Culture
Livres d'Asie du Sud

Livre : "Dieux de l'Inde", mode d’emploi

Ganesha (chromolithographie, 1910). Extrait du livre "Dieux de l'Inde, images et signes" par Jean Delmas, CNRS Éditions. (Copyright : CNRS Éditions)
Ganesha (chromolithographie, 1910). Extrait du livre "Dieux de l'Inde, images et signes" par Jean Delmas, CNRS Éditions. (Copyright : CNRS Éditions)
Le remarquable ouvrage de Jean Delmas, Dieux de l’Inde, images et signes, apporte au néophyte par le texte et l’iconographie les éléments de base pour se repérer dans l’impressionnant panthéon hindou.
Double-cliquez sur le diaporama et les photos pour les visualiser en plein écran.
Pour l’Occidental qui débarque en Inde, les motifs de se sentir profondément dépaysé sont multiples. Le plus puissant de tous tient probablement à l’omniprésence des signes religieux. Temples de toutes tailles, passants arborant d’étranges peintures sur le visage, images naïves sur le pare-brise des voitures, idoles dans les creux des murs ou les racines des arbres, mini-autels dans les boutiques : on ne peut se promener plus de cinq minutes dans une ville indienne sans être confronté à une telle imagerie. Le phénomène est d’autant plus déroutant que ces images n’ont la plupart du temps aucune signification pour le visiteur étranger. Pour peu que ce dernier se retrouve, peu après son arrivée, dans un temple multiséculaire plongé dans une semi-obscurité, à observer à la lueur de lampes à huile des hommes vêtus de draps blancs occupés à couvrir de beurre fondu une statuette d’homme à tête d’éléphant, le sentiment d’avoir changé d’univers s’impose à lui comme une évidence…
Slide background

Couverture du livre "Dieux de l'Inde, images et signes" par Jean Delmas, CNRS Éditions. (Copyright : CNRS Éditions)

Slide background

Brahma, Vishnu, Shiva (sculpture de Mankhedi, Xème siècle). Extrait du livre "Dieux de l'Inde, images et signes" par Jean Delmas, CNRS Éditions. (Copyright : CNRS Éditions)

Slide background

Dattatreya, dieu tricéphale (chromolithographie, XXème siècle). Extrait du livre "Dieux de l'Inde, images et signes" par Jean Delmas, CNRS Éditions. (Copyright : CNRS Éditions)

Slide background

Shiva et Parvati portés par Nandi (sculpture Hoysala, XIIème siècle). Extrait du livre "Dieux de l'Inde, images et signes" par Jean Delmas, CNRS Éditions. (Copyright : CNRS Éditions)

Slide background

Descente de Ganga (boîte d’allumettes, XXème siècle). Extrait du livre "Dieux de l'Inde, images et signes" par Jean Delmas, CNRS Éditions. (Copyright : CNRS Éditions)

Slide background

Ganesha (chromolithographie, 1910). Extrait du livre "Dieux de l'Inde, images et signes" par Jean Delmas, CNRS Éditions. (Copyright : CNRS Éditions)

 
 
