Politique
L'Asie du Sud-Est dans la presse

Malaisie : la leader du mouvement Bersih libérée

En Malaisie, la secrétaire du mouvement de la société civile Bersih a été libérée lundi 28 novembre 2016, après 10 jours de détention. (Crédits : Ambiga Pix)
En Malaisie, la secrétaire du mouvement de la société civile Bersih a été libérée lundi 28 novembre 2016, après 10 jours de détention. (Crédits : Ambiga Pix) Copie d'écran du site Malaysiakini, le 28 novembre 2016.
Après 10 jours d’emprisonnement sans procès, Maria Chin Abdullah, secrétaire du mouvement anti-corruption Bersih, a été libérée par la police malaisienne. Elle avait été enfermée le vendredi 18 novembre, la veille de la 5ème manifestation organisée par la plate-forme. Néanmoins, la pression du gouvernement sur la société civile ne faiblit pas.
« Maria est sortie ! C’est confirmé ! » C’est par ce tweet que l’organisation malaisienne « Lawyers for Liberty » a annoncé la libération de Maria Chin Abdullah, Secrétaire de la plateforme d’ONG locales Bersih, emprisonnée depuis le 18 novembre 2016, comme le rapporte le Straits Times.

Bersih regroupe de nombreux représentants de la société civile malaisienne qui réclament une démocratisation de la vie politique ainsi qu’une lutte renforcée contre la corruption. Le mouvement avait appelé à une nouvelle grande manifestation – la 5ème depuis 2007 – qui s’est tenue le 19 novembre dernier à Kuala Lumpur. Un défilé qui a rassemblé des dizaines de milliers de personnes et s’est déroulé sans violence, mais également sans la présence de la leader de Bersih, placée en détention la veille sans la moindre forme de procès (lire notre article sur le sujet).

Comme le rappelle le site Malaysiakini, Maria Chin Abdullah a été arrêtée car soupçonnée de participer à des actions mettant en danger la démocratie parlementaire et placée directement en détention suivant le « Security Offenses Special Measures Act » (SOSMA), une loi controversée de 2012 visant officiellement à lutter contre le terrorisme et permettant d’emprisonner une personne pendant 28 jours sans passer devant la justice.
La Secrétaire de Bersih, placée à l’isolement dans une cellule sans fenêtre, aura donc éviter la détention maximale. Mais l’avertissement du gouvernement n’en reste pas moins très fort et les regards sont tournés vers le Premier ministre Najib Razak. Ce dernier est en effet plongé dans un complexe scandale de corruption dit « 1MDB », du nom d’un fond étaitique d’investissement, où il est soupçonné d’avoir détourné pas moins de 700 millions de dollars pour son profit personnel. Najib n’apprécie guère, c’est un euphémisme, les revendications soutenues par le mouvement Bersih.

Malgré cette libération après 10 jours d’emprisonnement, la pression est loin de retomber pour Maria Chin Abdullah, souligne Free Malaysia Today, puisque c’est désormais au tour de l’association de défense des droits des femmes « Empower » d’être sur la sellette, une ONG fondée par la leader de Bersih. La police est ainsi intervenue dans les locaux de l’association ce lundi 28 novembre sans donner d’explication sur ce raid. Il y a fort à parier que Maria Chin abdullah sera à nouveau interrogée par les forces de l’ordre dans cette nouvelle affaire.

Par Nicolas Sridi

Les autres faits du jour en Asie du Sud-Est

Malaysie : Najib et Trump d’accord pour « renforcer la relation bilatérale », rapporte le Channel News Asia

Indonésie : la police arrête 9 suspects de terrorisme en lien avec le groupe Etat islamique, rapporte le Jakarta Globe

A propos de l'auteur