Culture
Photo-reportage

Portfolio : Bon Om Touk, la fête de l'eau au Cambodge

Les courses s’achèvent. Les participants se retrouvent sur le bord de la rivière en attendant le défilé final. (Copyright : Juliette Buchez)
Les courses s’achèvent. Les participants se retrouvent sur le bord de la rivière en attendant le défilé final. (Copyright : Juliette Buchez)
Du 2 au 4 novembre, le Cambodge célébrait la Fête de l’eau (Bon Om Touk). Elle est particulièrement animée à Phnom Penh, la capitale. Durant trois jours, des centaines de milliers de personnes se massent sur le bord de la rivière Tonle Sap. Elles assistent aux courses opposant près de 270 bateaux dragons poussés par des dizaines de rameurs venus de tout le pays. Les vendeurs de rue envahissent la promenade. A la nuit tombée, le centre-ville reste bondé, illuminé par de nombreuses décorations lumineuses et les feux d’artifice tirés chaque soir. Retour en images sur les célébrations à Phnom Penh.
Voir la série photo :
Slide background

Bon Om Touk, c’est trois jours fériés au Cambodge. Dès jeudi à Phnom Penh, les rives sont envahies par les spectateurs venus assister aux courses de bateaux dragons. Les embarcations s’affrontent deux par deux en descendant la rivière Tonle Sap dans le sens du courant. (Copyright : Juliette Buchez)

Slide background

Après chaque course, les deux embarcations qui s’affrontent remontent le cours d’eau. Quelques personnes les encouragent à leur passage : les supporters d’une embarcation se regroupent souvent au même endroit. Certains équipages marquent une pause ou s’arrêtent au niveau de leurs proches une fois leur passage terminé. (Copyright : Juliette Buchez)

Slide background

Les vendeurs ambulants circulent en zigzaguant sur la bordure de la rivière, juste sous la promenade. De nombreuses personnes s’y installent pour la journée. (Copyright : Juliette Buchez)

Slide background

La promenade est elle aussi très animée, la rue est réservée aux piétons pour l’occasion. Vendeurs et familles s’asseyent sur l’herbe ou sur des nattes. (Copyright : Juliette Buchez)

Slide background

Après plusieurs annulations ces dernières années, un important dispositif de surveillance est déployé pour les célébrations. Des militaires et des policiers sont postés sur les principaux axes routiers de la ville et en particulier près de la rivière. Les célébrations ont été interrompues après une bousculade qui a fait plus de 350 morts en 2010. Elles ont également été suspendues en 2015, période de tension politique dans le pays et alors que le niveau de la rivière était moins important selon le gouvernement. (Copyright : Juliette Buchez)

Slide background

A la nuit tombée, de nombreux Cambodgiens attendent les spectacles nocturnes sur le Tonle Sap. (Copyright : Juliette Buchez)

Slide background

Des bateaux illuminés remontent la rivière dans la nuit. Ils représentent les différents ministères cambodgiens. (Copyright : Juliette Buchez

Slide background

Une fois les bateaux dispersés sur la rivière, un feu d’artifice de plus de 40 minutes est tiré chaque soir. (Copyright : Juliette Buchez)

Slide background

Au terme du spectacle la foule envahit les rues au bord de la rivière. (Copyright : Juliette Buchez)

Slide background

Les places aux abords du Palais royal sont également plus occupées que d’habitude. Les gens s’installent pour un repas ou discuter. (Copyright : Juliette Buchez)

Slide background

A proximité de la rivière, la place de l’indépendance est elle aussi réservée aux piétons. Les embouteillages aux abords des rues qui longent la rive sont particulièrement importants. (Copyright : Juliette Buchez)

Slide background

Alors que la promenade se remplissait petit à petit chaque jour, elle est bondée dès le début d’après-midi pour le dernier jour des festivités et les courses de bateaux finales. (Copyright : Juliette Buchez)

Slide background

Les courses s’achèvent. Les participants se retrouvent sur le bord de la rivière en attendant le défilé final. (Copyright : Juliette Buchez)

Slide background

Les équipages chantent, déploient leurs banderoles, saluent la foule. L’ambiance est plus festive encore. (Copyright : Juliette Buchez)

Slide background

Vers 17 heures, tous les concurrents, soit plus de 270 embarcations, se retrouvent pour descendre une dernière fois la rivière. (Copyright : Juliette Buchez)

Slide background

Au terme de la dernière journée, le ballet des bateaux dragons s’achève dans la pénombre et celui des illuminations commence avant un dernier feu d’artifice. (Copyright : Juliette Buchez)

 
 
Une série photo réalisée par Juliette Buchez à Phnom Penh du 2 au 4 novembre 2017.

Contexte

Bon Om Touk ou la Fête de l’eau est, avec le Nouvel an khmer, la fête la plus célébrée au Cambodge et en particulier à Phnom Penh. Elle marque la fin de la mousson au moment de la pleine lune du mois bouddhiste Kadeuk. Bon Om Touk est donc généralement célébrée au mois d’octobre ou de novembre. Cette année, elle a eu lieu du jeudi 2 au samedi 4 novembre.

Ces trois jours de fête attirent des centaines de milliers de Cambodgiens dans la capitale pour participer aux festivités, notamment aux courses de bateaux dragons. Ces courses remonteraient au XIIème siècle et célébraient la marine de l’empire khmer. Cette année, quelques 270 embarcations s’affrontaient par deux sur la rivière Tonle Sap, poussées par des équipes de vingt à plus de soixante-dix rameurs venus de tout le pays.

Les festivités se sont concentrées surtout sur les rives, prises d’assaut par les spectateurs et les centaines de marchands de rue. Chaque soir, le cours d’eau et les principaux monuments de la capitale se sont parés de lumière et de couleurs sous des feux d’artifice quotidien.

Bien que très populaires, les célébrations de Bon Om Touk ont été plusieurs fois annulées ces dernières années. En 2010, une bousculade géante sur un pont a fait plus de 350 morts. Suite à l’incident, les festivités ont été interrompues jusqu’en 2014. Le festival a de nouveau annulé été par le gouvernement en 2015. En cause : le niveau de l’eau jugé trop bas et des tensions politiques trop importantes pour que la fête ait lieu. Cette année, les principaux axes routiers de la ville, notamment ceux près de la rivière, ont fait l’objet d’une surveillance accentuée dans un contexte politique délicat.

La fête de l’eau correspond également à la période où le cours de la rivière Tonle Sap s’inverse. Un phénomène unique au monde. La rivière relie le lac du même nom au fleuve Mékong. A partir du mois de mai, sous la pression de la mousson, le niveau du Mékong monte. La rivière Tonle Sap s’écoule donc vers le Nord et alimente le lac en eau. En novembre, avec la fin de la saison des pluies, le niveau du Mékong diminue tandis que celui du lac Tonle Sap est à son maximum : le lac se vide alors dans la rivière qui s’écoule désormais vers le Sud en direction du Mékong.

J.B.

A propos de l'auteur
Juliette Buchez est correspondante de Radio France International à Phnom Penh depuis septembre 2017. Diplômée du Centre Universitaire d'Enseignement du Journalisme (CUEJ) à Strasbourg, elle est passionnée par l'Asie du Sud-Est et en particulier le Cambodge et la Thaïlande, les questions de société et l'environnement. Elle a travaillé à A/R Magazine, Radio VL.