Chine : Réforme ou relance ? Les investisseurs ne savent plus où donner de la tête

Un investisseur suit les mouvement de stock à la salle des marchés de Nankin, la capitale de la province du Jiangsu. Copie d'écran du "South China Morning Post", le 18 mai 2016.
Un investisseur suit les mouvement de stock à la salle des marchés de Nankin, la capitale de la province du Jiangsu. Copie d'écran du "South China Morning Post", le 18 mai 2016.
South China Morning Post – C’est une période de confusion pour les investisseurs en Chine, d’autant qu’à quelques mois de l’ouverture du 19ème Congrès du Parti communiste chinois (qui désignera le vice-président et futur successeur de Xi Jinping), le gouvernement envoie des signaux contradictoires.

La semaine dernière le Quotidien du peuple citait une « source d’autorité » pour annoncer que le pays se dirigerait vers une « croissance en L », qui suggère une stabilisation après une période de déclin. Une annonce qui a surpris le marché intérieur, préparé à une « croissance en U ». Cette dernière se caractérise par une forte relance après avoir atteint le point le plus bas.

Et pour cause, en mars 2016, le Premier ministre Li Keqiang avait annoncé un ensemble de politiques de relance pour le pays, soit : une forte injection de liquidités et une politique de soutien au secteur immobilier durant le premier trimestre de 2016. Le tout ayant permis l’augmentation du PIB du pays de 6,7%.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don