Revue de Presse Asie – 30 octobre 2015

Une présidente au Népal, Mer de Chine du Sud et présidentielle taïwanaise

Eric Chu, candidat récemment nommé par le Kuomintang pour la présidentielle taïwanaise en remplacement de Hung Hsiu-Chu, ne fait pas mieux que sa prédécesseur dans les sondages. Copie d’écran du Taipei Times, le 30 octobre 2015.
Eric Chu, candidat récemment nommé par le Kuomintang pour la présidentielle taïwanaise en remplacement de Hung Hsiu-Chu, ne fait pas mieux que sa prédécesseur dans les sondages. Copie d’écran du Taipei Times, le 30 octobre 2015.

ASIE DU NORD-EST

Chine : un partenariat pétrolier avec le Népal met fin au monopole indien

The Hindu – La Chine a confirmé jeudi soir qu’elle pourrait devenir un partenaire régulier du Népal en poursuivant l’envoi de produits pétroliers, rompant de fait le monopole indien au Népal, tenu par la Indian Oil Corporation et seul exportateur depuis quarante ans. Pour rappel, l’Inde n’envoit plus de pétrole dans l’Etat himalayen depuis l’adoption de la nouvelle Constitution népalaise (lire notre article) bien que New Delhi se défende de toute politique d’embargo.

Selon le porte-parole chinois, cette exportation fait office d’aide internationale en situation de crise (avec d’ores et déjà une aide de 1,2 millions de litres envoyés), mais aussi de coopération sur le long terme. Un convoi népalais s’est rendu à la frontière de Kerung afin de récupérer les premiers milliers de litres ce samedi selon le Kathmandu Post. Une délégation népalaise s’est déjà rendue en Chine afin de discuter des opportunités à venir. Selon The Hindu, cette coopération ne doit pas être perçue comme anti-indienne mais plutôt tripartite entre la Chine, le Népal et l’Inde.

Chine: batailles maritimes

Channel News Asia – Les incidents diplomatiques entre Chine et Etats-Unis en mer de Chine du Sud pourraient escalader en véritable « guerre » si les Etats-Unis ne cessent pas leurs « provocations », aurait déclaré un officiel de la Marine chinoise aujourd’hui à son homologue américain, dans une vidéo-conférence. La Chine vient par ailleurs de perdre une première bataille dans un contentieux juridique qui l’opposait aux Philippines : les Nations unies ont déclaré que le tribunal de la Haye était compétent pour juger le différend sur la mer de Chine du Sud, selon la BBC. Plusieurs Etats d’Asie du Sud-Est, dont les Philippines contestent en effet la souveraineté chinoise sur plusieurs espaces de ce territoire maritime stratégique.

Japon : les droits de l’Homme, grands absents de la visite de Shinzo Abe en Asie centrale

The Japan Times – Shinzo Abe est le premier leader japonais à avoir jamais visité le Kirghizstan, le Tadjikistan et le Turkménistan. Ce tour d’Asie centrale, initié afin de rafler plusieurs contrats industriels et financiers, qui est aussi un pied-de-nez à la Chine (voir notre revue de presse du 29 octobre), a été critiqué par les organisations internationales concernées par les droits de l’Homme. La visite du Premier ministre nippon n’a comporté aucun discours sur ce sujet malgré la déclaration faite par Abe en 2013 de placer les droits de l’Homme au coeur de sa politique étrangère. Comme le rappelle Human Rights Watch, la torture, la surveillance des médias et des organisations non gouvernementales ou l’emprisonnement systématique d’opposants au régime et d’activistes sont monnaie courante dans plusieurs de ces pays centrasiatiques.

Taïwan: le Taipei Times ne facilite pas la tâche d’Eric Chu

Taipei Times – La Une est peu flatteuse. Le Taipei Times, principal quotidien anglophone de l’île et acquis à l’opposition, apparaît attaquer frontalement Eric Chu, président du Kuomintang et candidat à l’élection présidentielle. En le montrant cherchant à serrer une main qu’il semble ne pas trouver, le journal ne fait pas que titrer sur l’impossibilité d’Eric Chu de faire remonter les sondages en sa faveur, il déclare que celui ci fait pire dans les sondages que Hong Hsiu-chu. A l’issue d’un psycho drame national suivi par tout le pays, cette dernière s’était vu retirer son investiture pour l’élection présidentielle du 16 janvier 2016 au motif que sa campagne se révélait une catastrophe frappée au coin par l’impopularité. Eric Chu, également maire de New Taipei (la grande banlieue de la capitale) qui refusait de partir au combat électoral, réputé difficile face à la candidate du DPP Tsai Ing-wen, depuis le mois de juillet, y a été finalement contraint par un congrès extraordinaire convoqué le 17 octobre dernier. Moralité, c’est pire qu’avec Hong Hsiu-chu, affirme le Taipei Times, en citant les études d’opinions réalisées des instituts justement proche de la majorité présidentielle.

Corée du Sud : attention aux yeux !

The Korean Herald – Au pays de Samsung, où plus de 80% de la population possède un smartphone, un groupe d’opthalmologistes met en garde contre l’utilisation continue de ces appareils. Selon la Korean Ophthalmological Society, le nombre de patients coréens souffrant de sécheresse occulaire ou Visual Display Terminal (VDT) aurait doublé en dix ans, passant de de 970 000 à 2,1 millions. Et le nombre d’adolescents affectés auraient augmenté de 195% sur la même période (207% pour les trentenaires et quadragénaires).

