Politique
événement

Visioconférence le 10 mars - "Où va "l'Alliance du thé au lait" entre les jeunes pro-démocratie de Thaïlande, Hong Kong et Taïwan ?"

Un dessin représentant la Milk Tea Alliance (source : Twitter)
Un dessin représentant la Milk Tea Alliance (source : Twitter)
Bloquez la date ! Le mercredi 10 mars à 18h30, Asialyst et l’Institut national des langues et civilisation orientales (Inalco) vous proposent un débat en visioconférence sur la « Milk Tea Alliance », cette alliance surprenante entre les mouvements pro-démocratie de Thaïlande, de Hong Kong et de Taïwan. Pour s’inscrire, c’est ici.
L’automne dernier, des milliers de manifestants descendent dans les rues de Bangkok, en Thaïlande. D’une ampleur inédite, ces manifestations sont portées par une nouvelle génération de militants, majoritairement des étudiants des universités réputées de la capitale. Leur objectif : réclamer davantage de démocratie dans le pays aux mains des militaires depuis le coup d’État de 2014 et, fait inédit, une réforme de la monarchie.
Pendant plusieurs semaines, quasi quotidiennement, ces jeunes hyper connectés partagent des photos de leur mobilisation sur les réseaux sociaux. Peu à peu, les similitudes avec les manifestations organisées à Hong Kong quelques mois auparavant frappent : les mêmes parapluies pour se protéger des canons à eau de la police, les mêmes stratégies pour devancer les forces de l’ordre, les mêmes références à la pop culture. Les choses vont même plus loin que la simple ressemblance. Dans le cortège, à Bangkok, certains manifestants scandent « Gloire à Hong Kong », cet hymne officieux des activistes de l’ancienne colonie britannique. En réponse, les Hongkongais multiplient les messages de soutien au Thaïlandais.
Derrière cette solidarité inédite se cache une alliance entre les militants pro-démocratie de Thaïlande, de Taïwan et de Hong Kong, née de façon assez loufoque sur les réseaux sociaux : la « Milk tea alliance », l’alliance du thé au lait. Aujourd’hui, alors que les manifestants de Hong Kong sont muselés par une sévère loi de sécurité nationale et que la mobilisation en Thaïlande paraît s’essouffler, l’alliance, elle, semble perdurer et même attirer de nouveaux membres : les Birmans qui protestent massivement contre le coup d’État militaire qui a renversé le 1er février dernier le gouvernement civil d’Aung San Suu Kyi.
Cette conférence aura pour but d’analyser cette alliance surprenante entre manifestants à Hong Kong, à Taïwan et en Thaïlande. Comment cette alliance a-t-elle pu naître ? Quelles sont réellement les similitudes et différences qui existent entre ces différents mouvements ? Cette alliance peut-elle vraiment avoir un avenir ?
Pour en discuter, trois intervenants :
Sophie Boisseau du Rocher, chercheure associée au Centre Asie de l’IFRI. Elle travaille sur les questions politiques et géostratégiques en Asie du Sud-Est
Stéphane Corcuff, maître de conférences à Sciences Po Lyon, spécialiste de Taïwan
Chloé Froissart, professeure à l’INALCO, spécialiste de la citoyenneté en Chine
Modératrice : Cyrielle Cabot, journaliste indépendante et membre d’Asialyst
Pour participer, il suffit de cliquer sur ce lien.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don
A propos de l'auteur
Cyrielle Cabot
Jeune journaliste diplômée de l’école du CELSA (Paris-Sorbonne), Cyrielle Cabot est passionnée par l’Asie du Sud-Est, en particulier la Thaïlande, la Birmanie et les questions de société. Elle est passée par l’Agence-France Presse à Bangkok, Libération et Le Monde.
Chloé Froissart, professeure à l’INALCO, spécialiste de la citoyenneté en Chine[/asl-article-text] = »template2″ title= »On vous recommande » ids= »47123,47335″]