Mer de Chine du Sud : 2 jets chinois interceptent un avion espion américain

Pour Pékin, les Etats-Unis profiteraient de la dispute sino-philippine en mer de Chine pour étendre son influence dans la région. Copie d'écran de "Channel News Asia", le 19 mai 2016
Pour Pékin, les Etats-Unis profiteraient de la dispute sino-philippine en mer de Chine pour étendre son influence dans la région. Copie d'écran de "Channel News Asia", le 19 mai 2016
Channel News Asia – Nouvel accroc aérien entre Washington et Pékin. Hier mercredi 18 mai, deux jets chinois ont intercepté un avion espion américain dans l’espace aérien international en mer de Chine du Sud. Une interception qualifiée de « dangereuse » par le porte-parole du Pentagone Jamie Davis. Côté chinois, le quotidien officiel Global Times s’insurge contre l’Amérique qui cherche à « étendre sa zone d’influence en Asie ». Le journal fait part du témoignage de l’ancien ambassadeur d’Egypte à Pékin qui considère que les Etats-Unis profite de la dispute entre les Philippines et la Chine, pour « interférer » dans la région. Ce dernier a ajouté que le « pacte conclu entre la Chine et l’ASEAN » pouvait être une base solide pour « résoudre les disputes territoriales » entre Pékin et Manille.

La Convention des Nations unies sur le droit de la mer limite les territoires maritimes exclusifs d’un Etat à 12 pieds marins à partir de sa côte. La Chine, qui revendique 90% de la zone, mène une politique de construction tous azimuts d’îles artificielles en mer de Chine du Sud. Cette année, les Etats-Unis ont a plusieurs reprises conduit des opérations de « liberté de navigation » en survolant ou en naviguant à moins de 12 pieds marins des installations chinoises. Voir notre revue de presse de la semaine du 18 avril sur le conflit en mer de Chine et pour l’historique du conflit, voir notre dossier spécial mers de Chine.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don