L'Asie du Sud-Est, futur champ de bataille de Daech ?

Le recul du groupe Etat-islamique au Moyen-Orient fait craindre à une recrudescence d'actes terroristes en Asie du Sud Est, région scrutée depuis longtemps par l'EI. Copie d'écran du Straits Times, le 26 octobre 2016.
Le recul du groupe Etat-islamique au Moyen-Orient fait craindre à une recrudescence d'actes terroristes en Asie du Sud Est, région scrutée depuis longtemps par l'EI. Copie d'écran du Straits Times, le 26 octobre 2016.
Straits Times – Le groupe Etat islamique perd du terrain au Moyen-Orient. Si la nouvelle pourrait a priori être saluée, elle peut aussi inquiéter. Pour cause, les spécialistes craignent que le groupe terroriste n’élise l’Asie du Sud-Est comme prochain champ de bataille. C’est que l’EI scrute depuis longtemps cette région où cohabitent de nombreux groupes extrémistes islamistes notamment aux Philippines, en Indonésie et en Malaisie. Le 18 octobre dernier, au moment où la bataille de Mossoul débutait, Kuala Lumpur a ainsi décidé de renforcer la sécurité à ses frontières craignant un retour massif de djihadistes (voir notre revue de presse du 18 octobre). Depuis 2013, 90 Malaisiens auraient rejoint les rangs de l’EI.

Daech a su s’implanter durablement dans la région, faisant des Philippines une extension de son califat et se liant aux principaux groupes extrémistes, notamment Abu Sayyaf. « Aller en Syrie est devenu de plus en plus difficile pour les combattant d’Asie du Sud-Est, Mindanao pourrait être la prochaine option », soupçonne une spécialiste citée par le Straits Times. La région a connu en 2016 une recrudescence de violences perpétrées par l’Etat islamique. En début d’année, Jakarta a ainsi été victime d’un attentat provoquant la mort de quatre personnes.