Revue de presse Asie - 19 février 2016

Sanctions américaines contre Pyongyang, véhémence chinoise et démission malaisienne

Les Etats-Unis adoptent de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord.
Les Etats-Unis adoptent de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord. Copie d'écran du South China Morning Post, le 19 février 2016.

Asie du Nord-Est

South China Morning Post – Certes, la Corée du Nord a de nouveau échoué à mettre son satellite en orbite. Mais son lancement et la poursuite du programme nucléaire nord-coréen feront bien l’objet de nouvelles sanctions de la part des Etats-Unis. Après son adoption quasi-unanime par le Congrès, Barack Obama a signé une loi permettant le refus des crédits contractés par Pyongyang et la mise à disposition d’un budget de 50 millions de dollars sur 5 ans pour « diffuser des émissions de radio, acheter des équipements de communication et participer aux programmes d’aide humanitaire » en Corée du Nord.
Une nouvelle accueillie chaleureusement par la Corée du Sud, qui craint d’être directement visée par son frère ennemi, indique The Chosunilbo. Outre les cyberattaques, un député sud-coréen a mis en garde hier son pays contre de potentielles « attaques terroristes » fomentées par Pyongyang, qu’il s’agisse « d’enlèvements » ou « d’empoisonnements » visant des activistes anti-nord-coréens, des réfugiés voire des officiels… Réelle menace ou instrumentalisation ? C’est la question que se pose également le quotidien. Car les sceptiques voient dans cette annonce une incitation à adopter la loi anti-terroriste dans les tiroirs du Parlement depuis 2001.

La Chine veut se montrer plus véhémente contre les navires américains en mer de Chine du Sud

South China Morning Post« Donner une leçon » aux Américains en « tirant sur leurs navires ». C’est le conseil donné par l’une des éditions d’outre mer du Quotidien du Peuple, organe de presse du Parti communiste chinois. Car pour Pékin, l’envoi de navires par Washington en Mer de Chine du Sud relève de la provocation. Cela remet en cause la souveraineté que la Chine revendique sur les deux principaux archipels de la région – les Paracels et les Spratleys. Qu’il s’agisse de tirs d’alerte ou de tirs réels, « une sévérité appropriée et une politique de dissuasion peuvent entretenir un climat de paix », ajoute l’article cité par le South China Morning Post. Rien de bien rassurant lorsque l’on sait que Pékin aurait installé une batterie de missiles sol-air sur la plus grande île des Paracels cette semaine (voir notre article sur le sujet).

Taïwan : les différences économiques entre les deux rives s’accroissent

China Times – A un moment où la croissance chinoise ralentit dangereusement et où beaucoup d’entreprises étrangères envisagent de quitter le continent chinois, le China Times, en langue chinoise, publie une carte qui compare les taux de croissance de 31 municipalités spéciales et districts avec celui de Taïwan, sur la base des statistiques économiques récemment publiées par Pékin.

Résultat, cinq d’entre elles – le Guangdong, le Jiangsu, le Shandong, le Zhejiang et le Henan – ont un PIB qui dépasse celui de Taïwan, dont la richesse créée en 2015 s’est établie à 3,16 trillions de yuans, lorsqu’on le calcule en Renminbi (RMB). Par ailleurs, note le China Times, six autres provinces, le Sichuan, le Hebei, le Hubei, le Liaoning, le Hunan et le Fujian, avec un PIB inférieur ou égal à 3 trillions de RMB, se rapprochent du niveau de richesses produit par Taïwan en 2015. Si la croissance taïwanaise continue de rester atone comme en 2015, prévient le quotidien qui fournit en plus la carte de l’ensemble des taux de croissance calculés par province pour l’année 2015, la création de richesses de ces 11 provinces et municipalités spéciales dépassera alors celle de Taïwan.

Japon : Toshiba et Sharp dans le viseur

Mainichi – Les syndicats japonais ont déposé hier leur dossier de revendications en vue des négociations entre partenaires sociaux annuelles appelées shuntô. Elles demandent notamment une hausse de la base des salaires d’un montant de 3 000 yens par mois sur 3 ans, soit la moitié du montant demandé l’année dernière. L’incertitude économique pèse sur ces négociations, et les groupes Toshiba et Sharp n’y participeront pas cette année. Sharp s’est retiré des négociations il y a 4 ans, et c’est la première fois que Toshiba déclare ne pas pouvoir faire de concessions syndicales. Le conflit n’est pas à l’ordre du jour dans les shuntô qui sont souvent consensuels, mais les partenaires sociaux sont particulièrement pessimistes cette année.

