Revue de presse Asie - 21 août 2015

Poissons chinois, manque d’empathie thaïlandaise et accord sri-lankais

Copie d’écran du Guardian, le 21 août 2015.
Copie d’écran du Guardian, le 21 août 2015.

Asie du Nord-Est

Tianjin : Xi Jinping appelle les sauveteurs à « ne pas se relâcher », banc de poissons morts dans la rivière à 6 km de l’explosionChina Daily – Xi Jinping veut une gestion de crise efficace. D’après une déclaration du Comité permanent du Bureau politique du Parti communiste, le président chinois souhaite que la priorité soit accordée aux soins des personnes blessées. Appelant les sauveteurs à « ne pas se relâcher », Xi Jinping insiste également sur la nécessité de débarasser la zone des produits chimiques restants. Le but : éviter tout risque de nouvelle explosion et de contamination, alors même que quatre feux se sont déclenchés hier. En attendant, d’après le China Daily, les taux anormaux de concentration en produits chimiques dans l’eau, l’air et les sols sont limités à la zone de l’accident.
Et ces immenses bancs de poissons morts, échoués sur les rives du fleuve Hai He qui traverse la ville ? Selon le chef du Centre local de Surveillance de l’Environnement, il s’agit d’un phénomène que Tianjin a déjà connu par le passé : les autorités s’exprimeront dès que possible, mais leurs relevés indiquent que les eaux du fleuves ne portent « aucune trace de cyanure »
Une déclaration qui ne rassure pas les internautes chinois : le Guardian souligne la peur suscitée par ces images impressionnantes de poissons morts par milliers.
Corée du Nord : Kim Jong-un ordonne à ses troupes de préparer la guerreYonhap News – Un ultimatum aux accents de casus belli. Pyongyang a ordonné à Séoul d’éteindre sous 48 heures ses hauts-parleurs diffusant de la propagande anti-communiste, au niveau de la zone démilitarisée (DMZ) entre les deux Corée. Si la Corée du Sud ne réagit pas dans le délai imparti, son frère ennemi du Nord sera en mesure de lancer une attaque militaire : Kim Jong-un a ordonné hier jeudi 20 août à ses troupes frontalières de se préparer à la guerre. Les hauts-parleurs sud-coréens ont été réactivés le 10 août après que l’explosion de mines anti-personnel eut blessé 2 soldats de Séoul dans la DMZ. Ce jeudi, Pyongyang a envoyé un obus pour détruire l’un de ces engins de propagande : Séoul a répliqué avec l’envoi de 36 obus en direction de la zone de lancement (voir notre revue de presse).
Taïwan : débat au sommet sur le rôle des Taïwanais pendant la Seconde GuerreTaipei Times – Pour qui s’est battue l’île de Taïwan pendant la Guerre ? Pas de doute selon le président Ma Ying-jeou, qui a lancé des cérémonies en grandes pompes pour célébrer le 70e anniversaire de la capitulation japonaise, Taïwan s’identifiait à la République de Chine en « Guerre de résistance contre le Japon ». Mensonge éhonté, selon l’ancien président de la République, Lee Teng-hui, dont le frère a combattu dans les rangs de l’armée impériale nipponne. Dans une tribune publiée dans un magazine japonais, Lee est sans concession : Taïwan étant une colonie japonaise, l’île et le pays du soleil levant formaient « une seule nation ». « Les Taïwanais ont combattu pour leur mère-patrie, en tant que Japonais », écrit-il. La polémique est reprise par l’ensemble de la presse en langue chinoise et anglaise, et fait la une du China Times comme du United Daily News.

