme la conséquence de politiques de répression inefficaces, si ce n’est inexistantes. Cet article fait suite à la récente vague d’arrestations liées au plus vaste scandal de viols sur mineurs du pays, étouffé par les autorités pendant près de 10 ans (voir notre revue de presse).

Asie centrale

Ouzbékistan : déchéance de la nationalité en cas de crimes « contre la paix et la sécurité »Radio Free Europe – La loi ouzbèke prévoit désormais la déchéance de nationalité pour les citoyens reconnus coupables d’ « activités mercenaires, terroristes, incitant à la haine raciale, ethnique ou religieuse » et d’autres crimes « contre la paix et la sécurité ». Ces nouvelles dispositions visent directement Daech et le Mouvement islamique d’Ouzbékistan, au même titre que différents groupes terroristes asiatiques et moyen-orientaux, indique Radio Free Europe.

La rédaction d’Asialyst