Dès lors, le désir d’obtenir quelques clés de compréhension, quelques repères de base, de façon à ne pas passer complètement à côté de ce qui est évidemment une dimension fondamentale de la civilisation indienne, s’installe très vite. Mais il n’est pas si facile pour le néophyte intéressé de trouver le bon niveau d’information, entre les guides généralistes qui donnent en quelques pages de vagues éléments sur Vishnou et Shiva, et les ouvrages de spécialistes qui décortiquent la philosophie de l’hindouisme.
Le livre Dieux de l’Inde, images et signes* se révèle à cet égard une pleine réussite. Jean Delmas y explique en des textes parfaitement lisibles par les non-initiés les fondements de l’hindouisme. Il passe en revue les grandes divinités, en racontant les principaux mythes qui s’attachent à elles. Ces textes sont structurés autour de la « famille » de chaque dieu. Le chapitre sur Shiva traite ainsi du dieu lui-même, de sa monture le taureau Nandi, de son épouse Parvati, de son fils Ganesh, etc. Les différentes façons dont Shiva est représenté sont passées en revue, de l’omniprésent lingam au Nataraja, le Shiva dansant.
De même, la copieuse section consacrée à Vishnou décrit les fonctions du dieu, son épouse Lakshmi et sa monture Garuda, et analyse aussi ses nombreux avatars, c’est-à-dire les formes sous lesquelles il se manifeste sur terre. Parmi elles, des dieux aussi importants dans la vie quotidienne des Indiens que Rama et Krishna. A chaque fois, les grandes scènes de la « vie » de ces dieux sont racontées de façon concise mais assez détaillée pour que les représentations qui en sont faites deviennent compréhensibles. Au passage, l’auteur donne de remarquables résumés du Mahabharata et du Ramayana, les deux textes fondateurs de la mythologie hindoue. Là encore, on ne saurait trop souligner à quel point le « calibrage » du travail de Jean Delmas est remarquable : ces deux colossales épopées sont résumées en une vingtaine de pages, ce qui permet de les appréhender nettement mieux que dans les brefs résumés habituels. Or, avoir une idée des grandes lignes et des scènes emblématiques de ces deux textes est indispensable, tant ils demeurent omniprésents dans la vie de l’Inde d’aujourd’hui.
Les dix avatars de Vishnou (figurines de Kondapalli, XXème siècle). Extrait du livre "Dieux de l'Inde, images et signes" par Jean Delmas, CNRS Éditions. (Copyright : CNRS Éditions)
Les dix avatars de Vishnou (figurines de Kondapalli, XXème siècle). Extrait du livre "Dieux de l'Inde, images et signes" par Jean Delmas, CNRS Éditions. (Copyright : CNRS Éditions)
Pour précis et informatifs qu’ils soient, les textes de Dieux de l’Inde, images et signes ne prennent tout leur sens qu’au vu de la très riche iconographie qui les accompagne. Chaque étape de la présentation des dieux, chaque élément de leur mythologie sont illustrés par une ou plusieurs images. Le volume en comprend plus de 450, d’origines extrêmement diverses : photos de sculptures antiques prises dans les plus grands sites du pays, chromos populaires du début du XXème siècle, objets publicitaires, statuettes en bois peint… (n’y manquent guère que les miniatures mogholes). Cette grande variété met en évidence l’universalité de ces représentations divines à travers les siècles et permet de repérer les grandes scènes et les thèmes principaux dans des contextes multiples. Au lecteur peu au fait de l’incroyable richesse de la mythologie hindoue, le livre sera d’un précieux secours en lui permettant de comprendre ce qu’il verra partout en Inde.
Deux remarques pour finir : son format de « beau livre » et son poids font de Dieux de l’Inde un ouvrage aussi agréable à regarder qu’à lire, mais empêchent, du même coup, de l’avoir avec soi en voyage, ce que le lecteur regrettera sans doute souvent. Enfin, le livre ne traite que de l’imagerie hindoue et pas des autres religions du pays. Avec près de 80% des Indiens qui s’en réclament, il s’agit évidemment et de loin de la religion dominante. D’autres religions comme l’islam, le sikhisme, le jainisme, le bouddhisme et même le christianisme sont pourtant elles aussi bien présentes et y génèrent également une profusion d’images. Mais il faudrait sans doute un deuxième livre de la même importance pour en rendre compte.
Par Patrick de Jacquelot

A lire

Dieux de l’Inde, images et signes, par Jean Delmas, CNRS Éditions, 320 pages, 32 euros.

A propos de l'auteur
Patrick de Jacquelot
Patrick de Jacquelot est journaliste. De 2008 à l’été 2015, il a été correspondant à New Delhi des quotidiens économiques La Tribune (pendant deux ans) et Les Echos (pendant cinq ans), couvrant des sujets comme l’économie, le business, la stratégie des entreprises françaises en Inde, la vie politique et diplomatique, etc. Il a également réalisé de nombreux reportages en Inde et dans les pays voisins comme le Bangladesh, le Sri Lanka ou le Bhoutan pour ces deux quotidiens ainsi que pour le trimestriel Chine Plus. Pour Asialyst, il écrit sur l’Inde et sa région, et tient une chronique ​​"L'Asie dessinée" consacrée aux bandes dessinées parlant de l’Asie.