Asie du Sud-Est

Thaïlande : le Premier ministre critiqué pour son manque d’empathie après l’attentatBangkok Post – Umesh Pandey s’étonne dans le Bangkok Post du fait que le chef de la junte thaïlandaise, Prayuth Chan-o-cha, n’ait pas daigné rendre visite aux victimes de l’attentat de lundi dans le centre de Bangkok, ni même se rendre sur les lieux de l’explosion. Pour le chroniqueur, c’est un signe montrant que le général en retraite n’a pas la carrure d’un homme d’Etat, mais reste un simple militaire sans empathie pour la population.
Birmanie : le processus de paix nationale piétine toujoursThe Irrawaddy – Les groupes ethniques armés se désolidarisent en Birmanie. En pourparlers avec le gouvernement depuis 2013, quatre d’entre eux (Karen National Union, Restoration Council of Shan State, Democratic Karen Benevolent Army et KNU/KNLA Peace Council) ont récemment déclaré être prêts à signer un accord de paix à l’échelle nationale. Une annonce qui déplaît aux autres groupes, qui ne souhaitent pas négocier un tel accord avec le gouvernement actuel : cela remet en cause leur doctrine de front uni. The Irrawaddy revient ainsi, dans un article fouillé, sur les stratégies de ces groupes ethniques armés depuis le début des années 2000.
Malaisie : arrestation de 10 individus suspectés d’entretenir des liens avec DaechBangkok Post – 8 hommes et 2 femmes, entre 24 et 42 ans, ont été arrêtés par les autorités de Kuala Lumpur en raison des liens qu’ils entretiendraient avec Daech. D’après le chef de la police malaisienne, ils sont suspectés d’avoir « cherché à obtenir des armes pour lancer des attaques dans le pays et participé à l’envoi de Malaisiens en Syrie ». Le Bangkok Post rappelle que les députés de l’opposition sont parfois sceptiques vis-à-vis de telles opérations, car les autorités ne dévoilent que peu de détails sur les motifs des arrestations.
Vietnam : Le marché boursier plongeTuoi-Tre – Après une forte chute hier jeudi 20 août, les différentes places boursières du Vietnam plongent encore à – 2,5%. La dévaluation de la monnaie chinoise continue de faire des ravages – pas seulement au Vietnam mais dans toute la région. A la clôture des séances du matin, avec 551,49 points, le VN-Index vient de perdre 15,2 points, soit 2,68%. Le HNX-Index diminue de 2,07 points, équivalent de 2,63% pour 76,48 points. Le rouge est partout. A Ho-Chi-Minh-Ville, on note 213 cotations en baisse pour 23 qui montent légèrement. A Hanoi, 167 baisses pour 24 hausses. Les cotations des compagnies phares, les « énergétiques » comme GAS, PVD et PVX, fléchissent aussi en raison de la chute du prix mondial des produits pétroliers.
Seul point positif à Ho-Chi-Minh-Ville, le volume des transactions augmente dès l’après-midi avec 125,6 millions de titres échangés, équivalents de 2000 milliards de VND (80 millions d’euros).
Indonésie : conflit latent sur le sort des terres ancestralesJakarta Post – Un nouveau cadastre qui ne distinguerait plus les terres ancestrales. C’est ce qui inquiète fortement l’Alliance des communautés coutumières d’Indonésie, ou AMAN (Aliansi Masyarakat Adat Nusantara), et plusieurs autres ONG. Ce nouveau projet cadastral remettrait en cause les délimitations des terres, notamment des forêts, sur lesquelles ces communautés revendiquent des droits ancestraux, souvent en conflit avec les intérêts de sociétés minières, forestières et de plantation. Ces sociétés sont d’ailleurs souvent accusées de provoquer des incendies, comme en ce moment dans l’est de Sumatra, rappelle le Jakarta Post. Or, ces feux de forêts engendrent des brouillards de fumées qui menacent le trafic aérien, précise le journal indonésien dans un autre article.

Asie du Sud

Inde-Pakistan : querelle sur la rencontre entre un conseiller pakistanais et des séparatistes du KashmirNDTV – Le média indien NDTV revient sur les récentes tensions entre New Delhi et Islamabad, autour d’une potentielle rencontre entre un conseiller pakistanais et des séparatistes du Kashmir. L’Inde refuse que tant de crédit soit accordé aux séparatistes et risque, si la rencontre a bien lieu, d’annuler le sommet prévu ce week-end avec le Pakistan sur la sécurité nationale. Fâché par les remontrances de New Delhi, Islamabad a décidé d’annuler la 61e Conférence parlementaire du Commonwealth de début octobre, rapporte Dawn.
Sri Lanka : accord de coalition pour un « gouvernement d’union nationale »Colombo Page – Succès politique total pour le président Sirisena. Le stratège était madré. Le Premier ministre Ranil Wikremesinghe, qu’il a choisi de soutenir, est le leader du parti rival UNP. Sa victoire aux élections législatives de lundi est aussi celle du président de la République : Sirisena, qui dirige l’autre grand parti sri-lankais, le SLFP, a pu ainsi se débarrasser de son adversaire au sein du parti, l’ancien président Rajapakse, doublement défait à la présidentielle de janvier dernier et aux législatives de lundi. Sirisena peut tranquillement former une coalition solide pour gouverner et lui donner le phare de « gouvernement d’union nationale ». En effet, dans ce que le Colombo Page décrit comme un « moment extraordinaire dans l’histoire politique du Sri Lanka », le SLFP et l’UNP ont signé un protocole d’entente (Memorandum of Understanding) ce vendredi 21 août. Les deux partis se sont accordés pour collaborer pendant au moins deux ans.
Inde-Pakistan : Washington fixe un téléphone rouge avec New Delhi et retarde son aide financière à IslamabadTimes of India et Express Tribune – Les Etats-Unis basculent-ils encore un peu plus en faveur de l’Inde, au détriment du Pakistan ? Washington a récemment fixé un téléphone rouge avec New Delhi, l’Inde devenant le 4e pays avec lequel les Etats-Unis établissent une ligne directe (après la Russie, le Royaume-Uni et la Chine). Néanmoins, il ne s’agit pas d’un instrument de gestion de crise : « C’est une ligne de communication sécurisée entre deux partenaires très très proches [sic], afin qu’ils puissent échanger leurs visions au plus haut sommet de l’Etat », explique Peter R. Lavoy, le directeur des Affaires sud-asiatiques au Conseil national de Sécurité de la Maison blanche.
Des relations au beau fixe avec New Delhi, donc, qui font de l’ombre à celles avec Islamabad. Les Etats-Unis rechignent en effet à payer leur aide au Pakistan (300 millions de dollars), considérant que le pays n’en fait pas assez pour lutter contre le terrorisme, rapporte l’Express Tribune. Un signe de lassitude de Washington alors qu’Islamabad semble justement changer de stratégie face au terrorisme : l’arrestation du chef terroriste Malik Ishaq début août et l’annonce de la mort du Mollah Omar le mois dernier en sont autant de signes (voir notre revue de presse).

La rédaction d’Asialyst