Revue de presse Pakistan - 25 juillet 2016

Pakistan : l'interdiction des crimes d'honneur probablement adoubée par le Conseil de l'Idéologie islamique

Selon une source gouvernementale, le Conseil de l'idéologie islamique va approuver le projet de loi luttant contre les "crimes d'honneur". Copie d'écran de The Express Tribune, le 25 juillet 2016.
Selon une source gouvernementale, le Conseil de l'idéologie islamique va approuver le projet de loi luttant contre les "crimes d'honneur". Copie d'écran de The Express Tribune, le 25 juillet 2016.
The Express Tribune – Le débat sur le projet de loi contre les « crimes d’honneur » continue sa route. Le groupe constitutionnel qui vérifie la compatibilité des lois avec la charia va probablement approuver le projet, révèle ce lundi 25 juillet The Express Tribune. Il faudra attendre cependant l’annonce officielle par le Conseil de l’idéologie islamique (CII) une fois que le projet de loi sera programmé en séance au Parlement. Le CII s’était déjà prononcé contre les « crimes d’honneur ». Il s’était néanmoins opposé à un ancien projet de loi du fait d’une clause qui interdisait tout pardon de la famille de la victime au tueur. Une possibilité offerte par la charia selon le Conseil. Pour l’un des membres du CII, Abdullah, « le juge devra s’assurer que le pardon n’a pas été accordé sous la contrainte de l’accusé ». Un cas déjà constaté dans plusieurs affaires, et où le juge n’avait pas la possibilité de s’opposer.

En parallèle, le sénateur du Parti du peuple pakistanais (PPP) Farhatullah Babar a confirmé que les demandes du CII avaient été prises en compte par le comité qui a rédigé le projet de loi. La peine proposée est de 25 ans de prison incompressibles. D’après certains experts, les gouvernements provinciaux devront amender la législation pour ôter la remise de peine des prisonniers condamnés pour « crime d’honneur ». Un avis que ne partage pas Abdullah, pour qui, « tout ce qu’il faut, c’est un décret ». Le débat sur les crimes d’honneur avait été relancé à la suite du meurtre de la starlette pakistanaise Qandeel Baloch, étranglée par son frère qui souhaitait « défendre l’honneur de sa famille » (voir notre revue de presse du 22 juillet).