Economie
Expert - La Chine et le tourisme

 

Petite typologie des voyageurs en Chine

Un voyageur devant le monastère bouddhiste de Ganden Sumsteling Gompa à Zhongdian dans la province du Yunnan.
Un voyageur devant le monastère bouddhiste de Ganden Sumsteling Gompa à Zhongdian dans la province du Yunnan. (Crédit : ANGELO CAVALLI / ROBERT HARDING PREMIUM / ROBERT HARDING / AFP).

Les premiers voyages vers la Chine étaient, comme dans la plupart des pays, à but commercial. Tous les lecteurs ont bien sûr entendu parler de la Route de la Soie, ouverte par les Chinois… Etablie à la même époque, la Grande Mosquée de Xi’an, majestueuse, construite selon les plans architecturaux d’un temple chinois symbolise l’ouverture, la tolérance du pays, l’importance des échanges avec l’étranger il y a plus de 1000 ans…
Par la suite, se sont succédées de nombreuses alternances d’ouverture et de fermeture du pays causées entre autres par les changements de dynasties, les guerres entre les différents royaumes à l’intérieur de la Chine et la rencontre déstabilisante avec l’Occident avec les guerres de l’opium… Tout cela s’est poursuivi jusqu’au début du XXe siècle. Ce dernier a été marqué par de nombreux bouleversements dramatiques, de la chute de l’Empire à la Révolution culturelle, laissant peu de place au développement du tourisme.
La chose est devenue possible à partir des années 1980, grâce à la politique d’ouverture lancée par Deng Xiaoping. Dès lors, chaque année, de plus en plus d’Européens se rendent en Chine pour des séjours plus ou moins longs à vocation touristique. Aujourd’hui, qui sont ces curieux qui tentent des vacances dans l’Empire du Milieu ? Selon notre expérience, quelques profils se démarquent, tant sociologique qu’économique ou plus simplement ayant trait à l’âge.

Le jeune cadre dynamique

Il voyage généralement en Chine pour des raisons professionnelles. Il envisage rarement d’aller y passer des vacances, car il a peu de goût pour la culture et les autochtones, leurs habitudes. Même à l’heure de la mondialisation, les jeunes cadres dynamiques qui s’attendent à rencontrer leurs semblables mais avec les « yeux bridés », sans laisser place à la différence culturelle, sont souvent surpris.

Les « bobos »

Curieux de cette culture millénaire, ils partent, enfants sous le bras, en voyage individuel, sur mesure, découvrir un peu de campagne, un peu de ville et le tout avec une envie de rencontre et une curiosité culturelle. Lors de ces voyages, la plupart du temps, leurs retours d’expérience sur le terrain sont positifs.

Les indécis

Sans a priori, curieux, ils décident un voyage en Chine, souvent par hasard, attirés par une offre spéciale sur la destination. Il s’agit ici aussi des touristes rendant visite à des amis expatriés. Pour le dire plus franchement, ils n’auraient souvent pas eu l’idée d’aller en Chine, mais c’est l’occasion. Ces voyageurs sont généralement agréablement surpris par la Chine. Bien qu’ils n’avaient pas spécialement envie de s’y rendre, leurs retours sont toujours plutôt positifs. Nombreux sont même ceux qui recommencent l’aventure !

Les retraités « nostalgiques »

En septembre 1976, Le Grand Timonier Mao Zedong s’éteint et avec lui la Révolution Culturelle. Peu à peu, le pays s’ouvre alors à l’étranger. J’ai eu la chance au cours de ces dernières années de rencontrer plusieurs personnes ayant découvert la Chine pour la première fois dans les années 1980. Escorte policière hurlante lors des déplacements en bus, chambres surveillées, discours plus qu’incertains des guides, mers de vélo dans les avenues de Pékin ; beaucoup partagent encore de bons souvenirs d’une expérience surréaliste.
Il y a beaucoup de nostalgie, de tolérance et de merveilleux souvenirs pour ces touristes de la première heure. Ils ont généralement fait plusieurs voyages en Chine mais il la redécouvre petit à petit, sans jugements de valeur, souvent admiratifs, intrigués. Ils sont tous étonnés de la vitesse à laquelle le pays s’est développé, conscients aussi des inconvénients que cela engendre. En effet, l’évolution économique ultra rapide, l’apparition sur la scène internationale de la Chine – et tout cela en à peine 30 ans – suscitent l’admiration pour certains, la peur pour d’autres.
A propos de l'auteur
Céline Souvent
Parachutée en Chine par une société française, spécialisée dans le voyage « sur mesure », Céline a vécu, parcouru ce vaste pays pendant presque 6 ans. Mise face à une vie quotidienne radicalement différente de la sienne, elle s’est rapidement penchée sur les différences culturelles des deux pays de manière à croiser les connaissances, utiliser les forces des différentes cultures pour mieux se comprendre, mieux communiquer, mieux vivre, mieux travailler ensemble. Rentrée en Europe depuis peu, passionnée par ce pays, elle a créé sa propre société « Cercle de Jade » dont le but est, d’une part, transmettre sa passion de la Chine à travers le voyage, en détournant les incontournables et faciliter les échanges commerciaux entre les sociétés occidentales et les sociétés chinoises, d’autre part, à travers la culture, les relations humaines.