Chine : signaux contradictoires sur l'économie et la dette

Le Premier ministre Li Keqiang semble ne pas concevoir la politique économique de la Chine de la même façon que le président Xi Jinping. Copie d'écran du "South China Morning Post", le 12 mai 2016.
Le Premier ministre Li Keqiang semble ne pas concevoir la politique économique de la Chine de la même façon que le président Xi Jinping. Copie d'écran du "South China Morning Post", le 12 mai 2016.
South China Morning Post – Qui décide de la politique économique en Chine? Lundi 9 mai, un éditorial du Quotidien du peuple, l’organe de presse officiel du gouvernement chinois, relatait les propos d’une source « proche du pouvoir » rejetant le modèle de croissance du pays, soit-disant alimenté par la dette. Quelques heures plus tard, le site internet du cabinet du Premier ministre chinois affirmait que le gouvernement avait renoncé à une relance de taille. Pourtant, dès mardi, la transcription d’un discours du président Xi Jinping apparaissait à son tour dans le Quotidien du peuple, indiquant que les réformes structurelles de l’offre étaient l’avenir de la nation. Quel avenir alors pour la politique économique du pays?

Les signaux sont si contradictoires qu’on pourrait croire à une lutte de clans entre le président chinois et son Premier ministre. « D’un côté une personnalité influente critique la relance, et de l’autre, une autre personnalité nie l’existence même d’une telle relance », confie un professeur d’économie de l’université de Fudan au quotidien hongkongais South China Morning Post. Un professeur en finance de l’université Tongji estime, quant à lui, que ces messages contradictoires sont « anormaux » et « irresponsables », et rappelle que Mao s’était, lui aussi, caché derrière l’étiquette « source d’autorité » pour attaquer son rival Chiang Kai-shek pendant la guerre civile.

Soutenez-nous !

Asialyst est conçu par une équipe composée à 100 % de bénévoles et grâce à un réseau de contributeurs en Asie ou ailleurs, journalistes, experts, universitaires, consultants ou anciens diplomates... Notre seul but : partager la connaissance de l'Asie au plus large public.

Faire un don