Culture
événement

L'Asie à Paris : révolution hongkongaise et devinettes sur le Tibet

Affiche de l'exposition "Eau et cendres, pour (R)évolution créatrice" du 3 au 7 décembre à l'espace DOC! à Paris. (Crédit : DR)
Affiche de l'exposition "Eau et cendres, pour (R)évolution créatrice" du 3 au 7 décembre à l'espace DOC! à Paris. (Crédit : DR)
Envie de cinéma, d’expo ou de rencontres sur l’Asie à Paris ? Découvrez la sélection d’Asialyst et les événements de nos partenaires.
Si vous avez un événement notable sur l’Asie à nous faire connaître, écrivez-nous.

Du 3 au 7 décembre : la révolution hongkongaise s’expose à Paris

Affiche de l'exposition "Eau et cendres, pour (R)évolution créatrice" du 3 au 7 décembre à l'espace DOC! à Paris. (Crédit : DR)
Affiche de l'exposition "Eau et cendres, pour (R)évolution créatrice" du 3 au 7 décembre à l'espace DOC! à Paris. (Crédit : DR)
« Eau et Cendres pour une (R)Évolution Créatrice », veut donner au public français l’opportunité de découvrir ce visage méconnu de la révolution hongkongaise. Les treize artistes exposés ont tous un lien fort et intime avec la contestation en cours. Qu’ils soient nés en Chine ou à Hong Kong, qu’ils soient Français ou Américains, tous questionnent la sauvegarde des libertés, celle qui dépasse les frontières et les individualités.
A travers une grande variété de médias et de formes artistiques, le public découvrira le regard des artistes sur cette révolution. Certaines des œuvres visibles sont nées sur les lieux mêmes des manifestations. D’autres ont été utilisées comme outil pour manifester. D’autres encore sont des installations interactives, mises à disposition des passants, à la fois spectateurs et acteurs des manifestations. D’autres enfin nous livrent l’émotion de leurs auteurs à travers des poèmes, des photographies et des peintures digitales.
Malgré le risque de représailles de la part des autorités, ces artistes nourrissent la détermination sans faille de ces millions de femmes et d’hommes qui risquent leur vie chaque jour, au nom de notre humanité.Cette exposition est organisée par le Comité pour la liberté à Hongkong, basé à Paris.
Voici le programme :
Le 3 mardi décembre de 18h30 à 21h30 : vernissage avec un discours des représentants du Comité pour la Liberté à Hongkong et une performance de danse
Le jeudi 7 décembre de 14h à 22h30, journée festive de clôture :
– Performance artistique retraçant les événements marquants de la contestation à Hong Kong
– Présentation du film Yellowing, un documentaire sur le « mouvement de parapluies » en 2014 (film en cantonais avec sous-titres en anglais)
– Présentation du film Ten Years, quel avenir pour Hongkong d’ici 2025 ? Un film réalisé en 2015 montre, à travers cinq histoires courtes, un Hong Kong très différent, un avenir qui pourrait arriver plus tôt que prévu… (Film en cantonais avec sous-titres en anglais).
– « Le regard des Français à Hong Kong » Les Français qui vivent à Hongkong ou sont témoins des manifestations vous racontent leur ressenti.
– Une table ronde pour échanger avec certains des 13 artistes : Alcohol Salon, Hong Kong / Badiucao, Australie / Chan Sai Lok, Hong Kong / Diana Wege, États-Unis / Harcourt Romanticist, Hong Kong / Hector Bouhier, France / Him Lo, Hong Kong / Justin Wong, Hong Kong / Kacey Wong, Hong Kong / Nicola Longobardi, Hong Kong / RC Team, Hong Kong / Tommy Fung, Hong Kong / Vivian Ho, Hong Kong.
L’exposition aura lieu du 3 au 7 décembre l’espace DOC! au 26 rue du Docteur Potain, Paris XIXème, métro Télégraphe ou Place des Fêtes. Consultez le programme ici.

