Politique
L'Asie du Nord-Est dans la presse

Corée du Sud : la présidente Park, le Viagra et l'altitude

La Maison bleue aurait commandé des centaines de pilules de viagra et de son équivalent sud-coréen dans le cadre d'une visite de Park Geun-hye sur les hauts plateaux africains. Motif : les pilules bleues seraient efficaces contre le mal des montages. Copie d'écran du Korea Times, le 23 novembre 2016.
La Maison bleue aurait commandé des centaines de comprimés de viagra et de son équivalent sud-coréen dans le cadre d'une visite de Park Geun-hye sur les hauts plateaux africains. Motif : les pilules bleues seraient efficaces contre le mal des montagnes. Copie d'écran du Korea Times, le 23 novembre 2016.
Pourquoi diable la Maison bleue s’est-elle procurée des centaines de comprimés contre le dysfonctionnement érectile ? C’est la dernière question en date posée à la présidente sud-coréenne Park Geun-hye, empêtrée dans un scandale impliquant sa confidente Choi Soon-sil, soupçonnée de trafic d’influence et d’abus de pouvoir.
364 pilules bleues : c’est le montant de la commande passée en décembre 2015 par la présidence sud-coréeene. Une quantité suffisamment importante pour mettre la puce à l’oreille du principal parti d’opposition (Democratic Party of Korea), qui a demandé des éclaircissements au Service d’évaluation et d’analyse d’assurance santé (HIRA). Il faut dire que les rumeurs les plus folles ont circulé sur l’emploi de ces comprimés de Viagra et de son équivalent sud-coréen – certains y voyant un lien avec les « sept heures de disparition » de la présidente à la suite du naufrage du ferry Sewol, pourtant intervenu un an et demi plus tôt, rapporte le Korea Times.
C’est pourquoi le bureau de la présidence a voulu dissiper tout malentendu ce mercredi 23 septembre. Le porte-parole de Park a ainsi déclaré que les pilules étaient destinées à être utilisées en cas de mal des montagnes, dans l’optique d’un voyage de la présidente en Ethiopie, en Ouganda et au Kenya (dont les trois capitales se trouvent sur des plateaux de haute altitude). « Les médicaments contre le dysfonctionnement érectile sont connus pour leur efficacité contre ce mal », a-t-il précisé. Ils n’ont pas servi néanmoins, précise le quotidien sud-coréen.
À force de scandales, les démissions s’enchaînent au gouvernement alors que Park est toujours plus isolée face à la perspective d’une procédure de destitution, commente le Korea Herald. Le ministre de la Justice Kim Hyun-woong et le Secrétaire de la présidence pour les Affaires civiles Choi Jai-kyung désirent ainsi claquer la porte du Cabinet sud-coréen : une première depuis que l’affaire Choi Soon-sil a éclaté. Mais il reste encore à Park Geun-hye d’accepter leur volonté de quitter le gouvernement.
Dans le même temps, toujours en lien avec l’affaire de la confidente, les bureaux de Samsung ont été perquisitionnés, rapporte Business Insider. Aucun détail n’a néanmoins souhaité être communiqué sur l’opération.
Par Alexandre Gandil

Les autres faits du jour en Asie du Nord-Est

Corée-Japon : Tokyo et Séoul signent un traité sur le renseignement au sujet de la Corée du Nord, rapporte le Mainichi Shimbun ; ce qui inquiète la Chine, note l’éditorial du Global Times.

Hong Kong : l’une des députés localistes « disqualifiés » s’excuse pour une lettre au gouvernement de Taïwan dénonçant le « vol » des Nouveaux Territoires par la Chine à Hong Kong, rapporte le South China Morning Post.

A propos de l'auteur