Asie du Sud-Est

Thaïlande : le tourisme chinois dope l’économie

Bangkok Post – L’économie thaïlandaise est-elle sortie de l’ornière ? En tous les cas, selon Umesh Pandey du Bangkok Post, les premiers signes positifs depuis deux ans commencent à poindre : légère reprise de la consommation intérieure et de l’investissement, bons chiffres de croissance pour la fin de 2015 grâce aux programmes d’infrastructures lancés par le gouvernement et, surtout, croissance impressionnante du tourisme dopé par l’arrivée massive des Chinois (voir notre article à ce sujet).

Le défi pour l’équipe économique du gouvernement menée par Somkid Jatusripitak va être de confirmer ce rebond, dans un contexte de stagnation économique de la Chine et de décroissance au Japon, deux des principaux marchés d’exportation de la Thaïlande.

Indonésie : les étudiants en sciences plus sensibles à l’embrigadement religieux

The Jakarta Post – L’islamisme radical se répand dangereusement dans les campus laïcs indonésiens et les étudiants en sciences et les futurs ingénieurs sont plus susceptibles d’être embrigadés, mettent en garde des chercheurs de l’Institut Indonésien des sciences (LIPI). Cela contrairement aux étudiants en sciences humaines, en philosophie ou en sociologie qui seraient selon le chercheur Anas Saidi « plus résistants aux croyances radicales ». L’absence de surveillance des organisations étudiantes religieuses islamiques a pu amener une large dissémination d’idéologies fondamentalistes apportées par des communautés prônant une vision monolithique de la religion comme les Ikhwanul Muslimin (IM) ou le wahhabisme. Pour empêcher un possible « choc des idéologies », le professeur demande aux universités d’interdire l’accès des espaces publics aux « enseignements religieux monolithiques ».

Indonésie : Tumblr ou pas Tumblr ?

The Jakarta Globe – Cette semaine, le Ministère des TIC Indonésien avait décidé de l’interdiction de l’application Tumblr pour pornographie. Le ministère est revenu aujourd’hui sur sa décision, affirmant qu’il transmettrait à Yahoo (propriétaire de Tumblr) ses remarques sur le contenu à caractère pornographique qui viendrait à sa connaissance. Le gouvernement indonésien s’est rétracté à la suite du voyage du Président Joko Widodo en Californie, pendant lequel il a notamment rencontré Mark Zuckerberg et visité les grandes entreprises numériques de la Silicon Valley.

Malaisie : la chef de la Banque centrale démissionnera en avril

Wall Street Journal – Mauvaise nouvelle pour la lutte anti-corruption en Malaisie : Zeti Akhtar Aziz, gouverneur de la Banque centrale, a annoncé qu’elle ne briguerait pas de nouveau mandat à la tête de l’institution. Elle se retirera donc en avril. La Banque centrale malaisienne a pourtant été l’institution nationale poussant le plus en faveur d’une enquête sur le fonds d’investissement étatique 1MDB, empêtré dans plusieurs affaires de corruption. Un changement de direction pourrait remettre en cause ce positionnement salvateur, note le Wall Street Journal. D’autant plus que Zeti Akhtar Aziz est une figure appréciée des investisseurs et des banquiers internationaux – ce qui avait permis à la Malaisie de stabiliser ses marchés financiers et d’attirer des capitaux.

Malaisie : gel du recrutement de travailleurs étrangers

The Straits Times – Le gouvernement malaisien a décidé aujourd’hui de suspendre le recrutement de travailleurs migrants, principalement en provenance du Bangladesh. Et cela alors que les deux pays avaient signé un mémorandum mardi dernier concernant la venue potentielle de 1,5 millions de travailleurs bangladeshis pour effectuer les emplois que les Malais jugent ingrats. En plus de cette suspension, le Vice Premier ministre Zahid annonce également que les travailleurs illégaux seront arrêtés et extradés. Il entend avec ces mesures encourager les entreprises à employer de jeunes locaux.

Philippines : le clan du candidat Junjun Binay rattrapé par des affaires de corruption

Rappler – La course à la présidentielle philippine charrie son lot de casseroles. Aujourd’hui, le bureau de l’ombudsman (équivalent du médiateur de la République) a porté plainte contre le candidat Junjun Binay et son entourage pour corruption, faux et usage de faux. Au coeur du scandale : la surfacturation de l’Hôtel de ville de Makati, dont Junjun Binay était le maire – en octobre 2015 déjà, l’ombudsman avait demandé sa démission. Pour le porte-parole de la campagne de Binay, c’est un acharnement : « le biais et la partialité de l’ombudsman ne sont plus à prouver », déclare-t-il. Le fait que les accusations tombent en pleine période électorale lui parait suspect.

