Revue de presse Inde - 3 août 2016

Inde : les entreprises inquiètes par l'adoption de la Taxe sur les Biens et Services

La nouvelle réforme fiscale indienne, en cours d'adoption, inquiète les entreprises. Copie d'écran du Times of India, le 3 août 2016.
La nouvelle réforme fiscale indienne, en cours d'adoption, inquiète les entreprises. Copie d'écran du Times of India, le 3 août 2016.
Times of India – Panique pour les entreprises indiennes. Une nouvelle réforme fiscale, la plus importante depuis l’indépendance de l’Inde, pourrait bientôt entrer en vigueur. Un amendement constitutionnel fondamental pour l’avancée de la taxe sur les biens et services (Goods and Services Tax, GST) est présentée au Parlement ce mercredi 3 août. Portée par le Premier ministre Narendra Modi, cette réforme permettrait de transformer l’économie indienne et d’unifier près d’1,3 milliard de consommateurs en un seul marché. Cependant, les entreprises, qui ont vu plusieurs tentatives de modifier le régime fiscal du pays au cours des dernières décennies, sont inquiètes. « Les entreprises, surtout les petites, appréhendent », confie un patron indien aux Times of India. Celui-ci réclame davantage de temps pour s’adapter au nouveau système.

Le gouvernement de Modi espère voir cette législation entrer en vigueur dès la nouvelle année fiscale, en avril 2017. Cependant, les experts estiment plutôt un lancement pour l’automne suivant. Les pays qui ont mis en place une GST ont souvent rencontré un ralentissement de l’économie avant d’en tirer des avantages, même si les économistes de la HSBC prévoient 0.8% de croissance en plus pour l’économie indienne grâce à cette nouvelle réforme d’ici trois à cinq ans. Cependant, seulement 20% des entreprises indiennes se seraient préparées à cette unification du marché, rapporte le Times of India. Pour Modi, qui a récemment remanié son gouvernement (voir notre revue de presse du 5 juillet), l’objectif est de stabiliser le régime fiscal avant 2019, afin de pouvoir briguer un second mandat.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don
Tags de l'article