Politique
Dans la presse

Malaisie-Corée du Nord : la crise diplomatique à son paroxysme

L'inspecteur général de la police royale malaisienne Khalid Abu Bakar s'exprime sur l'expulsion de l'ambassadeur nord-coréen à Kuala Lumpur, lors d'une conférence de presse à Bayan Lepas dans l'Etat insulaire de Penang au nord de la Malaisie, le 7 mars 2017. (Crédits : AFP PHOTO / LILLIAN SUWANRUMPHA)
L'inspecteur général de la police royale malaisienne Khalid Abu Bakar s'exprime sur l'expulsion de l'ambassadeur nord-coréen à Kuala Lumpur, lors d'une conférence de presse à Bayan Lepas dans l’État insulaire de Penang au nord de la Malaisie, le 7 mars 2017. (Crédits : AFP PHOTO / LILLIAN SUWANRUMPHA)
Jusqu’où ira l’escalade des tensions diplomatiques entre la Corée du Nord et la Malaisie ? Difficile à dire tant l’onde de choc provoquée par le meurtre de Kim Jong-nam ne cesse de s’amplifier. Ce mardi 7 mars, le gouvernement malaisien a bouclé l’ambassade de la Corée du Nord, afin de contrôler ses occupants, face aux manœuvres similaires des Nord-Coréens à l’ambassade de Malaisie à Pynogyang. Hier lundi 6 mars, en représailles des l’ambassadeur de Corée du Nord avait été expulsé de Kuala Lumpur, avant que son homologue malaisien soit interdit revenir à Pyongyang d’où il était absent depuis le 22 février. Plus encore, chaque camp ferme désormais ses frontières aux ressortissants de l’autre bord.

“Cette décision est totalement méconnue de toutes normes diplomatiques”, a déclaré le Premier ministre Malaisien, cité par le Straits Times http://www.straitstimes.com/asia/se-asia/pyongyang-bans-malaysians-from-leaving-north-korea-report?xtor=CS3-18.

« Cet acte odieux retient nos citoyens en otage. » Les mots utilisés par le Premier ministre malaisien Najib Razak, cités par le Straits Times donnent la mesure de la brouille diplomatique entre la Corée du Nord et la Malaisie, qui a pris une nouvelle ampleur depuis 24 heures. Chaque pays empêche désormais les ressortissants de l’autre de quitter leurs territoires. « Je condamne avec la plus grande fermeté la décision de la Corée du Nord d’empêcher les citoyens malaisiens de quitter le pays », ajoute Najib Razak. Le Premier ministre malaisien a voulu répondre au communiqué du ministère nord-coréen des Affaires étrangères : l’agence de presse KCNA, citée par le journal singapourien, a affirmé ce mardi que « tous les ressortissants malaisiens seraient temporairement interdits de quitter le pays, jusqu’à ce que l’incident en Malaisie soit correctement résolu ».

Dès lors, onze Malaisiens, dont trois employés de l’ambassade de Malaisie et six membres de leur famille, ainsi que deux membres du Programme alimentaire des Nations Unies, ont été bloqués à l’aéroport de Pyongyang, selon le vice-ministre des Affaires étrangères Reezal Naina Merican, rapporte Channel News Asia. Tous sont « sains et sauf », précise The Star. Quant à l’ambassadeur malaisien Mohamad Nizan Mohamad, qui était déjà retourné en Malaisie le 22 février, est interdit de revenir sur la capitale nord-coréenne depuis le communiqué hier lundi de KCNA. Les documents de l’ambassade ont aussi été détruits et les bagages de employés chargés dans des camions. Symboliquement, les drapeaux de la Malaisie et de l’ASEAN ont étés mis en berne, selon la télévision chinoise CCTV, citée par The Star.

De son côté, le Premier ministre malaisien a annoncé avoir « chargé l’Inspecteur général de la Police d’empêcher tous les citoyens nord-coréens de quitter le pays jusqu’à ce que la sécurité tous les Malaisiens en Corée du Nord soit assurée », indique The Star. Ce samedi 4 mars, dénonçant les « manœuvres » de Pyongyang contre l’enquête sur le meurtre de Kim Jong-nam, la Malaisie avait déclaré persona non grata l’ambassadeur nord-coréen à Kuala Lumpur, lui ordonnant de quitter le pays dans les 48h, rappelle le Straits Times. D’abord enfermé dans son ambassade, Kang Chol a quitté la Malaisie hier lundi, précise The Star. Les bureaux de l’ambassade nord-coréenne sont désormais scellés. « Nous essayons d’identifier tout le personnel de l’ambassade qui est ici », a ainsi déclaré Nur Jazlan Mohamed, le vice-ministre malaisien de l’Intérieur. Ce sera l’occasion pour la Police de Kuala Lumpur de vérifier ses suspicions. Trois individus liés au meurtre de Kim-Jong nam se cacheraient dans l’ambassade de la Corée du Nord, selon Channel News Asia.

Qui peut dire quand et si les relations diplomatiques entre les deux pays, en état de délitement depuis le meurtre du demi-frère de Kim Jong-un à l’aéroport de Kuala Lumpur le 13 Février dernier ? Mortellement empoisonné par deux jeunes femmes, une Vietnamienne et une Indonésienne, à l’aide du puissant agent neurotoxique VX, les suspicions s’étaient directement portées sur Pyongyang. Ce qui avait fragilisé des relations bilatérales pourtant cordiales jusqu’alors. « Ils [les Nords-Coréens] ne coopérent pas avec nous dans l’enquête », déplore l’inspecteur général de la police Tan Sri Karlid Abou Bakar, cité par The Star, appelant également la Corée du Nord à libérer immédiatement ses concitoyens retenus à Pyongyang, afin d’éviter l’aggravation de tensions diplomatiques déjà profondes.

Par Benjamin Giraudeau
A propos de l'auteur