ASIE DU SUD-EST

Indonésie : 106 bateaux étrangers torpillés

The Jakarta Post – La ministre Susi Pudjiastuti (Affaires maritimes et pêches) a réitéré aujourd’hui sa lutte contre la pêche illégale et la sécurité maritime du pays en présentant ses résultats au bout d’une année en poste: 106 bâteaux de pêche étrangers coulés. Six bateaux de plus devraient toucher le fond demain. Ces navires proviendraient principalement des Philippines, du Vietnam et de Thaïlande.

Birmanie : un génocide dans l’Arakan

The Irrawady – Un rapport publié jeudi par le Lowenstein International Human Rights Clinic (LIHRC) pour le compte de l’ONG Fortify Rights affirme que la politique d’inaction du gouvernement quant au traitement de la minorité musulmane Rohingya, dans la région de l’Arakan (Rakhine), constitue bien un génocide. Ce rapport est le fruit de trois ans de recherches conduites par Fortify Rights et revient sur toute la période post-coloniale. Il documente de façon factuelle et historique les abus commis à l’encontre des Rohingyas et les examine d’un point de vue légal.

Indonésie : tragédie silencieuse

Jakarta Globe – L’environnementaliste Erik Meijjard dénonce ce qu’il nomme la « tragédie silencieuse » en Indonésie, en référence aux brouillards continus qui enveloppent le pays, principalement dus à l’activité humaine. Selon lui, le gouvernement ne prend pas suffisamment au sérieux ces désastres écologiques et humains, ayant un impact mondial et qui pourraient être résolus sur le long terme si suffisamment d’initiatives étaient pensées et prises en amont.

Cambodge : siège vacant au Parlement

Bangkok Post – Kem Sokha, un membre de l’opposition (Cambodia National Rescue Party, CNRP) et premier Vice-président du parlement cambodgien a été démis de ses fonctions ce matin suite à un vote. Les votants en faveur de sa démission étaient affiliés au parti au pouvoir, le Parti du Peuple cambodgien. Cet événement intervient après une série de remarques proférées par Kem Sokha à l’encontre du gouvernement et quatre jours après une attaque physique violente sur deux membres du CNRP devant l’Assemblée nationale.

ASIE DU SUD

Népal : pour la première fois, une femme est élue présidente

The Kathmandu Post – Bidhya Devi Bhandari est devenue la première femme Présidente au Népal et le deuxième chef d’Etat depuis l’abolition de la monarchie en 2008. Vice-présidente du Parti communiste au Népal, à 54 ans, elle remplace Ram Baran Yadav. Militante politique depuis son adolescence, elle est officiellement entrée en politique après la mort accidentelle de son époux en 1993. La Chine, l’Inde et les Etats-Unis ont envoyé leurs félicitations officielles à la nouvelle présidente ce matin.

Inde : Talaq, Talaq, Talaq !

Scroll avec le Times of India – L’organisation Bharatiya Muslim Mahila Andolan (Association pour les femmes musulmanes indiennes) a annoncé la tenue d’un prochain référendum à New Delhi afin de bannir la pratique de la polygamie et surtout du « Talaq » qui permet, sous la loi musulmane, à un homme de divorcer de sa femme en prononçant ce simple mot trois fois devant témoin. L’Union indienne admet plusieurs codes civils, en fonction des groupes religieux. Ainsi, les musulmans ont leur propre « Indian Muslim personal law ». Cependant, plusieurs associations musulmanes indiennes s’élèvent contre une législation jugée régressive et discriminant les femmes. Elles invoquent l’exemple de plusieurs pays où la population est à majorité musulmane comme la Tunisie, le Maroc et même le Pakistan, et qui ont aboli ou sévèrement limité ces pratiques. Scroll rappelle que ce code civil, sujet politique sensible, n’a pas été réformé depuis l’Indépendance, à l’instar du code civil hindou, toujours en pratique au Bangladesh et au Pakistan, et tout aussi discriminant pour les femmes dans ces pays.

Inde : La réalisatrice de India’s Daughter accusée de mensonge et de fraude

New Indian Express – Tandis qu’India’s Daughter, le documentaire de Leslee Udwin qui revient sur le viol barbarique de Delhi de décembre 2012, pourrait recevoir un Oscar (il est d’ailleurs soutenu par Meryl Streep et Sean Penn), la réalisatrice indienne Anjali Bhushan a déposé une plainte pour mensonges, réappropriation et fraude.

Mme Bhushan accuse entre autres Leslee Udwin d’avoir scénarisé les dialogues, notamment celui d’un des violeurs, scène indédite au coeur du documentaire. Elle explique aussi avoir été complètement évincée du film ainsi que d’autres membres de l’équipe de tournage sans qui Udwin n’aurait jamais pu travailler en Inde. Elle dénonce enfin la façon malhonnête dont la réalisatrice américaine a utilisé et représenté les protagonistes, les officiels et l’Union indienne. Le film, qui avait été censuré en Inde, a été très controversé et désavoué par l’ami de la jeune femme violée.

Pakistan : Imran Khan divorce

Dawn – Le populiste et charismatique Imran Khan, président du parti Tehreek-e-Insaf, ancien playboy et champion de cricket, a de nouveau divorcé. Précédemment marié avec l’héritière et journaliste Jemima Goldsmith, dont il avait divorcé en 2004, Imran Khan avait épousé en janvier Reham Rehman, alors présentatrice de télévision, déjà divorcée et mère de trois enfants, contre l’avis de sa famille et de son parti. L’annonce de ce second divorce, d’un mutuel accord, a fait chuter de quelques points la popularité du Tehreek-e-Insaf, parti conservateur.

Par Clea Chakraverty, avec Victor Yu à Taipei, Anda Djoehana Wiradikarta à Paris et Sylie Lasserre Yousafzaï à Istanbul