Revue de Presse Asie – 4 septembre 2015

Ex-président chinois, retour de bâton thaïlandais et Greenpeace en Inde

Copie d’écran du Malaysian Insider, le 4 septembre 2015.
Copie d’écran du Malaysian Insider, le 4 septembre 2015.

ASIE DU NORD-EST

Chine : la figure polarisante de l’ancien président Jiang Zemin

China Digital Times – L’ancien président chinois Jiang Zemin (1993-2003) était assis aux côtés gauche de Xi Jinping lors de la parade militaire d’hier, à Pékin. Une place d’importance suprenante, alors même que le président actuel cherche à diminuer l’influence de l’ancienne garde du Parti communiste (PCC) – comme en attestent les lignes directrices émises lors du congrès de Beidaihe mi-août (voir notre revue de presse du 10 août). Parmi les anciens, Jiang Zemin constitue une figure polarisante, indique le China Digital Times : il est soupçonné d’influencer certains cadres du Parti, et cristallise la nostalgie de l’ère pré-Xi Jinping, considérée comme « relativement détendue » par rapport à la période actuelle. Ainsi la censure s’est-elle exercée sur les réseaux sociaux, interdisant la recherche de mots clés faisant référence plus ou moins explicitement à Jiang Zemin (nom, initiales, surnoms, citations, etc.).

Japon : ces Chinois qui ont préféré le tourisme à la parade

Japan Times – Ironie de l’Histoire. Alors que la Chine organisait hier une gigantesque parade militaire pour célébrer sa victoire contre le Japon, bon nombre de ses citoyens ont décidé de partir en vacances… au Japon, justement. Les touristes expliquent leur choix au Japan Times : des taux de change avantageux et des politiques de visa assouplies, la proximité géographique du Japon avec la Chine, ainsi que son sens de l’hospitalité et de la sécurité.

Taïwan : la victoire chinoise célébrée dans un contexte tendu

China Post – Dans le cadre des célébrations de la victoire chinoise sur le Japon, le président taïwanais Ma Ying-jeou s’en est de nouveau pris à son prédécesseur Lee Teng-Hui (1988-2008). Ce dernier avait récemment affirmé que durant la Seconde Guerre mondiale, Taïwan avait combattu aux côtés du Japon en tant que colonie nippone, et non pas aux côtés de la Chine (voir notre revue de presse du 21 août). Une déclaration qui avait, déjà à l’époque, outré Ma Ying-jeou. Le gouvernement taïwanais a également exprimé ses remontrances vis-à-vis de ses concitoyens venus assister à la parade militaire de Pékin. Parmi eux, l’ancien président du KMT, Lien Chan, et le président du groupe financier Ruentex, Samuel Lin.

ASIE DU SUD-EST

Malaisie : et maintenant, les ONG internationales

The Malaysian Insider – Najib Razak se fait désormais épingler par les ONG internationales anti-corruption. Le Malaysian Insider rapporte ainsi les propos du président de la Coalition UNCAC, un réseau de 350 « organisations de la société civile » engagées dans la promotion de la ratification, de l’application et du suivi de la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC). Selon lui, le Président malaisien devrait « démissionner » et « autoriser une enquête » sur les transferts de fonds frauduleux dont il est soupçonné. A ce propos, le président de l’ONG Transparency International, Jose Ugaz, a qualifié les faits reprochés à Najib Razak de « corruption à grande échelle », ajoute The Malaysian Insider dans un second article.

Thaïlande : retour de bâton d’une diplomatie maladroite ?

Bangkok Post – La junte thaïlandaise, par sa diplomatie malhabile, a fait de la Thaïlande une cible, estime le politologue Thitinan Pongsudhirak dans le Bangkok Post. Tout tend à indiquer, dit-il, qu’un ou plusieurs groupes ouïghours, sans doute en collaboration avec un réseau de contrebande humaine, soient derrière l’attentat du 17 août dans la capitale thaïlandaise. Selon lui, l’expulsion en juillet par Bangkok de 109 Ouïghours vers la Chine, où ils ont été immédiatement qualifiés de terroristes, est un facteur explicatif clé pour comprendre l’attentat, lequel annonce peut-être la fin d’une longue période durant laquelle la Thaïlande a su habilement passer entre les gouttes.

ASIE DU SUD

Inde : Greenpeace privée de financements étrangers

The Indian Express– Accusée d’avoir violé les dispositions du « Foreign Contribution Regulation Act » (FCRA), la branche indienne de l’ONG Greenpeace ne pourra plus recevoir de financements étrangers. C’est la conséquence du dépôt, par le ministère de l’Intérieur, d’un affidavit (déclaration sous serment) auprès de la Haute Cour de Delhi. Suite à cette décision, Greenpeace a déclaré qu’elle « continuerait sa campagne [de financement] » malgré « l’assaut » gouvernemental « contre le droit du peuple à la dissidence ».

Pakistan : plus de 100 terroristes présumés arrêtés à Islamabad

Dunya News – Doit-on y voir un sursaut sécuritaire lié aux récentes remontrances de Washington ? Quoi qu’il en soit, plusieurs opérations simultanées organisées par la police et les rangers pakistanais ont conduit à l’arrestation de 121 terroristes présumés à Islamabad, ce vendredi 4 septembre. La chaîne de télévision Dunya News informe également que 4 fusils d’assaut, 19 pistolets, 890 balles et d’autres armes encore ont été saisis.

La rédaction d’Asialyst