Politique
L'Asie du Nord-Est dans la presse

La Chine, Donald Trump et le "jeu de la poule mouillée"

Donald Trump fait de la "politique d'une seule Chine" un instrument de négociation, ce qui n'est pas du goût de Pékin. Copie d'écran de Channel News Asia, le 14 décembre 2016.
Donald Trump fait de la "politique d'une seule Chine" un instrument de négociation, ce qui n'est pas du goût de Pékin. Copie d'écran de Channel News Asia, le 14 décembre 2016.
Rompre avec quarante ans de pratiques diplomatiques ? Cela ne fait pas peur à Donald Trump. En évoquant la possibilité de déroger au « principe d’une seule Chine » si Pékin ne faisait pas de « concessions » à l’égard de Washington, commerciales notamment, le président-élu des Etats-Unis fait grincer les dents des autorités chinoises. Mais qu’elles soient jugées « irresponsables » ou réfléchies, ces déclarations cinglantes forcent la Chine à se positionner face à Trump dans l’attente de son investiture, le 20 janvier prochain – ce qu’elle fait petit à petit.
Les premières menaces de Pékin prennent corps. Dans un entretien exclusif accordé au très officiel China Daily, Zhang Handong, directeur du Bureau de la supervision des prix à la puissante Commission nationale pour la réforme et le développement, a annoncé que le gouvernement imposerait des « pénalités » à une entreprise automobile américaine implantée en Chine, sans préciser son nom. Motif : son « comportement monopolistique », affirme l’officiel chinois. « Aucune interprétation n’est à faire » sur le timing de l’annonce, déclare-t-il toujours.
Difficile pourtant de ne pas y voir une réponse aux déclarations de Donald Trump, qui n’hésite pas à faire du « principe d’une seule Chine » un instrument de négociation commerciale entre Pékin et Washington. Blasphème pour les autorités communistes qui considèrent ce principe comme le « fondement politique des relations sino-américaines et la pierre angulaire du maintien de la paix dans le détroit de Taïwan », a rappelé An Fengshan, porte-parole du Bureau des Affaires taïwanaises, lors d’une conférence de presse. Le recouvrement de la souveraineté effective de Pékin sur l’île, toujours sous le régime rival de la République de Chine (fondée en 1912), fait partie des « intérêts fondamentaux » de la Chine populaire, sur lesquels elle se refuse de transiger.
Mais alors, à quoi joue Donald Trump ? Au « jeu de la poule mouillée », d’après un éditorial du Quotidien du Peuple. Le journal accuse ainsi le président-élu d’avoir déclenché un affrontement brutal entre les deux pays, une « guerre des nerfs », alors qu’ils nécessitent d’entretenir des relations « saines et stables ». Mais pour se retrouver dans la configuration du jeu de la poule mouillée, ne faut-il pas que deux « voitures » (ici, des États) se foncent dessus, dans l’attente que l’une d’elle ne dévie (ne fasse des concessions) ? Cela revient-il à dire que la voiture chinoise, elle, ne déviera en aucun cas ?
Et pourtant, d’après Channel News Asia, Pékin et Washington devront bien se retrouver à coopérer malgré leurs divergences. Car ce n’est qu’à deux qu’ils peuvent s’attaquer efficacement au dossier nord-coréen, « trop important pour connaître l’échec ». Un vœu pieux ? Car côté défense et sécurité, d’autres dossiers pimentent les relations sino-américaines. En atteste la récente déclaration de l’amiral à la tête de l’US Pacific Command, Harry Harris, d’après lequel les Etats-Unis seraient prêts à « se confronter » à à la flotte de Pékin en mer de Chine méridionale, rapporte le Straits Times.
Mais d’autres voix appellent à l’apaisement. Comme celle du chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault qui, sur le plateau de France 2 ce mercredi 14 décembre, n’a pas hésité à rappeler Donald Trump à l’ordre : « Attention à la Chine […]. C’est un grand pays. Il peut y avoir des désaccords avec la Chine mais on ne parle pas comme ça à un partenaire », rapportent nos confrères du Monde. Et de conclure sur un ton plus ferme : « Quand la Chine se sent mise en cause sur son unicité, ce n’est pas forcément très malin. »
Par Alexandre Gandil
A propos de l'auteur