Revue de presse matières premières - 15 janvier 2016

Contradictions du charbon chinois, effondrement des prix du cuivre et chute des denrées alimentaires en 2015

Récolte de canne à sucre par Cargill.
Récolte de canne à sucre par Cargill. Copie d'écran de Indo Asian Commodities, le 7 janvier 2016.

ENERGIE

Pétrole : La Chine achète sa première cargaison de brut américain

Reuters – L’entreprise chinoise d’Etat Sinopec Corp a acquis sa première cargaison de brut américain depuis la levée de l’interdiction des exportations de brut. Deuxième plus gros raffineur au monde, Sinopec achète plus de brut que n’importe quelle autre compagnie pétrolière et doit donc assurer la sécurité de son approvisionnement en diversifiant ses sources. « Les exportations de pétrole américain sont une bonne nouvelle pour le marché mondial, et permettent aux raffineurs de la zone Asie-Pacifique de diversifier leur approvisionnement si le brut est économiquement compétitif », se réjouit un responsable de Sinopec qui n’a pas fourni de détails supplémentaires sur le prix de la cargaison. Cette dernière, estimée à 600 000 barils par Reuters, avoisinerait les 20 millions de dollar. Un montant anecdotique au regard du déficit commercial américain avec la Chine, qui s’élève à quelque 30 milliards de dollars par mois.

Inde – Iran : la coopération énergétique ouvre de nouveaux horizons

Al Monitor – Le Turkménistan annonçait le mois dernier le démarrage de la construction du gazoduc TAPI (Turkménistan-Afghanistan-Pakistan-Inde) pour exporter son gaz jusqu’en Inde en passant par l’Afghanistan et le Pakistan. Au même moment, l’Inde et l’Iran ont repris leurs négociations autour d’un gigantesque projet visant à exporter le gaz naturel iranien vers Oman et l’Inde. Un gazoduc sous-marin relierait le port de Chabahar à celui de Porbandar dans le sud de l’Etat indien du Gujarat, en passant par Ras al-Jafan sur la côte du golfe d’Oman.

Charbon : quand la Chine se contredit

Eurasiareview – La Chine a promis de gros efforts pour réduire la pollution issue des centrales au charbon. Pourtant, de récentes mesures adoptées par Pékin permettent de douter d’un tel changement. Le 9 décembre dernier, la puissante Commission nationale pour le développement et la réforme (NDRC) a annoncé son intention d’accorder des avantages financiers aux générateurs qui respecteront les critères retenus pour un bon usage du charbon. Un plan qui favorise les usines déjà existantes dans la mesure où les nouveaux lieux de production ne toucheront que la moitié des aides annoncées. Ce choix s’appuie sur la nécessité d’inciter par des avantages comme des amendes les vieux générateurs à s’adapter aux nouveaux standards.

Mais le 23 décembre, le Conseil des affaires d’État, nom officiel du gouvernement chinois, a annoncé une baisse du prix payé par les centrales au charbon afin « d’alléger le fardeau des entreprises et de réduire les émissions ». Résultat, les producteurs d’énergie au charbon verront leurs prix baisser par rapport à ce qu’ils étaient avant la mise en place des nouvelles régulations.

METAUX

Les problèmes d’acier de la Chine ne sont pas près de s’arrêter

Indo Asian Commodities – Avec une demande appelée à poursuivre sa baisse en 2016 et au-delà, le patron de l’association chinoise des producteurs de minerai de fer et d’acier prévient que les problèmes de la Chine en la matière vont continuer. Selon Zhang Guangning, il faudra faire face à une demande à la baisse pour une période assez longue. Le déséquilibre entre les capacités, la production et la demande va constituer un problème aigu selon lui, sachant que la Chine évolue d’une économie manufacturière vers une économie de services centrée sur les consommateurs. L’association chinoise des producteurs de minerai de fer et d’acier compte un peu plus de 300 membres dont la moitié produisent à perte. Sur les 11 premiers mois de 2014, le montant total de leurs pertes s’élève à un peu plus de 53 milliards de yuans.

Effondrement des prix du cuivre comme en 2009

Mining.com – Les prix du cuivre ont atteint en début de semaine leur niveau le plus bas en six ans, après que des pertes boursières affichées à Shanghai ont accentué les craintes concernant l’économie chinoise. La Chine est le plus gros consommateur mondial du métal rouge. Pour certains analystes, l’espoir d’une reprise subsiste car « une nouvelle série de coupes dans la production en plus de celles annoncées l’an passé pourrait rééquilibrer le marché ». Pour d’autres, « la pression baissière va se poursuivre logiquement avec une livre de cuivre négociée en dessous de 2 dollars ».

L’Inde envisage la création d’une agence de financement du secteur de l’acier

Financial Times – Face à la frilosité des banques d’accorder des prêts supplémentaires à la très endettée industrie de l’acier, le gouvernement indien réfléchit à créer une agence de financement exclusivement dédiée au secteur de l’acier, comme c’est déjà le cas dans le secteur de l’électricité. Si l’agence est mise en place, elle financerait surtout les projets de développement des capacités de production des aciéristes. Parmi ces derniers, certains expriment leurs doutes sur la viabilité du projet, puisque près de 80% de la production vient du secteur privé. Ce qui rend plus hasardeuse la comparaison avec le secteur de l’électricité, qui à l’inverse de celui de l’acier, n’est pas dérégulé en Inde.

AGRICULTURE

L’Indonésie va développer l’exportation de dix matières premières

Antara – L’Indonésie va développer l’exportation de dix matières premières d’ici à 2019. Sont notamment concernés le textile, les produits dérivés, le caoutchouc et l’huile de palme. Jusqu’à présent, les matières premières agricoles exportées par le pays sont les haricots verts, le maïs, la mangue et l’ananas. Selon un expert cité par l’agence d’informations Antara, les exportations indonésiennes n’atteignent actuellement que 10% contre 21% pour les importations, de quoi sérieusement affecter la balance commerciale.

Chute mondiale des prix des denrées alimentaires en 2015 (FAO)

Indo Asian Commodities – Selon la FAO, les prix des denrées alimentaires ont chuté pour la quatrième année consécutive en 2015, alors que la récession mondiale a aussi provoqué des baisses spectaculaires des prix de l’énergie et des métaux. Les prix des principales denrées alimentaires ont plongé en moyenne de 19,1% l’année dernière, affirme l’agence onusienne pour l’alimentation et l’agriculture. En cause, des stocks abondants face à une faible demande globale ainsi que l’appréciation du dollar. L’indice des prix de la FAO qui s’élevait à 164,1 points en janvier 2015, a terminé l’année à 154,1 points.

Face à l’insuffisance des stocks, l’Indonésie va importer du riz indien

The Diplomat – La persistance du phénomène climatique El Niño en 2015 a conduit à un report de la période d’ensemencement du riz en Indonésie. Conséquence immédiate, les stocks de riz se sont épuisés dès le début 2016. En marge du discours officiel qui promet une hausse de la production dès le mois d’avril, Jakarta a néanmoins cherché de nouvelles sources d’approvisionnement afin de remédier au problème et de prévenir toute hausse des prix. Ce mercredi 13 janvier, le ministre indonésien du Commerce a annoncé que son pays envisageait la signature d’un protocole d’accord avec l’Inde, qui exporte déjà environ 10 millions de tonnes de riz par an. Cette même semaine, l’Indonésie a finalisé un accord avec le Pakistan, qui exportera dans l’archipel un million de tonnes de riz les quatre prochaines années.
Par Nicolas Sanders