Revue de presse insolite - septembre 2016

La face B de l'actu asiatique

Le temps pressant, un couple chinois de l'Anhui s'est marié parmi les bouchons, sous un tunnel autoroutier. Copie d'écran du Quotidien du Peuple, le 21 septembre 2016.
Le temps pressant, un couple chinois de l'Anhui s'est marié parmi les bouchons, sous un tunnel autoroutier. Copie d'écran du Quotidien du Peuple, le 21 septembre 2016.

Qu'est-ce que ça fait là ?

Inde : les vaches du Madhya Pradesh équipées de voyants lumineux sur leurs cornes

L'animal sacré brille désormais dans les nuits indiennes du Madhya Pradesh. Copie d'écran de India Today, le 24 août 2016.
L'animal sacré brille désormais dans les nuits indiennes du Madhya Pradesh. Copie d'écran de India Today, le 24 août 2016.
Huffington Post India – L’histoire prête à sourire. En Inde, où la vache est un animal sacré, la police du district de Balanghat (dans l’Etat du Madhya Pradesh) colle désormais des bandes réfléchissantes sur les cornes des bovins. Objectif : éviter que les animaux ne soient impliqués, de nuit, dans des accidents de voiture. Car les conséquences peuvent être dramatiques, souligne le Huffington Post India : au mois d’août, le chauffeur et le passager d’un camion ont sauté dans un fleuve après avoir renversé une vache errante sur la route, décédée sur le coup. Ils voulaient éviter la fureur des populations locales, mais le chauffeur est finalement mort noyé… L’initiative du district de Balanghat a fait des émules dans les régions avoisinantes, mais il faudra encore beaucoup de temps avant que l’ensemble des animaux ne soient équipés, note India Today.

Chine : un Boeing 737 converti en restaurant à Wuhan

La gastronomie de haut vol servie dans ce nouveau restaurant mérite bien un selfie. Copie d'écran du Huffington Post, le 10 septembre 2016.
La gastronomie de haut vol servie dans ce nouveau restaurant mérite bien un selfie. Copie d'écran du Huffington Post, le 10 septembre 2016.
Huffington Post – Les plateaux repas en avion ne sont pas connus pour le raffinement de leur cuisine ; du moins, pas en classe économique. Pourtant, dans la ville chinoise de Wuhan, le businessman Li Yang a dépensé 5,2 millions de dollars pour convertir un Boeing 737 en restaurant haut-de-gamme au nom évocateur : Lily Airways. L’appareil de la compagnie indonésienne Batavia Airways, qui a cessé ses activités en 2013, a nécessité quatre mois de transport pour arriver jusque dans la ville. Désormais, les cuisiniers sont russes et les plats sont servis par de jeunes Chinoises habillées en hôtesses de l’air. Le tout sans turbulence !

Corée du Nord : l’Américain disparu en 2004 donne-t-il des cours d’anglais aux Kim ?

David Sneddon a-t-il été enlevé par Pyongyang pour donner des cours d'anglais à Kim Jong-un ? Copie d'écran du Washington Post, le 15 septembre 2016.
David Sneddon a-t-il été enlevé par Pyongyang pour donner des cours d'anglais à Kim Jong-un ? Copie d'écran du Washington Post, le 15 septembre 2016.
Washington Post – David Sneddon, disparu à la frontière sino-birmane en 2004, a-t-il été enlevé par Pyongyang ? C’est la théorie avancée par sa famille, l’avocat des disparus sud-coréens Choi Sung-yong et plusieurs défenseurs des droits de l’homme. L’ancien président de la Corée du Nord, Kim Jong-il, aurait en effet souhaité que ses enfants – dont son successeur à la tête du régime Kim Jong-un – apprennent l’anglais avec un locuteur dont c’est la langue maternelle. Le choix des services spéciaux se serait porté sur Sneddon, qui se trouvait en Chine après deux années passées en Corée du Sud dans le cadre d’une mission mormonne. Sa maîtrise du coréen aurait ainsi fait de lui un candidat de choix pour Pyongyang – dont les enlèvements de ressortissants étrangers, comme ceux de Japonais au cours des années 1970 et 1980, sont de notoriété publique. Désormais, d’après les sources de Choi Sung-yong, David Sneddon vivrait dans la capitale nord-coréenne sous le nom de Kim Eun-hae, marié et père de deux enfants. Les autorités américaines refusent néanmoins de croire à cette théorie – qui contribue à alimenter le mystère autour du « royaume ermite ».

Hommages et dédicaces

Inde : la Cour de justice du Gujarat considère les œufs distribués dans Pokémon Go comme une « atteinte » aux hindous végétariens

Les oeufs de Pokémon distribués dans les PokéStops situés sur des lieux de culte hindouistes passent mal au Gujarat... Copie d'écran de The Indian Express, le 7 septembre 2016.
Les oeufs de Pokémon distribués dans les PokéStops situés sur des lieux de culte hindouistes passent mal au Gujarat... Copie d'écran de The Indian Express, le 7 septembre 2016.
The Indian Express – Depuis sa sortie au mois de juillet, Pokémon Go est accusé de tous les maux : responsable d’accidents de la route, menace contre la sécurité nationale, contraire à la religion musulmane, et désormais… symboliquement violent à l’égard des hindous. C’est en tout cas l’avertissement lancé par la Cour de Justice du Gujarat en septembre 2016, à destination des dirigeants de la province et de New Delhi, ainsi qu’au développeur de l’application, Niantic. En cause ? Les oeufs de Pokémon, distribués dans les PokéStops – des « lieux d’intérêt » où il est possible, via l’application, de récupérer des objets pour progresser dans sa quête. Or, il se trouve que certains PokéStops sont situés sur des lieux de culte hindouistes. Conséquence malheureuse : distribuer des oeufs dans des sanctuaires où il est interdit d’apporter de la nourriture « non végétarienne » serait « blasphématoire »… L’entreprise américaine n’a pour l’instant pas réagi.

