Culture
Photographes d'Asie

Portfolio : pèlerinage tibétain en Chine de l'Ouest

Depuis les hauteurs de la ville monastique de Larung Gar : au centre, les différents monastères d'enseignement bouddhiste œcuménique ; autour, des habitations précaires de bois et de tôle construites pour les étudiants.
Depuis les hauteurs de la ville monastique de Larung Gar : au centre, les différents monastères d'enseignement bouddhiste œcuménique ; autour, des habitations précaires de bois et de tôle construites pour les étudiants. (Copyright : Patrick Wack)
Chaque année, l’assemblée annuelle Bliss Dharma célèbre la descente sur terre du Bouddha. C’est ce que nous fait découvrir le photographe Patrick Wack dans une série photo réalisée en Chine en novembre 2015 dans le village monastique tibétain de Larung Gar (comté de Sêrtar, province du Sichuan).
Novembre 2015. Comté de Sêrtar, Province du Sichuan, Chine. Les montagnes de l’Ouest sichuanais s’étendent à perte de vue, en route vers la ville monastique de Larung Gar. C’est le début du plateau tibétain et de la région tibétaine du Kham.

Novembre 2015. Comté de Sêrtar, Province du Sichuan, Chine. Les montagnes de l’Ouest sichuanais s’étendent à perte de vue, en route vers la ville monastique de Larung Gar. C’est le début du plateau tibétain et de la région tibétaine du Kham. (Copyright : Patrick Wack)

Au centre de la petite ville de Sêrtar à plus de 4 000 m d’altitude. Pendant l’assemblée annuelle du Bliss Dharma, elle se remplit de Tibétains de différentes régions voisines du Sichuan, du Qinghai, Yunnan, Tibet et Gansu.

Au centre de la petite ville de Sêrtar à plus de 4 000 m d’altitude. Pendant l’assemblée annuelle du Bliss Dharma, elle se remplit de Tibétains de différentes régions voisines du Sichuan, du Qinghai, Yunnan, Tibet et Gansu. (Copyright : Patrick Wack)

Une gargote tenue par des Chinois Han dans la petite ville de Sêrtar, au pied de la ville monastique de Larung Gar. Le portrait dans le haut de l’image est celui de Jigme Phuntsok, le moine tibétain qui en 1980 a fondé l’académie bouddhiste de Larung Gar.

Une gargote tenue par des Chinois Han dans la petite ville de Sêrtar, au pied de la ville monastique de Larung Gar. Le portrait dans le haut de l’image est celui de Jigme Phuntsok, le moine tibétain qui en 1980 a fondé l’académie bouddhiste de Larung Gar. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Depuis les hauteurs de la ville monastique de Larung Gar : au centre, les différents monastères d'enseignement bouddhiste œcuménique ; autour, des habitations précaires de bois et de tôle construites pour les étudiants. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Des moines tibétains dans un des monastères de Larung Gar. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Une fille et une mère tibétaine assistent à une session de chant depuis une route surplombant un des monastères de Larung Gar. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Une gigantesque marmite qui durant toute la durée de l’assemblée sera là pour fournir gratuitement à tous les festivaliers du thé au lait chaud. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Un jeune moine étudiant de l’école monastique de Larung Gar. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Une pièce de l’un des monastères de Larung Gar dans laquelle sont entreposés des tapis. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Deux jeunes tibétains qui se sont rendus à Sêrtar pour assister au Bliss Dharma. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Le centre de la ville monastique de Larung Gar. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Un pèlerin tibétain sur un des flancs de colline qui mène au monastère de Larung Gar. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Deux jeunes tibétains grimpent en moto les derniers mètres d’un des versants surplombant Larung Gar. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Deux jeunes enfants tibétains entourés de leurs grands-parents dans une des zones occupées par de nombreux pèlerins. De nombreuses familles sont venues au complet pour assister au Bliss Dharma, malgré une rude météo hivernale. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Des milliers de pèlerins tibétains se rassemblent sur une des places publiques de Larung Gar pour écouter chants et prières. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

