Revue de presse Chine - 3 août 2016

Mer de Chine : Pékin mécontent du rapport japonais sur la défense, va poursuivre en justice les "pêcheurs étrangers illégaux"

Pékin annonce de nouvelles mesures et des sanctions plus sévères contre les pêcheurs illégaux dans ses eaux territoriales en mer de Chine. Copie d'écran du Straits Times, le 3 août 2016.
Pékin annonce de nouvelles mesures et des sanctions plus sévères contre les pêcheurs illégaux dans ses eaux territoriales en mer de Chine. Copie d'écran du Straits Times, le 3 août 2016.
Global Times – La Chine durcit le ton après la publication du livre blanc japonais sur la défense. Alors que la gouvernement nippon s’inquiète de la « coercition chinoise » dans les affaires maritimes (voir notre revue de presse du 2 août), Pékin indique que ce livre blanc est utilisé par le Japon pour « justifier sa propre militarisation afin d’attirer les soutiens pour la révision constitutionnelle ». Une réaction qui s’associe a de nouvelles mesures prises contre les « pêcheurs travaillant illégalement dans les eaux territoriales chinoises ». Ils feront face à des sanctions « plus lourdes qu’auparavant », selon China Daily. La Cour suprême du peuple a annoncé que « de tels actes seront considérés comme criminels », passibles d’une amende et de plusieurs mois de prison. Selon certains experts chinois, cette mesure était nécessaire, alors que Pékin « avait des difficultés à restreindre l’activité des pêcheurs illégaux des pays voisins, notamment du Vietnam ».

Mais la mesure vise aussi les pêcheurs chinois. « Les bateaux chinois entrant illégalement dans les zones de pêche d’autre nation, chassant des coraux rares et mettant en danger les animaux marins a fait du tort à l’image du pays à l’international. » C’est ce qu’a indiqué le porte-parole de la Cour suprême du peuple au Straits Times. Impossible de ne pas y voir une référence à l’arbitrage de la Haye en mer de Chine méridionale. Cependant, pour le professeur Fu Kuncheng de l’université de Xiamen, cette déclaration ne servirait qu’à normaliser la situation dans tous les gouvernements locaux. « Cela n’a rien à voir avec l’arbitrage du tribunal », précise-t-il.

Pour « éviter toute confrontation », les Philippines de leur côté appellent leurs pêcheurs à rester loin des côtes de l’atoll Scarborough, rapporte le Straits Times dans un autre article. « Attendons que la situation se clarifie pour savoir comment nos pêcheurs peuvent y retourner sans être harcelés », a annoncé Charles Jose, le porte-parole du ministère philppin des Affaires étrangères. « La Chine y est présente, donc nous devons en discuter. C’est pour la sécurité de tous », a-t-il précisé. Cela reflète aussi la volonté du président philippin Rodrigo Duterte et de sa nouvelle politique conciliatrice à l’égard de Pékin, malgré l’arbitrage de La Haye.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don