Revue de presse Japon - 11 août 2016

Japon : le gouvernement réfléchit à une loi spéciale pour autoriser l'Empereur à abdiquer

gouvernement japonais continue ses réflexions autour de l'abdication de l'Empereur, proposant cette fois-ci la rédaction d'une loi spécifique à Akihito. Copie d'écran du Mainichi, le 11 août 2016.
gouvernement japonais continue ses réflexions autour de l'abdication de l'Empereur, proposant cette fois-ci la rédaction d'une loi spécifique à Akihito. Copie d'écran du Mainichi, le 11 août 2016.
The Mainichi – Une loi spéciale plutôt qu’une révision législative. Le gouvernement japonais envisage un projet de loi qui permettrait à l’Empereur Akihito d’abdiquer sans avoir à réviser la Loi de la Maison Impériale. Ces réflexions gouvernementales interviennent suite au message vidéo diffusé lundi 8 août par Akihito. Dans cette rarissime apparition sur les écrans, l’Empereur a exprimé sa possible incapacité future à remplir ses fonctions impériales (voir notre Revue de presse du 8 août).

L’article 2 de la Constitution japonaise de 1946 stipule que le trône impérial « doit être dynastique et succédé en accord avec la loi de la Maison Impériale. Or l’article 4 de cette dernière ne permet pas le passage du trône au prince héritier avant le décès de l’Empereur. D’où la nécessité de l’amender ou de créer une loi spéciale qui, selon une source du gouvernement, ne serait pas en contradiction avec l’article 2 de la Constitution nippone.

Le gouvernement craint que l’amendement de la loi impériale sur la succession n’ouvre le chemin à un système qui permettrait toute future abdication, déstabilisant ainsi la position de l’Empereur en tant que symbole de l’Etat. Le Premier ministre Shinzo Abe a donc pris la peine de souligner que le gouvernement envisageait « un système exclusif à sa Majesté [l’Empereur Akihito] ».

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don