Revue de presse Chine - 1er juillet 2016

La Chine "ne veut pas dominer l'Asie", promet Xi Jinping

Dans son discours introductif pour le 95e anniversaire du PC chinois, Xi Jinping a accordé une place inédite à la politique étrangère. Copie d'écran du South China Morning Post, le 1er juillet 2016.
Dans son discours introductif pour le 95e anniversaire du PC chinois, Xi Jinping a accordé une place inédite à la politique étrangère. Copie d'écran du South China Morning Post, le 1er juillet 2016.
South China Morning Post – Alors que le PC chinois fête ses 95 ans ce vendredi 1er juillet, le discours d’ouverture de Xi Jinping a paticulièrement attiré l’attention des observateurs. Et pour cause : le numéro un du Parti a accordé une large place à la politique étrangère chinoise – un fait « rare », décrit le South China Morning Post. « La Chine ne convoite pas les intérêts des autres nations, mais nous ne transigerons jamais sur nos droits légitimes », se défend Xi, avant d’ajouter : « Les nations étrangères ne devraient pas nous penser prêts à marchander sur nos intérêts fondamentaux ou à accepter les conséquences de la remise en cause de nos intérêts en matière de souveraineté, de sécurité ou de développement. » Une allusion à peine voilée au prochain jugement de la Cour permanente d’Arbritrage sur les conflits de souveraineté opposant Pékin à Manille en mer de Chine du Sud : l’institution a annoncé hier qu’elle rendrait son verdict le 12 juillet (voir notre revue de presse du 30 mai).

Sans être nommés, les Etats-Unis ont été également visés par le président chinois dans son discours. Faisant référence aux patrouilles de navires américains au large des Paracels et des Spratleys, Xi a ainsi déclaré : « La Chine persévèrera dans son approche militaire de défense nationale active. Nous ne chercherons pas à proférer de menace d’usage de la force ou à montrer notre puissance militaire aux portes des autres Etats. […] Montrer ses muscles de la sorte ne constitue en rien une véritable démonstration de puissance et ne dissuadera jamais personne. » Un message directement envoyé aux candidats à la présidentielle américaine, Donald Trump et Hillary Clinton, qui ont tous deux promis de durcir la politique vis-à-vis de la Chine.

Parallèlement à ces déclarations assertives, le PC chinois ne délaisse pas sa quête de soft power. En atteste la dernière vidéo mise en ligne par la Ligue des jeunes communistes chinois : celle d’un clip de rap en anglais intitulé « This is China ». Le but ? « Redorer l’image que se font les étrangers de la Chine » à coups de paroles aussi dythyrambiques que « rassurantes », justifiant par exemple la pollution de Tianjin et de Pékin en la comparant à celle de New York et de Londres dans les années 1950… Et le refrain d’asséner : « C’est ça la Chine. Le dragon rouge n’a rien de mauvais, c’est un endroit paisible et une terre magnifique où subsiste une riche culture. »

Regarder le clip de « This is China » :

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don