Politique
L'Asie du Sud Dans la presse

Inde : un "intouchable" élu à la présidence

Le nouveau président élu Ram Nath Kovind le 20 juillet 2017 lors d'un discours à New Delhi.
Le nouveau président élu Ram Nath Kovind le 20 juillet 2017 lors d'un discours à New Delhi. (Crédit : AFP PHOTO / PRAKASH SINGH).
Le décompte des voix s’est terminé hier jeudi 20 juillet en début de soirée. Ram Nath Kovind a été élu président de la république par les parlementaires indiens. Si la victoire du candidat de la coalition actuellement au pouvoir ne faisait guère de doutes, il ne s’agit pourtant que de la seconde fois de son Histoire que l’Inde se dote d’un président issu de la caste la plus basse de la société traditionnelle.
Rien ne semblait prédestiner Ram Nath Kovind à se hisser à cette fonction honorifique. Issu de la caste des Dalits (anciennement appelée « intouchables »), il est né il y a 72 ans dans une maison faite en torchis dont le toit fuyait lors de la saison des moussons rappelle-t-il lors de son discours de victoire. « Je représente ces gens travailleurs. C’est un message pour tous ceux qui gagnent leurs vie honnêtement et en travaillant dur » poursuit-il en faisant référence à ceux qui vivent toujours dans les mêmes conditions que lui enfant rapporte le Hindustan Times. Le résultat de ce scrutin, que l’intéressé qualifie de « preuve de la grandeur de la démocratie indienne », a été salué par le Premier ministre Narendra Modi et le président de son parti, le BJP, comme « une victoire pour les pauvres, les opprimés, les marginalisés et pour leurs aspirations » d’après The Hindu.
Certains s’interrogent pourtant sur la portée réelle de cette élection. La classe d’où est issue le président est traditionnellement perçue comme si impure qu’elle n’est pas prise en compte par la hiérarchie sociale divisée en castes. Son investiture peut donc être un geste important.
Très discret dans les médias, la nomination de cet inconnu du grand public comme candidat de la majorité avait provoqué la surprise. Beaucoup de militants des droits des Dalits n’ont jamais entendu parler de ce politicien, alors même que son parti (le BJP, nationaliste hindou) est considéré comme favorable au système de caste. « Il a l’air d’être quelqu’un d’éduqué et de consciencieux mais je ne l’ai jamais entendu prendre la parole sur les atrocités commises contre les Dalits » déplore un auteur engagé dans cette cause cité par la BBC. Et de poursuivre : « Le fait d’installer un Dalit à ce poste ornemental est symbolique. La prise de fonction de KR Narayanan (premier président dalit de l’Inde de 1997 à 2002) a-t-elle aidé la communauté en quoi que ce soit ? »
En a-t-il seulement les moyens ? En Inde, le président est élu au suffrage indirect. Le corps électoral est constitué des 543 membres de la Lok Sabha (la chambre basse indienne), les 245 membres de la Rajya Sabha (la chambre haute) ainsi que les membres des assemblées législatives des Etats de l’Union, explique NDTV.
Un candidat a besoin de rassembler 50 % des voix plus une pour remporter l’élection. Le mandat présidentiel est de cinq ans et consiste principalement en une fonction de représentation. Car, à l’instar de la Grande-Bretagne, l’essentiel du pouvoir exécutif réside dans les mains du Premier ministre rappelle The Guardian.
Par Emeric des Closières
A propos de l'auteur