Revue de presse Inde - 5 juillet 2016

Inde : Modi à l'offensive pour sa grande réforme fiscale

Narendra Modi, le Premier ministre indien, attaque de front le Congrès pour faire passer sa réforme fiscale et remanie son gouvernement. Copie d'écran de Firstpost, le 5 juillet 2016.
Narendra Modi, le Premier ministre indien, attaque de front le Congrès pour faire passer sa réforme fiscale et remanie son gouvernement. Copie d'écran de Firstpost, le 5 juillet 2016.
First Post – Offensive avant la victoire ou baroud d’honneur ? Le Premier ministre indien passe à la vitesse supérieure pour faire passer sa réforme fiscale, à laquelle fait barrage le parti du Congrès. Cette loi, intitulée Goods and Services Tax (GST), vise à mettre en place un système de taxation harmonisé qui engloberait toutes les taxes indirectes en une seule. L’objectif affiché est d’uniformiser la fiscalité et de réduire les distortions liées aux variations entre Etats, souligne le Firstpost.

« Dans les Etats comme l’Uttar Pradesh, le Bihar et le Bengale-Occidental, la population sera le plus gros bénéficiaire, a déclaré Narendra Modi. Ainsi, je ne pense pas qu’un quelconque parti politique essayera de commettre un suicide en s’opposant au GST. » Le dirigeant nationaliste a désespérément besoin que cette réforme fiscale, la plus importante depuis une décennie, passe pour faire taire les critiques. Les autres partis d’opposition ont donné leur feu vert : la stratégie du leader du BJP consiste donc à isoler le parti du Congrès, en l’accusant de faire fi de l’intérêt national. Pourtant, Firstpost rappelle que le BJP s’est longtemps opposé à toute réforme fiscale lorsque le Congrès était au pouvoir.

Cette offensive s’ajoute à un remaniement ministériel, présenté ce mardi 5 juillet, pour porter cette nouvelle réforme d’envergure, rapporte le Times of India. Le Premier ministre a nommé 19 nouveaux ministres d’Etat, issus presque exclusivement du BJP, dont les priorités seront d’atteindre les objectifs budgétaires et d’améliorer le niveau de vie des fermiers et villageois du pays.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don
Tags de l'article