Indonésie : un chat se rend chaque jour sur la tombe de sa maîtresse disparue

Vous n'oserez plus jamais dire que les chats n'ont pas de coeur ! Copie d'écran de Coconuts Jakarta, le 7 septembre 2016.
Vous n'oserez plus jamais dire que les chats n'ont pas de coeur ! Copie d'écran de Coconuts Jakarta, le 7 septembre 2016.
Coconuts Jakarta – Que les ailurophobes – ou simples détracteurs des chats – prennent note ! En Indonésie, dans la province de Java central, la tombe d’une vieille dame du nom de Kundari reçoit chaque jour une visite bien particulière… Celle de son petit félin qui se roule sur la sépulture et ronronne de recueillement, sans moyen de l’en retirer, explique nos confrères de Coconuts Jakarta. Plusieurs visiteurs, attendris par la tristesse du chat, lui apportent désormais à manger – ce qui évite à la bête ses allers-retours incessants chez le fils de Kundari. Chez les animaux de compagnie, les chiens n’ont donc pas le monopole du coeur !

Singapour : la réplique parfaite du Central Perk de Friends ouvrira au Central Mall en novembre

Cet endroit ne vous rappelle rien ? Copie d'écran du Jakarta Post, le 15 septembre 2016.
Cet endroit ne vous rappelle rien ? Copie d'écran du Jakarta Post, le 15 septembre 2016.
The Jakarta Post – C’est le spot mythique d’une série tout aussi mythique. Au Central Mall de Singapour, il sera bientôt possible de se faire servir un expresso dans la parfaite réplique du « Central Perk », café fétiche des protagonistes de Friends. C’est l’aboutissement de plusieurs années d’économies et d’investissement fournis par Lim Jit Min et ses amis, fans inconditionnels de la sitcom, note le Jakarta Post. Outre le café, il sera d’ailleurs possible de circuler dans des reproductions des studios de tournage, le tout sur 307 mètres carrés. Ouverture prévue fin novembre.

Aux grands maux les grands remèdes

Chine : pris dans les embouteillages, un couple se marie dans un tunnel autoroutier

La lumière des néons autoroutiers n'est pas la plus flatteuse pour une photo de mariage, mais soit. Copie d'écran du South China Morning Post, le 22 septembre 2016.
La lumière des néons autoroutiers n'est pas la plus flatteuse pour une photo de mariage, mais soit. Copie d'écran du South China Morning Post, le 22 septembre 2016.
South China Morning Post – C’est l’histoire d’un choc entre traditions et modernité. Alors qu’ils se rendaient au lieu de leur cérémonie de mariage, un jeune couple de la province de l’Anhui s’est retrouvé piégé dans un tunnel autoroutier à la suite d’un accident de voiture. Après une heure d’attente sans que la situation ne semble se débloquer, les deux futurs mariés ont choisi de prononcer leurs voeux… à même le macadam. Pourquoi une telle précipitation ? Car une tradition locale veut qu’aucun mariage ne soit prononcé après midi – or l’embouteillage a débuté vers 10h30… Afin de ne pas s’attirer la foudre de leurs ancêtres, ils ont donc décidé de s’unir sous le tunnel, parmi les 50 invités et plusieurs conducteurs stupéfaits. Ironie de l’histoire, note le South China Morning Post : le trafic a repris dès… 12h10 !

Corée du Sud : les étrangers de Séoul appelés à la traque aux fautes de traduction

Les petites coquetteries de traduction devraient disparaître peu à peu à Séoul. Copie d'écran du Korea Times, le 19 septembre 2016.
Les petites coquetteries de traduction devraient disparaître peu à peu à Séoul. Copie d'écran du Korea Times, le 19 septembre 2016.
The Korea Times – Appel à toutes les unités ! Après les traductions malheureuses des plats traditionnels coréens (voir notre revue de presse insolite de juillet 2016), voilà que Séoul souhaite s’attaquer à toutes les erreurs de traduction qui émaillent la signalétique de la ville. Grâce à un site Internet mis en place par la municipalité, Coréens et étrangers peuvent désormais répertorier ces petites coquetteries et proposer une correction appropriée. Une nécessité au regard de la « compétitivité de Séoul en matière de tourisme », explique un officiel de la mairie au Korea Times. La campagne prend même des airs de jeu concours avec la promesse de récompenses (bons cadeaux et souvenirs) pour les meilleurs traqueurs.

Thaïlande : brûler des stocks de marijuana en sortie scolaire

Prêts pour le grand voyage, les enfants ? Copie d'écran de Coconuts Bangkok, le 23 septembre 2016.
Prêts pour le grand voyage, les enfants ? Copie d'écran de Coconuts Bangkok, le 23 septembre 2016.
Coconuts Bangkok – Voilà une sacrée idée de classe verte ! Dans la province rurale de Bueng Kan, à la frontière avec le Laos, des écoliers thaïlandais ont été invités à brûler huit tonnes de marijuana saisis par la police ces deux dernières années, au cours de 261 opérations. Une sortie pédagogique étonnante, qui n’a pas manqué de susciter la perplexité d’universitaires comme le docteur en chimie Weerachai Putthawong, d’après lequel « inhaler de la fumée de marijuana revient quasiment à en fumer ». Mais le gouverneur de la province s’est voulu rassurant : même si le but de la sortie était de « sensibiliser les enfants aux effets des drogues », ils n’ont participé qu’au « début » de l’opération et ont vite été mis à l’écart.
Par Alexandre Gandil