Revue de presse Népal - DATE

Népal : Prachanda "le redoutable" de nouveau Premier ministre

Le nouveau Premier ministre Pushpa Kamal Dahal devrait prendre ses fonctions la semaine prochaine. Dans une interview au Times of India, l'ancien révolutionnaire (1996-2006) et Premier ministre (2008-2009) a abordé sa future politique pour sortir le Népal de la crise. Copie d'écran du Times of India, le 27 juillet 2016
Le nouveau Premier ministre Pushpa Kamal Dahal devrait prendre ses fonctions la semaine prochaine. Dans une interview au Times of India, l'ancien révolutionnaire (1996-2006) et Premier ministre (2008-2009) a abordé sa future politique pour sortir le Népal de la crise. Copie d'écran du Times of India, le 27 juillet 2016
The Times of India – Aussitôt dit, aussitôt fait. Après l’annonce de la démission de K.P. Sharma Oli du poste de Premier ministre (voir notre Revue de presse du 25 juillet), c’est bien le leader du Parti communiste unifié du Népal (PCUN-M) Pushpa Kamal Dahal qui prendra la tête du gouvernement. La semaine prochaine marquera ainsi le début d’un deuxième mandat pour celui que l’on surnommait « Prachanda » (« le redoutable ») pendant la guerre civile entre 1996 et 2006, lorsqu’il vivait dans la clandestinité en tant que révolutionnaire. L’homme de 61 ans s’est confié au Times of India. L’occasion pour le quotidien indien de s’intéresser aux intentions du futur Premier ministre. Et à sa politique étrangère, dans un contexte de forte tension entre les deux pays, entretenu par le gouvernement Oli. Ainsi, Pushpa Kamal Dahal souhaite avant tout mettre un terme à la crise qui secoue actuellement le pays. Sa politique portera prioritairement sur la mise en œuvre de la Constitution adoptée en septembre 2015, le règlement de la question des victimes du tremblement de terre dévastateur de 2015, l’achèvement du processus de paix et enfin sur l’économie du Népal. Concernant la politique étrangère, si Pushpa Kamal Dahal reconnaît la « relation unique entre le Népal et l’Inde », il refuse de se prononcer sur un éventuel rapprochement. « Nous ne traiterons qu’avec l’Inde, la Chine et les autres pays en faveur du peuple népalais » a cependant déclaré le futur Premier ministre.