Economie
Conférence à voir et à écouter

Conférence en podcast : le Japon est-il toujours le pays de l’innovation par excellence ?

Une employée du restaurant de sushi Hamazuki près du robot Pepper créé par le géant nippon des telecom Softbank à Saitama le 2 février 2017. (Crédits : AFP PHOTO / KAZUHIRO NOGI)
Une employée du restaurant de sushi Hamazuki près du robot Pepper créé par le géant nippon des telecom Softbank à Saitama le 2 février 2017. (Crédits : AFP PHOTO / KAZUHIRO NOGI)
« Le Japon est-il toujours le pays de l’innovation par excellence ? » Cette question volontairement provocante était l’objet de la conférence organisé par Asialyst en partenariat et à l’initiative de l’IHEST (l’Institut des Hautes Études pour la Science et la Technologie) le 2 février 2017 à l’Institut Curie de Paris. Soit le deuxième volet d’un cycle entièrement consacré au Japon d’aujourd’hui. Avec des interventions de Damien Durand, journaliste spécialiste du Japon et d’Abderramane Kheddar, membre de l’Académie des Technologies et directeur du Laboratoire franco-japonais en robotique (CNRS/AIST). Un podcast en trois parties pour vous donner accès in extenso à cette conférence.

Les intervenants

Damien Durand est journaliste spécialiste du Japon. Il travaille actuellement à France Soir, après avoir été journaliste/reporter au service économique du Figaro, et après des années de journalisme indépendant. Il a aussi travaillé au bureau parisien du quotidien japonais Mainichi Shimbun. Il a récemment co-réalisé un film documentaire intitulé « A l’ombre du Soleil Levant » portant sur les sans-abris au Japon, ainsi que les raisons qui rendent leur exclusion de la société définitive. Enfin, il collabore régulièrement à Asialyst sur le Japon du point de vue de l’économie et de ses entreprises.

Abderrammane Kheddar est depuis 2008 le directeur du laboratoire franco-japonais de robotique conjoint CNRS/AIST basé au Japon à Tskuba. Il est également directeur de recherche au CNRS, et aussi responsable équipe IDH au Laboratoire d’Informatique, de robotique et de microélectronique de Montpellier. Il est spécialiste de la robotique humanoïde en particulier, des interactions haptiques, des simulations interactives et de la réalité virtuelle, entre autres.

Voir la première partie de la conférence :
Dans les années 1970-80, le Japon était, au niveau mondial, le nouveau leader de l’innovation. Aujourd’hui, dans les années 2010, qu’en reste-t-il, après plusieurs décennies de marasme économique ? Question apparemment naïve. Pour autant, pourquoi l’Iphone n’a-t-il pas été créé par une entreprise nipponne ? Pourquoi un Sud-Coréen est-il devenu le concurrent d’Apple, et pas un Japonais ? C’est comme si le « pays du soleil levant » semblait éclipsé, semé dans la course globale à l’innovation.

Par ailleurs, la nouvelle « culture start-up », dont la Silicon Valley a accouchée, semble plus difficilement applicable à une économie japonaise. D’aucuns affirment que cette dernière est centrée sur l’amélioration de sa chaîne de production, alors que le système financier japonais n’est pas naturellement sensible aux besoins des start-up et que la fiscalité ne favorise pas la création d’entreprises innovantes en quête de levée de fonds rapide. Pourtant, il serait faux d’affirmer que le Japon est sorti de l’Histoire mondiale de l’innovation. On peut en effet trouver des exemples dans le numérique, les télécommunications, l’Internet des objets ou l’intelligence artificielle.

Alors, comment remettre plus précisément en perspective le positionnement actuel du Japon dans la course mondiale à l’innovation ? Et en quoi le Japon montre aussi à nouveau des signes de réussite avec de nouveaux grands groupes innovants ? Enfin, il faudra aussi axer le débat sur l’un des domaines spécifiques de l’innovation : celui de la robotique.

Voir la deuxième partie de la conférence :
Voir la troisième et dernière partie de la conférence :
Par Joris Zylberman et Nicolas Sridi (Réalisation et montage vidéo)
A propos de l'auteur
Joris Zylberman
Joris Zylberman est directeur de la publication et rédacteur en chef d'Asialyst. Ancien correspondant à Pékin et Shanghai pour RFI et France 24, cofondateur de la société de production Actuasia, écrit, réalise et produit des reportages sur la Chine depuis 9 ans. Il est co-auteur des Nouveaux Communistes chinois (Armand Colin, 2012) et co-réalisateur du documentaire “La Chine et nous : 50 ans de passion” (France 3, 2013).
Nicolas Sridi
Co-fondateur de Asia Focus Production, journaliste accrédité à Pékin pour Sciences et Avenir depuis 2007, Nicolas a collaboré avec de nombreux média presse écrite et web français, notamment le groupe Test (01Net), lemonde.fr,… Il est également co-rédacteur en chef de l’ouvrage collectif « Le temps de la Chine » aux éditions Félix Torres (2013) en partenariat avec la CCIFC. Nicolas est par ailleurs cameraman et preneur de son et collabore à divers postes avec de nombreuses chaines comme Arte, ARD, France2, RCN,… ainsi que sur des productions corporate et institutionnelles.