Corée du Nord : 1er Congrès du Parti des travailleurs en 36 ans

Aujourd'hui s'est ouvert à Pyongyang le septième Congrès du Parti des travailleurs, il consacrera le pouvoir de Kim Jong-il. Copie d'écran du “Korea Herald”, le 6 mai 2016.
Aujourd'hui s'est ouvert à Pyongyang le septième Congrès du Parti des travailleurs, il consacrera le pouvoir de Kim Jong-il. Copie d'écran du “Korea Herald”, le 6 mai 2016.
The Korea Herald – Aujourd’hui s’est ouvert à Pyongyang le tant attendu septième Congrès du Parti des travailleurs, le premier depuis trente-six ans. Lors du dernier Congrès en octobre 1980, Kim Il-sung, le fondateur de la Corée du Nord, avait officiellement adoubé son fils Kim Jong-il comme son successeur. Cette fois-ci, le Congrès consacrera Kim Jong-un, au pouvoir depuis la mort de Kim Jong-il en décembre 2011. Son discours, très attendu, devrait donner les grandes lignes de sa politique dans les prochaines années. Les experts spéculent sur d’éventuelles annonces de nomination dans un vent de rajeunissement global des membres du gouvernement : la jeune sœur du dirigeant, Kim Yo-jong, en charge depuis 2015 du bureau de la Propagande, pourrait ainsi accéder à des fonctions de plus grande responsabilité. Mais l’accent sera certainement mis sur le byongjin, la « double poussée », soit le développement en parallèle de la technologie nucléaire et de l’économie. Pas question en effet de renoncer au nucléaire. Le Korea Times rapporte ainsi que la commission pour la Réunification pacifique de la Corée, en charge des relations intercoréennes, a averti que, tant que les Etats-Unis s’obstineraient dans une politique d’agression, la Corée du Nord poursuivrait le développement de l’arme de dissuasion nucléaire. « La réponse à l’arme nucléaire est l’arme nucléaire », a souligné l’agence de presse officielle nord-coréenne, KCNA.

(Pour approfondir, lire notre Temps fort de ce jour: Kim Jong-un et les priorités économiques, entretien avec Antoine Bondaz)