Corée du Sud : après les élections, la querelle autour des livres d'histoire rebondit

Les nouveaux partis majoritaires au Parlement sud-coréen pourront-ils bloquer la publication de livres d'histoires écrits par l'Etat ? Copie d'écran du “Korea Times”, le 18 avril 2016.
Les nouveaux partis majoritaires au Parlement sud-coréen pourront-ils bloquer la publication de livres d'histoires écrits par l'Etat ? Copie d'écran du “Korea Times”, le 18 avril 2016.
Korea Times – La défaite du parti Saenuri aux élections législatives sud-coréennes contrecarre les projets de la présidente Park Geun-hye – au premier rang desquels la fameuse réforme des manuels d’histoire. Le Minjoo Party of Korea (MPK) et le Parti du Peuple, qui disposent désormais à eux deux de la majorité au Parlement, ont déclaré sur proposition du second qu’ils déposeraient une résolution coinjointe visant à bloquer l’introduction de manuels scolaires d’histoire rédigés par l’Etat. D’après le Korea Times, il s’agit là d’un signal fort envoyé à Park en faveur d’un changement de gouvernance. La présidente sud-coréenne est en effet réputée pour son manque de communication avec les partis d’opposition. Néanmoins, l’adoption d’une telle loi reste hypothétique : d’après la Constitution sud-coréenne, 60% des députés doivent être favorables à ce que la proposition soit soumise au vote… Or, avec 40,7% des sièges (122 sur 300), le parti Saenuri dispose de suffisamment de législateurs pour faire blocus.