Revue de presse Chine - 4 octobre 2016

Chine : la vengeance de Pékin derrière le scandale au parlement du Liaoning

Mi-septembre, 45 délégués "fraudeurs" ont été démis de leurs fonctions dans un scandale inédit depuis la fondation de la République populaire de Chine. Copie d'écran du South China Morning Post, le 4 octobre 2016.
Mi-septembre, 45 délégués "fraudeurs" ont été démis de leurs fonctions dans un scandale inédit depuis la fondation de la République populaire de Chine. Copie d'écran du South China Morning Post, le 4 octobre 2016.
South China Morning Post – Un tel coup de projecteur sur la politique intérieure chinoise est rarissime. Il peut arriver que la direction centrale du parti communiste à Pékin ne parvienne pas à placer ses hommes dans les parlements des provinces. Et quand c’est le cas, la vengeance est un plat qui se mange froid. En 2013, lors des élections des futurs délégués à l’Assemblée nationale populaire organisés au parlement du Liaoning dans le nord-est du pays, les candidats proposés par Pékin n’ont pas été élus. A la place, ce sont 45 délégués, essentiellement des hommes d’affaires, qui ont été nommés. Ils auraient acheté leur élection. Lorsque les dirigeants de Pékin ont appris la fraude, ils ont été fortement alarmés : c’est en effet l’autorité même du secrétaire général du parti, Xi Jinping, qui était menacée, lui qui prépare activement le prochain congrès du PCC pour l’automne 2017. A la mi-septembre, les 45 délégués « fraudeurs » ont donc été démis dans un scandale inédit depuis la fondation de la République populaire en 1949 (voir notre revue de presse du 14 septembre).

C’est au cours d’une réunion spéciale du parti central le 13 septembre que la décision à été prise à Pékin. A cette occasion, selon le South China Morning Post, le président de l’Assemblée nationale populaire, Zhang Dejiang, a lancé très alarmiste que cette fraude électorale avait touché « l’essence » du système politique chinois. Les délégués à l’Assemblée ou dans les parlements locaux sont là pour enregistrer les décisions prises par la direction du parti. Mais leur siège est l’objet de toutes les convoitises car il donne des avantages voir des passe-droit importants pour une carrière politique ou dans les affaires.