Société
Expert - Un architecte “normal” en Chine

Pourquoi un blog sur l’architecture chinoise ?

Photo de la tour CCTV
Cérémonie d’inauguration du China Zun Building en face de la tour CCTV à Pékin le 19 Septembre 2011. (Crédit : Bei piao / Imaginechina)
Des amis me demandent de prendre en charge une rubrique sur « l’architecture chinoise » ou plus précisément sur « l’architecture contemporaine en Chine ». De nombreux médias, institutions, associations de qualité – notamment, Sinapolis, l’Observatoire de la Chine contemporaine, ABBS, ou encore la revue World Architecture – publient régulièrement sur le sujet depuis de nombreuses années ; alors, par où commencer ?

Réticences

Au début, j’ai été un peu réticent car le sujet est vaste au regard de la complexité des codes et des processus. La manière diffuse dont je me les suis appropriés, rend la retranscription encore plus difficile à raconter.

Ces appropriations se font un peu comme l’apprentissage de la langue : en spirale avec des phases où l’on a le sentiment que : « ça y est, on a tout pigé » et puis c’est le trou noir avec un sentiment de retour à la case départ. Ensuite, après un voyage d’affaires au milieu de « nulle part », quelques bribes de conversations, des regards, des ambiances diffuses, je me rends compte qu’un flot d’informations qui auparavant m’était incompréhensible, me parvient. Et les choses se mettent en place, prennent sens. Comment raconter cela en synthétisant et en rendant cette subjectivité toute relative et personnelle à une personne hors du contexte chinois ?

Réticences, car suis-je légitime ? Malgré mes 11 années d’expérience en Chine, les projets sur lesquels je travaille intéressent peu la presse spécialisée. La plupart sont des projets résidentiels et commerciaux dit « Mass Production ». Ils représentent à peu près 85% à 90 % des m2 construits.

Certains vous diront : « Pfff ! Mais ce n’est pas de l’architecture, c’est de l’archi-promoteur ! » Et ils auront sans doute raison. Ce constat est d’ailleurs valable non seulement en Chine mais un peu partout dans le monde.

D’autres vous diront encore : « Mais regardez donc la tour CCTV, le nid d’oiseau ou l’opéra de Pékin ! C’est atroce ! Ce n’est pas de l’architecture ! ». Et ceux-là auront sans doute aussi raison.

Réticences enfin car les aléas de mon emploi du temps, dicté par les exigences constamment changeantes de mes clients ne me permettent pas de m’engager à animer cette rubrique régulièrement.

Ce qui m’a décidé

En fait, trois principales raisons m’ont convaincu à accepter cette collaboration :

1/ La première raison émane d’amis connus en Chine qui y ont vécu assez longtemps pour avoir une réelle expérience et expertise sur le pays. A ce sujet, j’apprécie ce côté coopératif d’Asialyst avec la diversité des intervenants et des sujets abordés.

2/ La deuxième raison est d’essayer de retranscrire quelques bribes de ces 11 années de pratique professionnelle, pour mémoire.

3/ La troisième raison est de répondre à la curiosité de nombreux confrères et amis « hors-Chine », tous avides de connaître le quotidien d’un architecte. Évidemment, les questions posées étaient le reflet de ce que les médias destinés au grand public véhiculaient à travers leurs articles à sensation. Ceux-ci portaient sur la taille gigantesque des projets, leurs piètres qualités architecturales, leur rapidité d’exécution, des honoraires extrêmement bas, un rythme de travail acharné, les problèmes environnementaux, les conflits d’intérêts, les villes-fantômes, les fameuses bulles immobilières qui auraient dû éclater depuis 5 à 6 ans déjà ou encore l’anarchie du développement urbain. Certes, ces titres racoleurs ont eu leur instant de vérité mais pour ma part, j’essaierai d’y apporter un avis plus nuancé.

C’est pourquoi à terme, cette rubrique se veut être une retranscription d’une pratique professionnelle d’un architecte au quotidien ; celle d’un architecte « normal » au travers de mon expérience mais aussi et surtout à travers la pratique et l’expérience d’autres confrères et acteurs, que j’inviterai régulièrement.

Nous y exposerons donc nos points de vue par des exemples concrets de projets d’architecture réalisés ou en cours d’étude. Nous aborderons différents thèmes : patrimoine, espace public, projets pour personnes âgées et/ou mobilité réduite, parc touristique, faisabilité financière, études marketing, environnement, aménagement urbain, sociologie urbaine, enseignement, ou encore impact des politiques publiques sur les stratégies territoriales.

A propos de l'auteur
Eric Le Khanh
Eric Le Khanh est architecte DPLG et Urbaniste ENPC, installé depuis 2003 en Chine, à Shanghai et surtout Pékin. Au milieu des années 1990, le contexte français n'étant pas très optimiste, il a donc décidé d'aller "tenter l'aventure" à l'étranger. La Chine à l'époque est en plein essor et ce choix lui paraît évident.