Société
Business de demandeurs d’asile

L’Australie “prépare” 4 réfugiés pour le Cambodge

Image de la capture d'écran
Capture d’écran du Phnom-Penh Post : les tentes du centre de rétention des réfugiés sur l’île de Nauru.
Le système de « transfert » des réfugiés entre l’Australie et le Cambodge se met en place difficilement. Selon le Phnom Penh Post, quatre réfugiés de Nauru, île du Pacifique, ont été transférés en Australie dans un lieu inconnu, en attente d’une approbation du gouvernement cambodgien pour les accueillir. Parmi les quatre demandeurs d’asile, un Rohingya de Birmanie, de cette ethnie musulmane déclarée apatride par le gouvernement de Rangoon et qui est au cœur d’une crise humanitaire en Asie du Sud-Est, et trois Iraniens dont un couple. Ils se sont tous inscrits pour faire partie du premier groupe de réfugiés « relocalisés » au Cambodge, selon le deal de plusieurs millions de dollars signé par Camberra et Phnom Penh en septembre dernier.

Cependant, la communication officielle se contredit légèrement dans la presse. Selon Kerm Sarin du ministère de l’Intérieur cité par le Phnom Penh Post, le gouvernement cambodgien « n’était pas informé » de ce premier transfert de réfugiés. Sarin précise qu’une délégation du Cambodge en visite à Nauru fin avril, pour évaluer les dossiers des réfugiés, n’aurait pas encore remis son rapport au gouvernement pour qu’il prenne une décision. Mais le Cambodia Daily rapporte d’autres propos du même Kerm Sarin : le rapport a déjà été remis et la décision d’accueil ou de refus des quatre réfugiés va bientôt être prise. Selon ce dernier journal, les propositions australiennes de transfert de réfugiés ont été « fermement refoulées ».

Le Sydney Morning Herald nous explique les subtilités de l’affaire : le ministère cambodgien de l’Intérieur est très fâché de recevoir les quatre réfugiés de Nauru, qui est l’homonyme du mot « enfer » en khmer. En outre, de nombreux responsables ont été « choqués » d’apprendre la « promesse » des officiels australiens de l’immigration faite aux demandeurs d’asile. Si ces derniers acceptaient de se rendre dès le 20 avril au Cambodge, ils toucheraient 15 000 dollars avec une aide au logement, à l’alimentation et à la formation professionnelle. Autrement dit, s’ils renonçaient à l’Australie pour vivre dans l’un des pays les plus pauvres d’Asie.

In fine, le deal des réfugiés a le soutien du Premier ministre Hun Sen. Lequel a personnellement mené les négociations pour que son pays reçoive en échange une aide supplémentaire de l’Australie, à hauteur de 40 millions de dollars.

La rédaction d’Asialyst