Revue de presse Chine - 6 juillet 2016

Mer de Chine : "l'arbitrage de La Haye n'est qu'un vulgaire bout de papier"

Alors que la décision de La Haye concernant les conflits territoriaux entre la Chine et les Philippines sera rendue mardi prochain, la Chine refuse toujours l'arbitrage de celle-ci. Copie d'écran du South China Morning Post, le 6 juillet 2016.
Alors que la décision de La Haye concernant les conflits territoriaux entre la Chine et les Philippines sera rendue mardi prochain, la Chine refuse toujours l'arbitrage de celle-ci. Copie d'écran du South China Morning Post, le 6 juillet 2016.
South China Morning Post – La Chine avait déjà annoncé qu’elle ne reconnaîtrait pas l’arbitrage de La Haye (voir notre Revue de presse du 30 juin), devant arbitrer le conflit en mer de Chine méridionale qui l’oppose aux Philippines. Aujourd’hui elle persiste et signe.

C’est à l’occasion d’un forum tenu par des think tanks américains et chinois mardi dernier que Dai Bingguo, conseiller d’État et diplomate à Washington, s’est clairement exprimé sur le sujet : la décision qui sera prise mardi prochain n’est rien « qu’un morceau de papier ».
La Chine estime en effet que l’affaire ne relève pas de la juridiction de la Cour permanente d’arbitrage. Le conflit territorial devrait, d’après elle, se régler par des négociations directes entre les deux pays sans l’intermédiaire d’une tierce partie. Cet arbitrage, demandé par les Philippines, intervient dans le contexte de la poldérisation de récifs et de la construction d’infrastructures lourdes par la Chine dans des archipels de mer de Chine méridionale, revendiqués par les deux pays.

Le conseiller d’État a également affirmé, faisant référence aux séries de patrouilles effectuées par les États-Unis dans la région, que : les « Chinois, ne seront pas intimidés par les actions américaines, même si les États-Unis envoient leurs dix porte-avions en mer de Chine méridionale. »

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don