A l’extérieur d’une place sur laquelle se sont rassemblés des milliers de Tibétains bouddhistes pour prier, on peut voir passer des nuées de vautours revenant d’un enterrement traditionnel tibétain. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Trois jeunes moines tibétains sur une route de Sêrtar. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Un jeune moine tibétain sur une route de Sêrtar. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

La semaine passée à Larung Gar touche à sa fin pour les milliers de pèlerins tibétains qui ont fait le voyage. Ils laissent derrière eux des tonnes de détritus. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Deux jeunes Tibétains photographiés à Larung Gar juste avant leur départ lors du dernier jour des célébrations. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Deux Tibétains qui viennent de lever camp observent la vallée qu’ils surplombent depuis les environs du monastère de Larung Gar. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Portrait d’un moine tibétain lors du dernier jour du Dharma Bliss Festival. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Une jeune Tibétaine apporte une couverture à un vieux moine tibétain. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Deux jeunes Tibétaines se reposent aux côtés de leur grand-père. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Le dernier jour du Bliss Dharma à Larung Gar, des Tibétains descendent de toutes parts de la montagne vers leurs véhicules ou bus qui leur permettront de rejoindre les différentes régions du monde tibétain. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Portrait d’un Tibétain lors de l’assemblée du Bliss Dharma à Larung Gar. (Copyright : Patrick Wack)

Slide background

Portrait d’un vieux Tibétain lors de l’assemblée du Bliss Dharma à Larung Gar. (Copyright : Patrick Wack)

 
 

Contexte

Tous les ans, lors du neuvième mois du calendrier tibétain, l’institut d’études bouddhistes de Larung Gar accueille l’assemblée Bliss Dharma, la dernière de quatre assemblées annuelles, qui célèbre la descente sur terre de Bouddha. Durant cette semaine de célébrations, des milliers de pèlerins bouddhistes venus des quatre coins du monde tibétain, plus précisément des provinces chinoises du Tibet – Qinghai, Gansu, Sichuan et Yunnan – se rassemblent dans cette ville monastique du fin fond de l’Ouest sichuanais.

Située à plus de 4 000 mètres d’altitude dans la préfecture tibétaine autonome de Garze, cette école monastique abrite en temps normal des milliers de moines étudiants, nombre démultiplié en dizaines de milliers lorsque commence le Bliss Dharma. Partout des tentes sont montées pour que puissent assister aux festivités des familles entières de Tibétains venus rendre hommage à Bouddha. Chants et cérémonies d’offrande se relaient inlassablement pendant une semaine, qui voit cette belle vallée rapidement se transformer en champ de détritus.

Un an après, alors que la saison de l’assemblée approche, la ville monastique est en proie à une politique de destruction de la part des autorités chinoises. Celles-ci comptent y réduire de moitié le nombre de moines-étudiants. Les chiffres parlent d’une réduction du nombre des moines autorisés à résider sur place à 5 000 alors qu’ils étaient 10 000 il y a de cela quelques mois, les destructions de maison ayant commencé à la fin de l’été. Ce sont principalement les moines venus de la province du Tibet mais aussi ceux des provinces du Qinghai, du Gansu et du Yunnan qui sont visés par cette politique d’évacuation. Le gouvernement chinois, jusqu’au président Xi Jinping lui-même, auraient en effet pris peur de l’influence grandissante de cette ville-école dans le monde tibétain et plus généralement bouddhiste, à l’heure où la question tibétaine est des plus sensibles.

A propos de l'auteur
Patrick Wack
Patrick Wack est un photographe basé à Shanghai depuis 2006. Enfant de la banlieue parisienne, Patrick passe plusieurs années aux Etats-Unis, en Suède et à Berlin, menant en parallèle une carrière internationale de 13 ans dans le football américain. Il décide finalement de quitter son poste dans le marketing de logiciel informatique pour recommencer à zéro, en partant en Chine devenir photographe. Patrick concentre l’essentiel de son travail sur l’aspect humain à travers les portraits et les photo-reportages. Parmi ses clients, il compte Monocle, Tatler et Travel & Leisure, l’agence VU, Adidas, Nike, Finnair ou Suez Environnement. Patrick est membre de l’agence photo allemande LAIF. Consulter son site.