Vietnam : concurrence sur le marché des taxis

Tuoitre News – L’entreprise Vinasun développe actuellement son application de commande de taxis, afin de faire concurrence à Uber et Grab nous raconte Tuoitre News. Déjà présente sur le marché depuis juillet dernier, Vinansun lance ainsi Vcar, une nouvelle fonction VIP qui permet de réserver des voitures luxueuses. Pour l’instant, seulement 100 voitures peuvent répondre aux appels, et le prix au km s’élève à 17,000 dong contre une facturation de 15,000 dong au km par les applications américaines.

Asie du Sud

Inde : la Cour suprême refuse d’étudier la demande de liberté sous caution de Kanhaiya Kumar

The Hindu – La Cour suprême indienne ne créera pas de précédent. La plus haute juridiction du pays a refusé d’étudier la demande de liberté sous caution de Kanhaiya Kumar, leader du syndicat étudiant de la Jawaharlal Nehru University accusé de sédition. Il avait choisi d’outrepasser la Cour régionale de Dehli, vers laquelle la Cour suprême l’a finalement renvoyé. Se saisir directement de l’affaire aurait envoyé un message négatif, selon lequel les cours régionales seraient inefficaces, explique The Hindu. L’arrestation de Kanhaiya Kumar vendredi dernier a déclenché une série de protestations dans l’ensemble du pays, dénonçant le virage autoritaire amorcé par le BJP, parti nationaliste hindou au pouvoir.

Le Pakistan est l’un des pays les moins innovants du monde

The Express Tribune – Le Global Innovation Index publie un classement des pays les plus innovants, dans lequel le Pakistan est classé 131ème sur 141 en 2015 ; chiffres ayant fait l’objet d’un échange d’expertise entre l’Assemblée Nationale et le Ministère de la Science et des Technologies pakistanais. Ce mauvais classement s’expliquerait en partie par la modestie des dépenses de R&D au Pakistan qui affichent le chiffre de 0,29 % rapporté au PIB. Pour essayer de changer la tendance, le Ministère de la Science et des Technologies proposera bientôt une prime pour les chercheurs locaux afin de limiter la fuite des cerveaux.

Bangladesh : le rédacteur en chef du Daily Star accusé de sédition et de diffamation

India Today – C’est le quotidien en langue anglaise le plus populaire du Bangladesh – et il risque de perdre son rédacteur en chef. Mahfuz Anam, à la tête du journal indépendant The Daily Star, est accusé de sédition et de diffamation par le gouvernement de Dacca. En cause : la publication, en 2007, d’accusations de corruption concernant l’actuelle Premier ministre Sheikh Hasina et émanant de l’ancien gouvernement militaire. Mahfuz Anam s’en est repenti dans une interview télévisée ce mois-ci – mais pour le fils de Sheikh Hasina, il s’agit bien d’une « trahison ». Les observateurs internationaux dénoncent un acharnement contre le Daily Star qui met en péril la liberté de la presse dans cette « démocratie fragile ». Depuis plusieurs mois, le quotidien faisait déjà l’objet d’une campagne gouvernementale incitant les entreprises à cesser d’y faire leur publicité, rapporte la BBC.

Népal : un nouvel organe mis sur pied pour réexaminer la constitution

Channel News Asia – Sortie de crise au Népal ? Le gouvernement s’y efforce, d’après Channel News Asia. Pour mettre fin aux violences qui ont fait plus de 50 morts dans le pays suite à l’adoption d’une nouvelle constitution en septembre 2015, Katmandou a décidé de mettre sur pied un « comité politique » de 11 membres, chargé de réexaminer le texte et d’y apporter les corrections nécessaires. Mais les représentants de l’ethnie Madhesi, aux sources du mécontentement, ne sont pas satisfaits de cette décision. Ils estiment que le comité a été mis en place « par la force » sans avoir été consultés, ce qui remet en cause sa légitimité. Ils ne le reconnaîtront que si le gouvernement s’engage à redéfinir les frontières intérieures népalaises, dont le nouveau découpage accorde un poids plus faible à l’ethnie Madhesi dans les institutions nationales.
Par Alexandre Gandil, Antoine Richard et Ryoma Takeuchi, avec Arnaud Dubus à Bangkok, Hubert Kilian à Taïpei et Anda Djoehana Wiradikarta à Paris.