Le 7 décembre à 17h à librairie Le Phénix : rencontre avec Françoise Robin, Véronique Gossot et Sènga la Rouge, auteurs de 108 devinettes sur le Tibet

Affiche de la rencontre avec Françoise Robin, Véronique Gossot et Sènga la Rouge le 7 décembre 2019 à la librairie Le Phénix à Paris. (Crédit : DR)
Affiche de la rencontre avec Françoise Robin, Véronique Gossot et Sènga la Rouge le 7 décembre 2019 à la librairie Le Phénix à Paris. (Crédit : DR)
A l’occasion de la parution de l’ouvrage 108 devinettes du Tibet aux éditions de l’Asiathèque, la librairie accueillera Françoise Robin, Véronique Gossot et Sènga la Rouge pour un échange autour de leur livre.
Le jeu de devinettes est un fait culturel très répandu dans la vie des Tibétains, aussi bien au Tibet qu’en exil. A ce jour, aucune traduction dans aucune langue du monde n’a été faite de devinettes tibétaines permettant aux autres cultures de les découvrir. La publication de ce livre contribue à la conservation et à la transmission d’un patrimoine ludique, à la fois culturellement spécifique – le monde tibétain – et universel – le jeu des devinettes). Le livre, conçu pour petits et grands, rassemble 108 devinettes du Tibet, toutes illustrées et en version bilingue. Les devinettes sont précédées d’une page : « Comment jouer aux devinettes tibétaines ? » et suivies d’un texte « à l’usage des lecteurs curieux » destiné à ceux, parents ou non, qui souhaiteraient approfondir leur connaissance de cette tradition orale tibétaine. Ce texte contient trois récits à travers lesquels on voit comment se déroulent les parties. Les devinettes traduites et leur solution sont accompagnées d’un riche imagier qui rend attrayant l’accès à ce patrimoine.
Les illustrations présentent des éléments familiers dans toutes les cultures mais le plus souvent reliés à l’univers tibétain (radis, pêche, yaourt…) ou des objets spécifiques du quotidien des Tibétains (porte-encens, tambour, thangka…). Pour représenter fidèlement certains objets du patrimoine culturel tibétain, l’illustratrice a pris pour modèle des pièces exposées au musée Guimet et a eu accès aux réserves du musée du Quai Branly. Au Tibet, le jeu de devinettes familiarise l’enfant avec son monde culturel et ses valeurs, et lui permet également de développer son esprit logique. Mais le jeu de devinettes a une autre vertu : avec son goût du rythme et son amour des mots, il introduit à un univers poétique fondé sur le langage. Avec ce livre, c’est maintenant à tout le monde d’y jouer.
Françoise Robin a soutenu en 2003 une thèse de doctorat à l’Inalco, intitulée La littérature de fiction d’expression tibétaine au Tibet depuis 1950 : enjeux identitaires. Elle effectue régulièrement des missions au Tibet. Elle est professeure de langue et littérature tibétaines et dirige la section « tibétain » à l’l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Elle est également membre du conseil de l’Association internationale pour les études tibétaines et vice-présidente de la Société Française d’Études du Monde Tibétain, qu’elle a co-fondée en 2012.
Véronique Gossot est doctorante à l’Inalco et ses travaux portent sur l’auteur tibétain contemporain Tagbumgyal. Elle a soutenu en juin 2017 un master de recherche en traduction littéraire sous la direction de Françoise Robin (Inalco) : Du rire à l’implicite chez Tagbumgyal : traduction d’un discours distancié. Elle a traduit la nouvelle Le chien de garde de Tagbumgyal dans le numéro 8 de la revue Jentayu.
L’illustratrice, Sènga la Rouge, est une ancienne étudiante à l’École nationale supérieure des Arts décoratifs. Elle est illustratrice et plasticienne. Elle mène une activité de directrice artistique en design graphique dans l’édition. Elle aime mêler typographie, couleur et dessin, pour créer des objets graphiques uniques.
La rencontre aura lieu le jeudi 7 décembre à 17h à la librairie Le Phénix, 72 boulevard de Sébastopol, Paris IIIème, métro Réaumur-Sébastopol.
A propos de l'auteur
Joris Zylberman
Joris Zylberman est directeur de la publication et rédacteur en chef d'Asialyst. Ancien correspondant à Pékin et Shanghai pour RFI et France 24, cofondateur de la société de production Actuasia, écrit, réalise et produit des reportages sur la Chine depuis 9 ans. Il est co-auteur des Nouveaux Communistes chinois (Armand Colin, 2012) et co-réalisateur du documentaire “La Chine et nous : 50 ans de passion” (France 3, 2013).